A Ramallah, le possible tombeau de St Etienne

Publié le 24 Mars 2015

 

Une campagne archéologique près de Ramallah a déterré un complexe byzantin qui contiendrait également le tombeau de Saint Etienne, le premier martyr.

 

Le tombeau de Saint Etienne, premier martyr chrétien, se trouverait ici, à l'intérieur du site archéologique de Khirbet al Tireh. Les fouilles menées par des chercheurs de l'Université Al Quds, l'université palestinienne de Jérusalem, ont mis en lumière un grand complexe byzantin, avec une église et un monastère, à deux kilomètres de Ramallah, en Cisjordanie.

SALAH H. AL-HOUDALIEH


Chercheur - Institut d'archéologie - Université Al-Quds


« Nous avons trouvé dans cette église, gravées dans la roche, sur 88 cm et 1 mètre de haut, huit lignes et une inscription en grec évoquant le corps de Saint Etienne et rapportant qu'il a été enterré ici. Cet endroit est connu sous le nom de « Khirbet al Tireh » ou « Kafr Ghamla » et Ghamla fut le guide spirituelle de St Etienne. L'autre partie de la gravure parle d’un certain Dina, qui aurait investi de l'argent dans cette église pour honorer la visite de Jésus en ce lieu, lorsque Joseph et Marie sa mère, l’avaient cherché sans le trouver, au cours de leur voyage de Jérusalem à Nazareth, pendant trois jours. Il est probable que durant l'un de ces trois jours, Jésus soit passé en ce lieu. »

Sur une superficie de six hectares, appartenant à l'Eglise grecque-orthodoxe, les archéologues ont découvert de très grandes mosaïques, restaurées et recouvertes pour les protéger contre les dommages dus aux facteurs atmosphériques ou à l’activité humaine. Au niveau inférieur, ont été trouvé également une presse à huile et un système pour la production de vin. Les découvertes appartiennent à différentes époques, signe d'une longue histoire, de laquelle ce lieu se rend témoin.

 

SALAH H. AL-HOUDALIEH


Chercheur - Institut d'archéologie - Université Al-Quds


« Le nom de Khirbet al Tireh ou Ghamla, renvoie à des moments différents. La première époque est l’époque grecque, donc le IVe siècle av. JC. Puis, les époques romaine, byzantine et omeyyade, et enfin les débuts de la période islamique. Les fouilles archéologiques montrent que le site a subi un tremblement de terre qui l’a complètement détruit et, par conséquent, il y eut une forte migration vers la fin de l'ère omeyyade. »

 

source

 

 

Rédigé par Philippe

Repost 0
Commenter cet article