3ème jour: le ruisseau .

Publié le 11 Mai 2015

http://www.mecliban.com/images/sampledata/articlephotos/saints/mariampourjesuscrucifie.jpg

 

 

 

 

Ce ruisseau près de la grotte peut évoquer la figure, chère au Carmel, du Prophète Elie qui se retire près du Kerith (1Rois 17). Nous l’associons ici à la traversée de la Mediterrannée et l’arrivée en France de Mariam.
Marseille : les Sœurs de Saint Joseph

 

A Marseille, Mariam est mise en contact avec les Soeurs de Saint-Joseph de l’Apparition. Elle a 19 ans et n’en paraît que 12 ou 13. Elle parle mal le français, est de petite santé après tout ce qu’elle a vécu, mais elle est accueillie comme postulante, et sa joie est grande de pouvoir ainsi se donner au Seigneur. Toujours prête pour les travaux les plus fatigants, elle passe la plus grande partie de son temps à la lessive ou à la cuisine. Mais chaque semaine elle revit la Passion de Jésus, reçoit les stigmates (que, dans sa simplicité elle prend pour une maladie), et toute sorte de grâces extraordinaires commencent à se manifester. Certaines sœurs en sont bien déconcertées, et au bout de 2 ans de noviciat, Mariam n’est pas admise à s’engager dans la congrégation.

 

Il se trouve alors qu’une sœur de St Joseph, mère Véronique, a demandé à entrer au Carmel mais doit attendre un peu au couvent de Marseille. Durant ce temps elle remplace la maîtresse des novices malade et fait ainsi la connaissance de Mariam qu’elle comprend et apprécie, si bien qu’elle lui propose de l’emmener au Carmel avec elle.


Texte de Mariam : la  Foi

 

 

Regardez Jésus qui descend sur l’autel pendant la messe ; il descend à la parole du prêtre. Croyez qu’il vient pour vous nourrir et que, avec lui, rien ne peut vous manquer. Il est là comme un tout petit enfant ; il y est pour vous ; allez à lui… La foi, qu’elle est belle, puissante ! Une âme qui a la foi peut tout faire, Dieu lui accorde tout.

Considérez l’agneau ; voyez la foi qu’il a en son pasteur ; il marche près de lui avec confiance, il s’abandonne à ses soins, il va où il le conduit ; il s’arrête quand le pasteur s’arrête ; il garde sa laine ou il la donne comme le pasteur le veut ; il le suit le jour, il le suit la nuit. C’est ainsi que vous devez vous laisser conduire par votre Pasteur Jésus ; c’est ainsi que vous devez le suivre toujours par la foi, dans la nuit comme dans le jour ; c’est ainsi que vous devez être des vrais agneaux.

Si nous disions avec foi : Montagne, change de place, la montagne nous obéirait ; Terre, tremble, la terre tremblerait…

Ne vous arrêtez pas à l’extraordinaire. Si on vient vous dire : La sainte Vierge apparaît ici où là ; il y a telle âme extraordinaire en tel endroit, n’y allez pas. Si on dit : Il y a telle révélation, ne vous en occupez pas, ne vous en mettez pas en peine. Le Seigneur vous dit : Attachez-vous à la foi, à l’Église, à l’Évangile. Si vous allez voir et consulter ici et là l’extraordinaire, votre foi s’affaiblira. Je vous dis cela de la part du Seigneur. Si vous vous attachez à l’Église et à l’Évangile, il m’a dit qu’il sera toujours avec vous et ne vous quittera jamais.

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article