“ Le Paraclet, l’Esprit de vérité ”: l’Esprit Saint et la persécution par un moine osb+

Publié le 21 Mai 2015

 

 

En même temps qu’il annonce l’envoi de l’Esprit Saint, Jésus annonce aussi à ses disciples la persécution. Il y a comme un lien intime entre l’Esprit Saint et la persécution : non que l’Esprit Saint soit cause de la persécution, car Dieu n’est jamais l’auteur du mal ; mais parce que, selon le titre que Jésus lui donne, il est le Paraclet.

 

Que signifie exactement ce titre ?

 

Ce mot grec désigne quelqu’un qui est appelé auprès d’un autre pour lui venir en aide.

Dans ce sens, saint Jean donne ce titre à Jésus lui-même se faisant notre défenseur, et intercédant au ciel pour nos péchés : « Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un Paraclet auprès du Père, Jésus-Christ le juste » (1 Jn 2,1). Dans son Evangile par contre, c’est Jésus qui parle en désignant un autre Paraclet que lui : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. » (14,16-17).


L’Esprit Saint, que Jésus appelle l’Esprit de vérité, est donc un Paraclet autre que Jésus. Mais alors que Jésus est notre Paraclet au Ciel, l’Esprit Saint est notre Paraclet sur la terre. Plus précisément, il est le Paraclet dans l’intimité de chacun des disciples de Jésus. « Il demeure avec vous, et il sera en vous », venons-nous de lire. Un peu plus loin, il ajoute : « Le Paraclet, l'Esprit saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (14,26). Ici Jésus précise le rôle intérieur de ce Paraclet, et le sens du titre qu’il lui donne de « Esprit de vérité ». Le Paraclet est essentiellement ici un révélateur. Son rôle est de rappeler aux disciples la vérité enseignée par Jésus.


Mais cette vérité que le Paraclet rappellera aux disciples, c’est finalement Jésus lui-même, puisqu’il est la Vérité. Il venait en effet de dire à Thomas : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie » (14,6), ce que Pilate n’a pas compris, lorsque, devant Jésus, il dit avec scepticisme : « Qu’est-ce que la vérité ? » (18,38).

Si Jésus est la vérité, le rôle du Paraclet sera de rendre témoignage à Jésus, et de susciter le témoignage des disciples sur la personne de Jésus : « Quand sera venu le Paraclet, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ; et vous aussi, vous rendrez témoignage » (15,26-27).


Le mot grec employé ici – que l’on traduit par « témoignage » – est celui qui a donné en français le mot « martyre ».

Le martyr est le témoin par excellence de la personne de Jésus. Nous revenons ainsi à l’idée de départ : le lien qui existe entre l’Esprit Saint et la persécution.

Le martyre est celui qui rend témoignage de la Vérité, c’est-à-dire de Jésus lui-même, sous l’inspiration de l’Esprit Saint, le Paraclet, l’Esprit de Vérité. Il suscite le don de la vie pour la vérité, car la vérité vaut la peine que l’on donne sa vie pour elle. C’est ce dont Jésus nous a donné le témoignage en disant à Pilate, avant sa condamnation : « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » (18,37).


Que le Saint Esprit suscite en nous la force du témoignage, l’exemple de saint Pierre nous le montre avec éclat. Avant la Pentecôte, « effrayé par la question d'une simple servante, il ne put rendre témoignage à la vérité ; sa terreur fut si grande qu'elle le poussa à renier trois fois son Maître, en dépit de la promesse qu'il lui avait faite ». Après la Pentecôte, « Pierre fut le plus prompt et le seul de tous à rendre, devant la foule des Juifs assemblés, un témoignage éclatant de Jésus-Christ » (Saint Augustin, Tract in Johan. 92,2).


L’Esprit Saint nous donne la force de témoigner, non pas un jour, mais tous les jours.

Nous sommes par vocation des témoins, par l’Esprit Saint qui habite en nous. L’Eglise n’a pas besoin de critiques, ni de performances, mais de témoins qui annoncent par toute leur vie la vérité de l’Evangile. Ce témoignage est à la portée de tous, et c’est même souvent les plus petits et les plus faibles en apparence qui donnent le témoignage le plus éclatant. Restons donc petits, afin que la force de l’Esprit puisse nous envahir.

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article