les repas de Jésus ressuscité. solemnitas Ascensionis. un moine osb +

Publié le 12 Mai 2015

 

 

 

Avant d’entendre le récit de l’Ascension, considérons une dernière fois les quarante jours qui ont suivi la Résurrection.

 

Qu’a fait Jésus ressuscité pendant tout ce temps ? Il est apparu à ses disciples, les entretenant du Royaume de Dieu (Ac 1, 3). Or on constate que la plupart de ces apparitions et de ces entretiens se sont produits au cours d'un repas : « Il apparut aux onze pendant qu’ils étaient à table » (Mc 16, 14). La première lecture nous montre aussi Jésus à table avec ses disciples avant de monter au Ciel (Ac 1, 4).

Saint Luc indique que Jésus mange pour prouver à ses disciples qu’il est vraiment ressuscité avec son corps : comme ils étaient saisis de frayeur et de crainte pensant voir un esprit, il mangea devant eux un morceau de poisson grillé (Lc 24, 36-43). D’autres fois, le ressuscité distribue la nourriture à ses disciples, que ce soit à Emmaüs (24, 30) ou sur le bord du lac (Jn 21, 13). Saint Pierre précise que Jésus n’est pas seulement présent à ces repas, mais qu’il y mange. Il dit que les témoins de la Résurrection sont ceux "qui ont mangé et bu avec lui après sa Résurrection" (Ac 10, 41).


Le sens de ces repas si fréquents en présence du Ressuscité s’éclaire à la lumière des enseignements de la Bible. Dans la Sainte Ecriture le repas exprime la joie, surtout le repas sacré en présence de Dieu : « Vous ferez vos repas sacrés devant Jahvé votre Dieu, et vous vous réjouirez vous et vos familles » (Dt 12, 7). Les repas de Jésus expriment cette joie de la présence de Dieu parmi les hommes : Jésus mangeait et buvait avec ses disciples, tandis que Jean et ses disciples jeûnaient.


A la question : « Pourquoi, tandis que nous et les pharisiens nous observons le jeûne, vos disciples ne l’observent-ils pas ? », Jésus répond : « Les amis de l’Epoux peuvent-ils être dans la tristesse tant que l’Epoux est avec eux ? » (Mt 9, 14-15). Jésus précise ainsi que les repas qu’il prend avec les hommes sont l’expression d’une joie nuptiale en sa présence. Il compare même le Royaume qu’il est venu apporter à un repas de noces : « Il en va du Royaume des Cieux comme d’un roi qui fit un festin de noces pour son fils. Il envoya ses serviteurs convier les invités (…) avec ces mots : Dites aux invités : Voici, j’ai apprêté mon banquet, mes taureaux et mes bêtes grasses ont été égorgés, tout est prêt, venez aux noces » (Mt 22, 2-4).

L’Apocalypse  décrit aussi le Royaume futur comme un festin de noces avec l’Agneau : Une foule immense clamait dans le ciel : « Soyons dans l’allégresse et dans la joie, rendons gloire à Dieu, car voici les noces de l’Agneau (…). Heureux les invités au festin de noces de l’Agneau » (Ap 19, 7-9).


Par la Résurrection de Jésus, le Royaume futur est présent, et le monde nouveau est déjà commencé. En effet, au cours du dernier repas pris avec ses disciples avant sa Passion, Jésus leur avait dit : « J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir ; car, je vous le dis, je ne mangerai plus jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le Royaume de Dieu (…). Je  ne boirai plus désormais du fruit de la vigne jusqu’à ce que le Royaume de Dieu soit venu » (Lc 22, 15-16.18). Jésus a montré, en mangeant avec ses disciples après sa Résurrection, qu’il inaugurait avec eux le festin dans le Royaume.


Sitôt le Christ remonté au Ciel, les disciples se réunissent pour rompre le pain dans l’allégresse (cf. Ac 2, 46), montrant que l’Eucharistie prolonge dans l’Eglise la joyeuse expérience des repas pris avec le Ressuscité.

 

Par son Ascension Il ne nous quitte pas, mais il se rend présent dans le Sacrement de l’Eucharistie ; Il ne mange plus avec les hommes, mais il se donne en nourriture. La vision cesse, mais la communion est pleine. Dès lors, réjouissons-nous. Alléluia !

 

Rédigé par un moine OSB +

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article