courage. !

Publié le 17 Novembre 2015

 

"Ne vous étonnez jamais d'une part de souffrance qui, après tout, n'est jamais qu'une pressante invitation à nous replier vers Dieu. C'est en lui que se trouvent la force, la consolation, la douceur. Vous ne voudriez pas n'être pas un peu déchirés par les clous de la Croix où votre Epoux est attaché. Courage!

 

Lorsque le Seigneur nous veut à Lui, et lorsqu'il voit que notre âme est assez résolue, il nous rend inhabitable la région où nous vivions jusqu'alors.

 

De guerre lasse, l'âme va vers lui, comme le seul lieu de repos et de paix. Même les hommes semblent entrer dans la conjuration: au fond, ils deviennent les auxiliaires de Dieu. Ils font le jeu du Seigneur. Lorsque ceci est compris, l'âme prend son parti de tout. Elle comprend la jalousie de Dieu et lui sourit à travers ses larmes, ce n'est pas l'indifférence à tout le créé; c'est bien mieux que cela: c'est l'amour de la beauté du Seigneur qui transfigure toute chose, et nous fait aimer tout ce qui nous porte à lui.

 

dom Delatte.

 

... et demain les marchés de Noël, les festivités qui reprendront leurs droits, les décorations qui ne feront que le bonheur des petits, des guirlandes pour cacher bien de la misère, tromper le monde et le bercer dans des rêves inaccessibles, des illusions et des déceptions grandissantes avec un sapin de Noël qui aura bien du mal à s'intégrer dans un décor si peu réceptif à la joie plutôt enclin à la déprime, faisant face aux fins de mois de plus en plus difficiles.

l'ambiance n'y sera peut-être  pas cette année, pas dit; il faut bien s'éclater pour oublier.

augmentant l'angoisse des personnes seules, isolées, comme chaque année, creusant un peu plus l'abîme qui les sépare du monde festif.

Comme tout ce décorum paraitra encore plus superficiel dans ce monde qui a rejeté Dieu, l'incarnation, la Rédemption, le sacrifice de la Croix, de la Messe,

monde du pas d'amalgame, de l'auto-suffisance, de l'auto-satisfaction,  mépris, indifférence, , du chacun chez soi, chacun pour soi,  voué à des lendemains encore pas tristes., qui peut s'en étonner alors de cette spirale de violence? la barbarie n'existe-t-elle pas bien avant tous ces drames. On récolte ce qu'on a semé . et demain on s'installera de nouveau dans son confort, dans son bien être ,  dans son mépris pour l'autre, dans l'idôlatrie de son ego,  de sa petite personne .

une journée de compassion du monde, ou deux sur 365 jours de larmes, de souffrance pour beaucoup

des voisins qui vous rendent visite, prennent de vos nouvelles.. offrent leurs services, .. ah zut ce sont des mormons. ou témoins de zéovie,  ou  des gens qui ne croient souvent en rien, très gentils d'ailleurs. et

les autres? quels autres?

ah si ouf, les oblats de l'Arche, trop sympas, seules relations humaines et  si pleins de gentillesse. 

Parfois, on voudrait faire pareil, prendre l'exil, pour aller où, se confier à qui?

 

Alors demain on pleurera encore sur son sort.

 

 

et demain ... ?

courage !

 

 

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article