quand les vèpres rompaient la monotonie d'un dimanche .

Publié le 8 Novembre 2015

 

 

 

Enfin lundi. Oui, car on y a survécu. Elle est passée, remise aux oubliettes jusqu'à la semaine prochaine. Elle ? Cette chose qui apparaît dimanche vers 17 heures, et vous rend l'atmosphère sinistre et la nuit inquiétante. C'est la déprime dominicale à laquelle s'abandonnent aussi les Libanais avec fatalité et ponctualité.

 

Il est 17h00, l'après-midi ne traîne pas. Il meurt dans la soudaineté et la brièveté d'un ciel avalé par un fleuve d'encre. C'est alors que l'engin machiavélique du blues dominical peut se mettre en marche. Sur le chemin du retour, vers la maison, comme il se doit, c'est un peu comme si toute l'autoroute était peuplée de morts-vivants. L'œil fixe, le sourcil fripé, la mine terreuse, ils se dirigent doucement vers le lugubre lac qui s'apprête à engloutir le monde, lundi matin. Ils marchent lentement, solitaires dans leur coude-à-coude, dévastés par leur atonie commune. Les plus jeunes ne parviennent pas à mettre le doigt dessus, les plus âgés se métamorphosent en des Peter Pan déboussolés. Les parents devenus étrangement cotonneux et plein d'empathie proposent un arrêt au supermarché pour se fournir en pain, viennoiseries ou même en friandises radioactives, tout ce qu'il faudra pour alléger le supplice du lendemain matin.

Puis vient le retour fatal à la maison, dans cette tonalité frisquette d'après-midi dominicaux spleeneux, reclus face au mur, face à une dissertation ou un exercice d'algèbre que l'ont sait perdus d'avance. Ces minutes infinies où l'on s'engonce s'étirent de chien à loup, de la déprime télévisée d'un terrain de basket zahliote à un Drucker inoxydable, presque embaumé, qui célèbre on ne sait trop pourquoi les dimanches après-midi, jusqu'au lettrage d'un studio de cinéma américain annonçant un paresseux thriller ou un sirupeux feuilleton turc. Mais rien ne dissipera la ténacité de ce blues dominical.

 

« Il faut rentrer ! Demain, c’est lundi »

 

l'orient le jour.

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article