prière à Jésus enfant.

Publié le 29 Décembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

O Enfant Jésus, j'ai recours à Vous. Je Vous en prie, par votre Sainte Mère, assistez-moi dans cette nécessité (ici l'on expose l'objet de sa demande), car je crois fermement que votre Divinité peut me secourir. J'espère avec confiance obtenir votre sainte grâce. Je Vous aime de tout mon coeur et de toutes les forces de mon âme. Je me repens sincèrement de mes péchés; et je Vous supplie, ô bon Jésus, de me donner la force d'en triompher. Je prends la résolution de ne plus jamais Vous offenser; et je viens m'offrir à Vous, dans la disposition de tout souffrir plutôt que de Vous déplaire. Désormais, je veux Vous servir avec fidélité. Pour l'amour de Vous, ô Divin Enfant, j'aimerai mon prochain comme moi-même. Enfant plein de puissance, ô Jésus, je Vous en conjure de nouveau, assistez-moi dans cette circonstance (nommez-la), faites-moi la grâce de Vous posséder éternellement avec Marie et Joseph; et de Vous adorer avec les Saints Anges de la Cour céleste.

 

Souvenez-Vous, ô divin Enfant Jésus, de la promesse si douce que vous avez daigné faire vous-même à votre dévote servante, la vénérable Marguerite du Saint-Sacrement, lorsque vous lui disiez ces paroles si pleines de consolation pour notre cœur triste et accablé : « Recours à mon Cœur, et chaque fois que tu voudras obtenir une grâce, ne manque jamais de me la demander par les mérites de ma sainte Enfance, car je ne te la refuserai point. » Rempli de confiance en votre parole, ô divin Enfant Jésus, si miséricordieux et toujours fidèle dans vos promesses, je viens à vos pieds vous exposer mes peines. Aidez-moi à mener une vie sainte, afin d'arriver sûrement à l'éternelle patrie, et par les mérites de votre Incarnation et de votre sainte Enfance, ô divin Enfant Jésus, par l'intercession aussi de votre auguste Mère et des saints archanges Michel et Gabriel, daignez m'accorder la grâce que je sollicite... (en silence, on expose l'objet de sa demande). Je l'implore avec la plus vive instance, car vous savez combien j'en ai besoin.

Non, ô doux Enfant Jésus, je ne serai point trompé dans mon espérance. Je me jette dans les bras de votre tendresse, de votre miséricorde et de votre puissance, persuadé que vous écouterez ma prière et que je ne me relèverai pas de vos pieds sans avoir été consolé et exaucé.

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article