pitié Seigneur, car nous avons péché.

Publié le 8 Février 2016

 

 

 

 

O Dieu, ayez pitié d'un pauvre pécheur!
Seigneur, miséricorde!
Jésus, Fils de David, ayez pitié de moi!
Vous qui m'avez créé!
Vous qui m'avez racheté!
Vous qui m'avez sanctifié!
O Jésus, ayez pitié de moi!
Mon Dieu, ayez pitié de moi selon votre grande miséricorde!
Ne me perdez pas pour l'éternité, ne m'abandonnez pas!
O Jésus, venez à mon secours, assistez-moi, protégez-moi!
Je me recommande à vous, je m'offre à vous, je vous donne mon âme et mon corps!
Je me réfugie dans votre Cœur, ô Jésus, je me cache dans vos plaies, je m'abîme dans votre miséricorde!
Mon Dieu, que je suis misérable! Mon Dieu, que je suis méchant!
Ayez pitié d'un infortuné!
Ayez pitié d'un impie!
O Dieu de bonté, ayez pitié de moi!
Du fond du cœur, je soupire vers vous, ô mon Dieu!
Dieu très bon, très miséricordieux, ne m'abandonnez pas!
Si vous me délaissez, je suis sans ressources; si vous me repoussez, je suis perdu!
Qui me recevra, ô mon Dieu, si vous m'abandonnez? Nul n'est si bon que vous, au ciel et sur la terre!
Souvenez-vous de l'ouvrage de vos mains, ô mon Dieu, et de la noblesse dans laquelle vous m'avez créé!
Ne souffrez pas que votre enfant vous échappe et soit la proie du démon!
Mon Dieu, je remets mon âme entre vos mains!

***

Je crois en vous, Dieu tout-puissant, mon légitime Seigneur et Maître.
Vous êtes mon Créateur, mon Rédempteur; seul vous avez un entier pouvoir sur mon être.
Je crois tout ce que vous avez révélé, parce que vous l'avez révélé.
Je crois tout ce que croit la sainte Eglise catholique, je désire vivre et mourir dans cette foi.
Quoique beaucoup d'articles de foi dépassent mon intelligence, je les tiens pour révélés de Dieu.
Je proteste de ma foi, par serment, et suis prêt à donner ma vie pour cette foi.
O mon Dieu, prenez soin de ma foi, fortifiez-la, conservez-la.
Si, à l'heure de ma mort, quelque tentation contre la foi venait m'assaillir, je proteste d'avance contre elle et la déteste de tout mon oœi;r.
Mon Dieu, étendez la foi catholique dans tout l'univers, détruisez l'erreur, extirpez les hérésies.
Ramenez à la foi les âmes égarées, ne les laissez pas se perdre éternellement.

***

Mon Dieu, vous m'avez destiné à la béatitude éternelle, j'espère que vous m'y conduirez.
Quoique les bonnes œuvres soient nécessaires pour gagner le ciel, je ne compte pas sur celles que j'ai pu faire, parce qu'elles sont petites et imparfaites.
Je me confie en vos promesses, ô mon Dieu; vos promesses sont la vérité même.
J'espère ma part de votre héritage, ô mon Dieu, puisque vous m'avez adopté pour votre enfant.
J'espère dans les mérites que Notre-Seigneur Jésus-Christ a légués à ses fidèles.
J'espère en sa Passion très douloureuse, par laquelle il a satisfait pour mes péchés.
J'espère en sa mort très amère, par laquelle il nous a rachetés de la mort éternelle.
J'espère en la vertu des sacrements que Jésus-Christ a bien voulu me faire recevoir.
J'espère dans le saint Sacrifice de la Messe, institué pour mon salut.
J'espère en la protection de la Sainte Vierge et en la fidèle assistance des Saints.
J'espère surtout, ô mon Dieu, en votre infinie bonté, en votre miséricorde, qui n'a jamais manqué à une âme confiante.
Je m'appuie si fortement sur cette miséricorde qu'il me paraît impossible de me perdre.
Et alors que j'aurais commis plus de péchés encore, je ne perdrais point l'espoir d'être sauvé!
Car votre miséricorde dépasse infiniment mes crimes.
Le nombre de mes péchés ne saurait arrêter l'effet de votre miséricorde.
Au contraire, plus le pécheur est coupable, plus il vous revient d'honneur de son salut, puisque votre miséricorde y brille d'un plus grand éclat.
J'espère donc en vous, ô bonté infinie; je me confie en vous, ô miséricorde sans bornes de mon Dieu!
Cette ferme espérance, ni les hommes ni les démons ne l'ébranleront jamais.
Si, à la dernière heure je venais à chanceler, ô Seigneur, affermissez-moi !
J'ensevelis mon espoir dans votre Cœur sacré, afin qu'il y demeure inébranlable à jamais.

***

O Dieu, je voudrais répandre mon cœur en votre présence, le voir enflammé de votre amour!
Semblable à une tendre fiancée, je voudrais m'entretenir avec vous, ô mon céleste Epoux, et vous dévoilai? l'amour de mon âme.
Car vous êtes, ô Seigneur, l'Epoux choisi de mon cœur, son unique trésor.
Personne au monde ne saurait m'aimer d'un amour semblable au vôtre : c'est pourquoi mon âme s'attache à vous uniquement.
Ah! que ne puis-je comprendre l'intensité de votre amour pour y répondre dignement.
Je vous aime, ô mon Dieu, autant que je le puis, mais moins que je ne voudrais et ne devrais vous aimer.
Faites que je vous aime davantage. Découvrez-moi vos charmes et mon cœur s'enflammera d'une divine charité.
O Dieu! vous êtes le Dieu d'amour! Vous êtes admirable et le Dieu de toute beauté, de toute douceur. Vous êtes infiniment aimable, plein de douceur, de miséricorde, de grâce, de magnificence et de gloire.
Tout le bien que l'esprit peut imaginer et le cœur désirer est en vous, ô mon Dieu!
Qui donc ne vous aimerait pas, ô suprême bien?
Je vous aime, ô mon Dieu, oui, je vous aime, mais que cet amour est misérable, froid, imparfait, inconstant!
Purifiez-le, mon Dieu, enflammez-le, fortifiez-le.
Blessez mon cœur des flèches de votre divine charité, brûlez-le de vos divines flammes.
Esprit-Saint, vous qui remplissez de vos feux les âmes des fidèles, consumez mon cœur de l'amour divin.
Unissez mon cœur au Cœur de Jésus, afin que les flammes du Sacré Cœur dévorent le mien.
Quand donc brûlerai-je de l'amour de mon Dieu, quand donc lui serai-je indissolublement uni, quand l'amour m'aura-t-il transformé?
O Dieu, ce moment béni ne serait-il pas venu? Mon cœur tressaille je le sens brûler dans ma poitrine!
Je vous aime, ô Dieu le Père; je vous aime, ô Dieu le Fils; je vous aime, ô Dieu le Saint-Esprit.
Trinité sainte, je vous adore, je vous aime, maintenant et à jamais.
Je vous aime de tout mon cœur, de toute mon âme, de tout mon esprit, de toutes mes forces.
O Dieu si doux, ô Dieu si bon, Je vous aime! Vous êtes mon Père, mon ami, mon frère, mon époux, mon unique bien, ma seule consolation.
Vous êtes mon espoir, mon salut, mon bonheur; Vous êtes mon Dieu et mon tout.
Mon âme se réjouit et mon esprit tressaille en vous, mon Seigneur et mon Dieu.
O joie sans pareille d'aimer un si grand bien et de le posséder à jamais !
Aidez-moi, Seigneur, à vous connaître davantage pour que mon amour augmente de plus en plus.
O Dieu d'amour, votre désir est d'être uni aux hommes par l'amour. O Seigneur, établissez en moi le règne de votre charité!

 

Père Martin de Cochem

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article