anniversaire de l'encyclique Rerum novarum

Publié le 26 Avril 2016

 

 

Entretien avec le père Robert Sirico

 

 

Comment le christianisme peut-il constituer un rempart contre la mainmise de l’État sur les individus dans des sociétés occidentales où son influence et ses racines philosophiques sont la plupart du temps, sinon méprisées, du moins ignorées ?

 

 Il pourra remplir ce rôle précisément en nous faisant revenir à nos propres racines, car une partie de la crise du christianisme aujourd’hui n’est pas simplement une crise de culture en général, c’est le reflet de la crise existant au sein du christianisme. Si nous revenons à nos premiers principes, à savoir la dignité de la personne humaine, la fiabilité de l’esprit pour appréhender une réalité objective, l’importance du besoin social de transcendance, les dimensions sociales et individuelles, les dimensions physiques et transcendantes de l’être humain, si nous revenons à toutes ces idées, eh bien je crois que nous pourrons nous réaffirmer avec confiance.

La route s’annonce très certainement cahoteuse, nous aurons l’impression d’être sur un chemin jalonné de nids-de-poule car il s’agit de rééduquer toute la société, c’est là que réside la plus grande difficulté.

Nous vivons actuellement dans une culture qui pense qu’elle connaît le christianisme et qu’elle a reçu juste assez de lui, dans ses symboles, langages et culture, juste assez de christianisme pour être vaccinée contre le réel. Nous devons représenter ce réel et pour ce faire, pour le dire d’une façon théologique, pour évangéliser, nous nous devons d’être à nouveau évangélisés.

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article