Antoine Anneessens

Publié le 5 Octobre 2016

 

Antoine Anneessens voit le jour à Ostende le 31 juillet 2001.

Il débute son parcours musical à l'âge de 8 ans et apprend à jouer de la flûte à bec au muziekatelier de Bredene. Il est encore actuellement membre actif de l'ensemble Ocarina qui donne de temps en temps des représentations.

A 9 ans, il entend jouer l'organiste Paul Pijpops. C'est alors que naît son désir de pouvoir jouer d'un instrument aussi majestueux offrant autant de sonorités. Peu après, Paul Pijpops devient son professeur. Antoine combine alors les leçons d'orgue avec celles d'harmonium.

Petit à petit, il comprend qu'il a un autre lien avec l'orgue. Son père, Pierre, lui raconte l'histoire de ses ancêtres, qui pendant plus de 150 ans, ont construit des centaines d'orgues dans le monde entier.

Tout commence avec Pieter-Hubertus, son arrière-arrière-arrière-grand-père, qui construit son premier orgue en 1830. Charles, fils de Pieter-Hubertus (donc son arrière-arrière-grand-père), s'établit en 1862 en tant que facteur d'orgues. Les trois fils de Charles (Paul, Oscar et Jules) dirigent également leur propre manufacture. Jules, son arrière grand-père, débute son entreprise en 1903. Paul, fils de Jules et frère de son grand-père, décède en 1976 à l'âge de 59 ans. Il est le dernier facteur d'orgue en ligne directe de la dynastie Anneessens.

Depuis septembre 2013, Antoine suit les cours d'orgue au Conservatorium aan Zee d'Ostende avec Jean-Pierre Hautekiet, organiste, carillonneur, pianiste, accompagnateur et chef de choeur.

Antoine rêve de pouvoir réaliser un « voyage musical » sur les différents orgues construits par ses ancêtres.

 

Lors de son premier concert public, le 5 avril 2014, à Halluin (France) il joue à l'orgue de son arrière-arrière-grand-père, Charles Anneessens, avec François Brulin, organiste titulaire de Roubaix et Tourcoing, ainsi qu'avec quelques élèves de La Schola.

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article