de la fête de la Dédicace

Publié le 10 Octobre 2016

 

photo petit Placide

 

L'Évangéliste saint Luc réserve une attention particulière au thème de la miséricorde de Jésus. Nous trouvons en effet dans son récit certains épisodes qui mettent en relief l'amour miséricordieux de Dieu et du Christ, qui affirme être venu appeler non les justes mais les pécheurs (cf. Lc 5, 32).

Parmi les récits typiques de Luc se trouve celui de la conversion de Zachée, qu'on lit lors de la liturgie de ce dimanche. Zachée est un « publicain », ou plutôt le chef des publicains de Jéricho, une ville importante près du Jourdain.

Les publicains étaient les percepteurs des impôts que les juifs devaient payer à l'empereur romain, et pour cette raison déjà ils étaient considérés comme des pécheurs publics. En outre, ils profitaient souvent de leur position pour extorquer de l'argent aux personnes.

C'est pourquoi Zachée était très riche, mais méprisé de ses concitoyens.

( on comprend quand les impôts fonciers tombent c'est jamais la joie ! pas des gens fréquentables, nos publicains, y a des publicaines aussi maintenant   )

 

Par conséquent, lorsque en traversant Jéricho, Jésus s'arrête justement chez Zachée, il suscite un scandale général.

Mais le Seigneur savait très bien ce qu'il faisait. Il a en quelque sorte voulu prendre le risque et il a gagné son pari : profondément touché par la visite de Jésus, Zachée décide de changer de vie et promet de rendre le quadruple de ce qu'il a volé. Jésus dit : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison », et il conclut : « Le Fils de l'homme est venu pour chercher et sauver ce qui était perdu ».

 

Dieu n'exclut personne, ni les pauvres ni les riches.

Dieu ne se laisse pas conditionner par nos préjugés humains, mais il voit en chacun une âme à sauver et il est spécialement attiré par celles qui sont considérées comme perdues et qui se considèrent comme telles.

Jésus Christ, incarnation de Dieu, a manifesté cette immense miséricorde, qui n'enlève rien à la gravité du péché, mais vise toujours à sauver le pécheur, et à lui offrir la possibilité de se racheter, de recommencer à zéro, de se convertir. Dans un autre passage de l'Évangile, Jésus affirme qu'il est très difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux (cf. Mt 19, 23).

Dans le cas de Zachée, nous voyons justement que ce qui semble impossible se réalise : « Il a donné sa richesse, commente saint Jérôme, et il l'a immédiatement remplacée par la richesse du Royaume des cieux » (Homélie sur le Psaume 83, 3).

Et saint Maxime de Turin ajoute : « Pour les sots, les richesses alimentent la malhonnêteté, pour les sages au contraire, elles aident à la vertu : à ceux-ci, elles offrent une occasion de salut, aux autres un obstacle qui les perd » (Sermons, 95).

 

Chers amis, Zachée a accueilli Jésus et s'est converti, parce que Jésus l'avait, le premier, accueilli chez lui ! Il ne l'avait pas condamné, mais il était allé au-devant de son désir de salut.

Prions la Vierge Marie, modèle parfait de communion avec Jésus, afin que nous aussi nous puissions faire l'expérience de la joie d'être visités par le Fils de Dieu, d'être renouvelés par son amour, et de transmettre aux autres sa miséricorde.

 

Benoit XVI

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article