Sainte Lucie, Vierge et Martyre priez pour nous. 13 Décembre.

Publié le 13 Décembre 2016

Afficher l'image d'origine

Elle vivait à une époque exceptionnellement traversée, à la fin du règne de Maximilien Hercule et de Dioclétien.  Par un édit, porté à la fin d'avril de l'an 304, Maximilien mandait à ses préfets:" Nous commandons que dans tous les lieux où est prononcé le nom chrétien, ceux qui professent cette superstition soient contraints de sacrifier aux dieux ou soient mis à mort. On les dépouillera de leurs biens qui seront, avec les revenus attribués au fisc."

Notre temps est moins tourmenté sans doute; cependant qui oserait nier que la persécution pour être moins brutale, ne s'affirme et ne s'affiche; que "le nom chrétien" ne soit détesté et que nombre de chrétiens et de chrétiennes n'aient été dépossédés de leurs biens au profit du fisc, attaques contre la famille etc..

Elle était orpheline et vivait avec Eutychie, sa mère. Celle-ci l'avait fiancée à un jeune païen de famille opulente, qui, dans sa pensée, rendrait sa fille heureuse. Or Lucie avait consacré sa virginité au Christ.

Pour se faire ou pour rester chrétien, il fallait donc s'attendre à toutes les disgrâces, être prêt à avaler tous les mépris et toutes les hontes. Sainte Lucie le savait, mais elle avait foi dans son bon et doux Maître. Elle savait que le meilleur moyen de vaincre le monde et les persécuteurs des serviteurs de Dieu, c'est de tout abandonner à Dieu.

Le martyre de ste Lucie fut plus douloureux  encore qu'elle ne pensait, car au martyre de ses membres son juge scélérat voulut ajouter le martyre de sa pudeur.

" Le Saint-Esprit est-il en toi?" lui demande-t-il?  Et elle fait cette belle réponse:" Ceux qui vivent dans la chasteté et la piété sont le temple du Saint-Esprit."

' C'est par votre foi, dit l'Eglise que vous êtes venue au secours de votre mère et qu'elle a été sauvée, fides tua illi subenit."

Cette foi ne l'abandonne pas durant son interogatoire et ses tourments. Les coups ont beau pleuvoir sur elle, la foi, plus forte que les coups, remporte cette victoire qui fait l'admiration du ciel, victoria quae vincit mundum, fides nostra.

  Conservons à son exemple le Saint-Esprit en nous par la chasteté et la piété. Le monde nous enveloppe et nous hait, il veut notre ruine et il la prépare à l'aide de ses pièges habituels.

Si nous abandonnons tout à Dieu, tout sera bien gardé.

   Ayons confiance parmi les persécutions. Elles sont de toutes les époques. Ne craignons pas les humiliations ni les disgrâces.

      Ce que j'admire dans sainte Lucie, c'est qu'elle avait tout ce que le monde envie, la richesse, la beauté, un magnifique avenir en perspective et qu'elle renonce à tout cela pour s'attacher à l'Evangile, qui prêche le détachement de tous  ces biens; qu'elle se fit humble avec les humbles, peuple avec le peuple, car sa fortune, elle en distribua tout ce qu'elle put aux pauvres de Jésus-Christ.

Elle ne se demande point si le christianisme est impopulaire, elle sait que la vérité est là, que Jésus est le Fils de Dieu: elle n'hésite point, elle se range du côté de Jésus, son divin Epoux, du côté de la Vérité qui seule délivre, éclaire et sanctifie les âmes. Et c'est ainsi qu'elle mérita la double auréole de la virginité et du martyre.

Puisse la douce vierge que nous implorons aujourd'hui nous obtenir la grâce de rester fermes dans la foi !

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article