St Vincent diacre et martyr. priez pour nous.

Publié le 22 Janvier 2017

 

 

sanvicente

    Quand l'impiété est battue sur le terrain de la raison, de la science et du droit, il lui reste une dernière ressource la force.

Le gouverneur Dacien, las de voir que ses efforts étaient rendus stériles par le zèle infatigable de Vincent le fit arrêter et conduire à Valence. L'interrogatoire ne fut pas long: " Veux-tu obéir aux empereurs et sacrifier aux dieux ?

- Non ! - Bourreaux faites votre oeuvre!

A ces mots le martyr fut attaché à un poteau, et avec des poulies on lui disloqua tous les membres; mais rien ne put faire disparaître la joie qui brillait sur son visage. Alors on lui déchira le corps avec des crochets de fer; mais saint Vincent plus avide de souffrance que son tyran de cruauté, lui reprochait sa faiblesse en disant :" Que vos forces sont petites et vos interventions misérables! Je pensais que vous iriez plus loin. "

A cette raillerie, Dacien bondit de rage: il fait battre les bourreaux pour les punir de leur impuissance et stimuler leur zèle; puis quand il a bien excité la fureur de ces hommes, il leur ordonne d'étendre Vincent sur un lit de fer sur lequel il a fait mettre le feu; en même temps on lui applique sur la poitrine des lames de fer rouge, en sorte que la chair est bientôt consumée et qu'on voit apparaître les os déjà noircis et calcinés. Quelle torture! Mais, en cet état, la victime sourit encore, les yeux levés au ciel pour y chercher sa couronne.

Dacien est découragé... il ordonne qu'on ramène Vincent en prison.

Selon toutes les apparences, le martyr devait expirer dans son cachot; le corps humain dominé qu'il soit par une âme héroïque, ne résiste pas à certains tourments. Dacien le savait et comptait bien être débarrassé de son redoutable adversaire.

Quelle ne fut pas sa  surprise quand , le lendemain matin, les gardiens de la prison vinrent lui annoncer que le captif  guéri et plein de force, se promenait dans son cachot, entouré d'une clarté céleste et mêlant sa voix aux chants de triomphe que faisaient entendre des choeurs invisibles. Pendant la nuit, les anges étaient descendus dans cet antre humide et obscur; ils avaient rappelé à la vie le soldat invincible qui allait expirer; ils avaient fermé ses plaies et fortifié son courage en lui promettant une prompte et complète récompense.

Dacien ne fut pas converti par ce prodige. Il était arrivé à cet état d'aveuglement absolu où Dieu conduit parfois, pour les punir, les persécuteurs. Il fit venir Vincent et, désespérant de le séduire par la souffrance, essaya de le séduire par la volupté. " Tes tourments, ont été grands et excessifs; il est bien raisonnable que tu te reposes à présent sur une couche moins pénible." En exécution de ses ordres, le martyr fut transporté dans une chambre agréable et placé sur un lit délicieux. Mais sa grande âme ne put supporter d'être ainsi privée de souffrir. Elle supplia Dieu de mettre fin à une épreuve indigne d'elle.

Dieu exauça sa prière et bientôt l'âme de Vincent s'élança vers le ciel pour aller y recevoir, en échange de son sang fidèlement répandu, la couronne des saints martyrs.

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article