"Aujourd'hui si vous entendez sa voix. " Septuagésime.

Publié le 9 Février 2017

 

 

Le père de famille sortit vers la 3ème, 6ème et 9ème heure du jour. Ce devait être neuf heures du matin, midi et trois heures du soir, suivant notre manière actuelle de compter car Juifs et Romains ne comptaient pas comme nous et divisaient le jour comme la nuit en douze heures.

La première heure du jour commençait au lever du soleil, la troisième à neuf heures du matin, la sixième à midi et la neuvième à trois heures du soir. Traversant la place Notre-Seigneur aperçut d'autres ouvriers restés oisifs, sans rien faire et leur dit " Allez vous aussi, à ma vigne" .

Ces différentes heures sont les différentes étapes  de notre vie où Dieu nous appelle : notre enfance, jeunesse, l'âge mur, la vieillesse; sans cesse il nous appelle et tous les jours nous dit " Aujourd'hui si vous entendez ma voix, n'endurcissez pas votre coeur." règle de st Benoît.

Sortant vers les cinq heures à la dernière heure du jour, il trouve encore des ouvriers oisifs :' Pourquoi restez-vous tout le jour sans rien faire?

 

Ces derniers sont ceux qui se convertissent dans leurs derniers instants comme le bon larron , dans l' "aujourd'hui " du Seigneur ,  ils ne doivent jamais désespérer de  la miséricorde de Dieu  (règle de st Benoit)  qui leur promet à eux aussi un juste salaire.

 

Le soir venu, le père de famille dit à son régisseur :" Appelez les ouvriers et payez- les " . 

quel bonheur de recevoir un salaire.. !  plus  des pourboires. Chez nous, les pourboires étaient partagés entre service cuisine, service de table; quel plaisir quand on passait au bureau du Chef ! plus les compliments; là oui on était considérés,

  Il nous amenait après au bowling avec toute l'équipe et on finissait les soirées comme ça. les engueulades, les coups de gueule pendant les coups de feu, n'existaient plus. Tout était oublié et pour se terminer très souvent autour d'un verre de champagne..

 

Ce sera le moment de notre mort, où Dieu nous citera devant lui  et nous demandera de rendre des comptes sur le travail effectué. Et les ouvriers de la dernière heure recevront autant que les premiers.  Mais il serait téméraire d'attendre la dernière heure pour notre conversion.

 

 

Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu s'efforçant de le servir avec toute sa générosité possible ; la récompense sera  mesurée non par le temps écoulé, mais encore par les vertus pratiquées et les bonnes oeuvres que nous aurons faites.  et toujours recommencer.

Allons, bons ouvriers du Père de Famille, ne restez pas oisifs, la fin du jour arrive bientôt et vos peines ne seront pas perdues.

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article