le royaume de Dieu: le bon grain et l'ivraie.

Publié le 6 Février 2017

Afficher l'image d'origine

 

Le royaume de Dieu sur terre, qu'on peut appeler le royaume du Fils, puisque le Fils en fixe les lois et le proclame, demeure distinct du royaume éternel qui est celui du Père: il contient de bons et de mauvais éléments qu'on ne peut encore discerner; dans le champ qui est le monde où le règne de Dieu s'exerce, le bon grain et l'ivraie poussent entremêlés. Or " le bon grain ce sont les fils du règne; l'ivraie, ce sont les fils du mal; l'ennemi qui l'a semée, c'est le diable;  la moisson c'est la consommation du siècle; les moissonneurs ce sont les anges. De même donc que l'ivraie est ramassée et brûlée au feu, ainsi en sera-t-il dans la consommation du siècle; le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité.

L'enseignement est clair: être membre du royaume de Dieu sur terre, n'est pas un signe d'impeccabilité ni de salut certain. Il reste encore beaucoup à faire avant d'atteindre le ciel, et il faut se préserver constamment du mal que Dieu, lui, supporte avec patience pour éprouver la constance des élus.

Cette parabole met en relief la différence du royaume de Dieu sur terre et au ciel. Le Père n'accueillera dans le sien que les justes.

 

Le royaume établi ici-bas par le Fils aura une fin, Dieu discernera alors le bon grain de l'ivraie, les bons et les mauvais poissons, ainsi que l'enseigne encore la parabole du filet.

Si l'établissement du règne du Christ ici-bas ne se fait pas par une manifestation instantanée, sensible, ni surtout glorieuse, le Christ vient continuellement sur terre et dans les âmes. Il se tient à la porte et Il frappe. Il propose à tous la grâce, et cette offre est celle même du salut..

Voilà pourquoi le royaume de Dieu sur terre présente des phases variées de succès et de recul apparent. "Il faut appliquer au règne de Dieu, après la mort du Christ, le même caractère que de son vivant. Il existe, mais il peut venir encore, se développer, et rien n'empêche que certains grands évènements ne lui donnent encore une allure nouvelle.

Certainement un des accroissements notables du règne sera celui, prédit par le Sauveur qui se produira à l'occasion de la ruine de Jérusalem.

" Lorsque vous verrez arriver ces choses, sachez que le règne de Dieu est proche."

Aussi l'espérance a-t-elle toujours lieu de s'exercer, puisque l'accroissement du règne est de tous les jours et de tous les instants.

L'âme aimante désire sans trêve que le règne de son Dieu s'accroisse en elle et s'étende dans tout le monde, que la souveraineté divine soit acclamée.

C'est le voeu le plus ardent du fidèle, qui supplée par le désir ce que sa bonne volonté ne peut obtenir d'elle-même; elle prie pour que toutes les places soient occupées dans le banquet céleste et que la terre devienne un peu un ciel, où Dieu règne sans conteste et par l'amour.

L'espérance peut aussi attendre et désirer la consommation de toutes choses, la fin de la vie sur terre qui est toujours un exil loin de la demeure paternelle, mais le Christ n'a voulu fixer ni le jour ni l'heure de sa venue glorieuse.

La durée du royaume de Dieu sur terre est incertaine. Il semble toutefois qu'elle soit assez longue, puisque l'Evangile du royaume doit être prêché à toutes les nations , dans le monde entier. L'image de la maison bâtie sur le roc et qui résiste à tous les assauts n'est pas non plus sans signification à cet égard.

C'est avec patience et dans la joie qu'il faut envisager la venue du Fils de l'homme, du moins comme le suggère saint Luc, au jour de la mort.

Le Christ Juge et Sauveur introduira dans le royaume de son Père tous ceux qui ont espéré sa venue, s'y sont préparés dans la patience et la vigilance et ont collaboré à l'extension de son règne, en étant membres actifs et zélés de son royaume.

Concrètement, si le royaume de Dieu prêché par Jésus est d'abord et surtout celui du ciel, son règne s'exerce déjà sur terre; c'est en acceptant sa personne, en faisant accueil à la grâce offerte et à son message que l'on fait déjà partie du royaume de Dieu sur terre et que l'on mérite la possession du bonheur éternel du ciel.

L'Eglise, qui est le règne de Dieu sur terre, eut, elle aussi un humble commencement; sa croissance sera immense. Ainsi en sera-t-il des âmes fidèles au don de Dieu et qui auront répondu à son appel.

Rp Spick op +

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article