sed libera nos a malo . le Christ notre rédemption.

Publié le 8 Mars 2017

Résultat de recherche d'images pour "al pie de la cruz"

 

"O mon Christ aimé, crucifié par amour ."

 

   " Si nous avons l'intelligence de la vie chrétienne, nous comprenons tout de suite que la délivrance du mal, notée dans le Pater comme une dernière supplication, est le premier besoin de notre vie surnaturelle. Celui-là vit qui est délivré du mal.

Le mal est partout, c'est un fait d'expérience. A chaque instant, nous rencontrons le mal sous toutes ses formes: mal corporel, mal moral surtout.

Notre-Seigneur a dénoncé le monde comme le réceptacle de ce mal. C'est une obsession... Le monde, c'est son ennemi. C'est le lieu du scandale où habite l'esprit mauvais qui tente les âmes. Mais le mal n'est pas que dans le monde, il habite aussi dans notre propre coeur...

Le mal était présent au Paradis terrestre, il avait une complicité dans un coin ignoré du coeur innocent de nos premiers parents.

...

Toute une partie de la vie chrétienne consiste donc à gémir devant cette oppression du mal qui nous prend en mille détails et qui irait, si nous la laissions faire, jusqu'à nous donner " ce coeur mauvais, méchant, plein d'incrédulité" qui nous éloignerait du Dieu vivant. Ce n'est pas très glorieux mais c'est ainsi.

C'est pourquoi le désir d'être affranchi du mal est le voeu le plus profond du coeur chrétien.

Ce voeu profond a un point d'appui, il a de quoi s'alimenter: il a le Christ qui est essentiellement rédemption. L'apôtre, en effet, ne dit pas: le Christ nous a donné la rédemption, mais il est fait par Dieu pour nous rédemption. Qu'est-ce à dire?

Ceci exactement: l'être intime du Christ, sa structure, pourrait-on dire, n'a été conçue, réalisée dans l'Incarnation qu'en vue de nous racheter; il est construit, si j'ose m'exprimer ainsi, comme un rédempteur. Il est fait exprès pour cela. 

Pour être rédempteur, que fallait-il?

D'abord, qu'il soit nous, qu'il ait notre nature humaine. C'est la nature humaine qui a péché, c'est elle qui doit payer la justice divine. Si le Christ n'avait eu que la nature humaine, quelle que fût sa puissance de bonne volonté et de bonnes oeuvres, il n'aurait rien pu pour nous racheter du péché. Mais en même temps qu'il est Homme, le Christ est Dieu.

...

Le Christ est créé exprès en vue de la rédemption. Il fallait pour la rédemption un homme qui payât pour la nature humaine et un Dieu qui seul peu donner une valeur d'expiation infinie aux souffrances de cette nature humaine.  Le Christ a sa nature, mais c'est notre nature. Il l'a prise afin de se substituer à nous, afin d'être pour nous un nouvel Adam.  Adam a été pour nous le premier père, il possédait en lui toute la nature humaine :" En lui nous avons tous péché" . Le Christ possède en lui aussi toute la nature humaine, non plus pour la mort, mais pour la justification qui donne la vie.

Nous, les rachetés, sommes tous en quelque sorte ramassés en lui: quand il nous rachète, nous expions avec lui; quand il meurt, c'est nous qui mourons :" Nous sommes ensevelis avec lui dans sa mort. "

A partir du moment où le Christ nous a rachetés, il n'y a plus d'autre rédemption à opérer pour nos péchés. Le Christ est la rédemption, il l'a consommée dans son humano-divin.

Par conséquent, voulez-vous être délivrés de vos fautes, du mal que vous avez commis, de celui que vous craignez? Vous voulez cela, c'est le voeu de votre  vie? Il est réalisé d'avance dans la rédemption de notre Christ!

Que faire en face de ce grand fait?

D'abord, en avoir l'intelligence: avoir le sens de la rédemption du Christ, comprendre que ce n'est pas nous qui allons réparer et expier. Sans doute, nous ferons quelque chose, mais qui n'aura de valeur rédemptrice que par le Christ: nous n'avons pas en nous le pouvoir de nous racheter.

C'est une bonne pensée dans son origine que de vouloir se racheter, expier ses péchés: c'est une pensée de justice. Mais cette pensée est bonne à condition qu'elle prenne forme de vie en celui qui est notre rédemption.

Gardons-nous de céder à la subtile présomption, au sentiment d'une justice naturelle qui dit :" Je t'ai offensé de tant, je te rends tant; tu n'auras plus rien à me dire." Cela c'est faux. Dieu aura toujours quelque chose à nous dire, parce que, sans le Christ, nous ne pouvons nous racheter. - Cette justice laïque ne délivre pas du mal.

Ce qui délivre du mal, c'est d'adhérer au Christ comme rédemption, de contracter sa rédemption comme on contracte le péché originel. -

Notre rédemption elle est faite dans le Christ, disons-nous. Alors notre vie d'âme, cette vie exposée au mal à quoi se réduit-elle? Mais à comprendre précisément que votre rédemption est faite, qu'elle se trouve tout entière dans le Christ, qu'il vous faut entrer dans son être de rédempteur, lui dire :" Rachetez-moi, faites-moi comprendre que vous êtes vous-même la réalisation du désir d'être délivré du mal, qu'en vous il y a toute suffisance de rédemption - que vous avez payé mes dettes devant la Majesté divine offensé et que vous avez payé au-delà. Le Père céleste m'a donné à vous, c'est en vous que je trouve ma rédemption que vous m'offrez. Si je me suis pénétré de vous, si je suis entré en vous, comme vous êtes entré en moi en prenant ma nature, si avec vous je suis mort au péché, me voilà racheté, délivré du mal !" 

Quel bonheur! Quel bienfait! Comme cela nous élève au-dessus de nos petites inquiétudes, comme cela met les âmes au large et nous délivre efficacement dans la lutte contre le péché qui assaille sans cesse nos âmes!

Nous n'avons qu'une chose à faire : nous réfugier en celui qui est notre rédemption, qui a accompli toute justice avec un sacrifice d'une efficacité infinie.

...

 Aimons à aller nous désaltérer à cette source infinie de miséricorde et de pardon. Allons à lui, non seulement pour jouir de ses bienfaits, mais comme à celui qui possède dans sa nature toutes les sources de notre vie.

Le Christ! C'est une haute montagne dont le sommet plonge dans la divinité: de tous côtés en jaillissent des sources; ne nous arrêtons pas aux ruisseaux qui viennent de lui, ce serait de l'égoïsme, allons juqu'à la montagne elle-même, le Christ qui est notre vie et notre rédemption.

 

RP Gardeil OP

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article