des Rogations..... (histoire ) St Mamert priez pour nous.

Publié le 13 Mai 2017

Image associée

 

Résultat de recherche d'images pour "The rogations"

 

Vers l'an 468, la ville de Vienne en Dauphiné fut affligée de plusieurs calamités qui présagèrent des calamités encore plus grandes. Des incendies fréquents, des bruits lugubres qu'on entendait pendant la nuit; on voyait des cerfs et autres bêtes sauvages paraître en plein jour sur les places les plus fréquentées de la ville. ... Tout le peuple célébrait dans l'église la vigile de Pâques avec un redoublement de ferveur, on entendit un fracas plus terrible encore qu'à l'ordinaire et l'on vint annoncer que le palais situé dans le lieu le plus élevé de Vienne était tout en feu et menaçait la ville d'un embrassement général. Le peuple alarmé quitte aussitôt l'église pour tâcher d'arrêter l'incendie ou pour sauver ses biens . Le saint évêque Mamert demeura seul, prosterné devant l'autel; et ses larmes furent plus efficaces pour éteindre les flammes que les efforts des habitants. Ce fut en ces tristes circonstances que le saint évêque, resté seul en prières forma la résolution d'instituer des jeûnes et des processions solennelles pour désarmer le bras vengeur de Dieu. Laissant passer les fêtes pascales sans en parler, pour ne pas troubler la joie de ces solennités, aussitôt après il communiqua son pieux dessein qui fut unanimement approuvé.

On choisit pour le jeûne les trois jours qui précèdent l'Ascension. Saint Mamert, pour éprouver la ferveur de son peuple marqua pour la station du premier jour une église assez proche de la ville. Mais le jour suivant il assigna un terme plus éloigné, où l'on devait se rendre en procession, en chantant des psaumes et d'autres prières.

Peu de temps après saint Sidoine écrivait à saint Mamert :" Le bruit court que les Goths se sont mis en marche contre les Romains. Nous autres, pauvres gens de l'Auvergne, nous sommes toujours la porte par où se font ces irruptions. Nous n'espérons pas que nos murailles à demi-brûlées, nos vieilles palissades et nos autres fortifications, où l'on fait sans cesse la garde , nous préservent de ce danger. Nous ne comptons que sur l'aide des Rogations que vous avez instituées. Le peuple d'Auvergne les a commencées, sinon avec le même effet, du moins avec la même affection, et c'est ce qui nous soutient encore contre les terreurs qui nous environnent . "

... Dès le commencement du sixième siècle, au témoignage de saint Césaire d'Arles, elles étaient observées dans toute la partie de la Gaule soumise à la dominations des Visigoths. En 511, le concile d'Orléans les rend obligatoires pour tout le territoire placé sous l'autorité des rois Francs. Au VIIème siècle elles sont établies en Espagne. A mesure que de nouvelles églises se fondent en Germanie, elles célèbrent ce beau rite liturgique. Enfin l'Eglise romaine donne aux Rogations la suprême sanction, que le pape Léon III, , en 816, les rendit obligatoire pour Rome la capitale de la catholicité.  Dans tous les âges les Rogations sont d'une pressante et palpitante actualité. Toujours l'humanité aura besoin de tendre la main vers Dieu pour recevoir ses faveurs; toujours l'humanité devra crier pardon vers le ciel pour obtenir miséricorde !

... pour disparaître  presque ou totalement au cours d'un 20ème siècle. ... des "histoires de bigottes,  bonnes femmes superstitieuses !" ... après les années 1960.. .. '

 

St Césaire disait que de son temps elles duraient six heures! Elles avaient le caractère de la plus humble componction. On y venait les pieds nus, et , avant le départ, on faisait l'imposition des cendres et l'aspersion d'eau bénite.  Et même les têtes couronnées se soumettaient à ces démonstrations de rigoureuses pénitences. Les Rogations étaient autrefois des jours aimés, des jours remarqués , et pour eux il y avait un proverbe comme la naïve piété de nos pères aimait à en formuler :" Belles Rogations, disaient-ils, belles moissons ! "  Une des fins des Rogations, est d'obtenir de Dieu la température convenable pour les fruits de la terre. Une autre fin d'obtenir la rémission des péchés.

Prions pour que Dieu écarte de nous les fléaux: les fléaux physiques qui ravagent les moissons, les récoltes et les fruits de la terre; les fléaux moraux, tous ces hommes politiques véreux   en cette période électorale ... Vive le Roi !

, que Dieu nous bénisse de toutes bénédictions temporelles et spirituelles.
 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article