le culte du Sacré-Coeur.

Publié le 1 Juin 2017

Résultat de recherche d'images pour "sagrada corazon de jesus"

   Le culte du Sacré-Coeur est, de toute évidence, en relation directe et intime avec l'Incarnation, avec l'apparition en notre monde d'un Homme-Dieu: il en est une conséquence logique. De ce fait on peut déjà augurer une certaine complexité de la dévotion au Sacré-Coeur.

  L'objet de cette dévotion se présente en effet comme assez complexe: il apparait cependant que l'élément premier en est le coeur matériel et organique du Christ. Ce coeur, partie de son humanité, a droit à nos adorations en raison de l'union substantielle de l'humanité du Christ au Verbe divin.

   Mais le culte redu au Coeur ne s'arrête pas à lui: il va jusqu'à la personne même du Christ: en adorant le Coeur de Jésus, c'est sa personne que nous adorons, comme en baisant la main de quelqu'un, c'est à ce quelqu'un que nous rendons hommage. De cette première façon le culte dépasse déjà le coeur de chair lui-même. Il le dépasse encore en ce que, adorant le coeur du Christ, nous adorons ce qu'il symbolise pour nous: l'amour de Jésus.

   Deux éléments constituent donc la dévotion: l'un sensible, matériel: le coeur de chair; l'autre spirituel : l'amour qu'il symbolise.

Si le culte ne doit pas s'arrêter au premier élément comme tel, il n'est cependant pas autorisé à l'oublier pour ne retenir que le second. En un mot, le coeur de chair est bien l'objet du culte, non pas en lui-même, ni pour lui-même.

"    en lui-même et pour lui-même, le coeur de chair du Christ, comme aussi bien toutes les perfections créées du Christ, aurait droit à un culte de dulie, ou plutôt, si l'on veut, d'hyperdulie. C'est le culte que nous rendons au Coeur très pur de la sainte Vierge. Mais l'Eglise, pour éviter les erreurs possibles, n'a pas consacré l'usage ou la pratique officielle de ce culte , qui demeure seulement implicite en son esprit. Le danger serait, en effet, de s'en tenir à cette vénération et à ce culte inférieurs du Christ, et de ne plus considérer en lui que l'homme et d'oublier le Dieu.

   En réalité, envers le Christ, Dieu Incarné, le culte premier et essentiel est latreutique, c'est-à-dire d'adoration , et le culte de dulie n'est qu'accessoire et complémentaire.  P. Bainvel . S.J.

mais en tant que symbole, emblème de l'amour de Jésus, de ses excellences intimes, de ce qu'il a fait et souffert pour nous. Nos hommages ne s'adressent ni à l'amour en lui-même, ni au coeur en lui-même, mais au coeur aimant, ou bien encore à l'amour de Jésus " sous la figure de son coeur de chair", comme s'exprimait sainte Marguerite Marie.

   Si le culte ne s'arrête pas au coeur de chair, il ne s'arrête pas non plus à l'amour, entendu au sens étroit du mot. Toute notre vie, en effet, affective, intellectuelle et morale, a son retentissement dans notre coeur. Impossible dès lors d'honorer le coeur vivant du Christ sans honorer du même coup la vie intime de Jésus, qui nous conduira encore comme naturellement à la personne même de Jésus.

   De sorte que la dévotion au Sacré-Coeur se présente " comme la dévotion à Jésus se montrant à nous, en nous montrant son coeur dans sa vie intime et ses sentiments les plus personnels. Ainsi se justifient ces modalités du culte du Sacré-Coeur : Coeur méconnu et outragé, Coeur agonisant, Coeur eucharistique, insistant sur certains aspects de la vie et de la personne du Christ qui mettent en un plus saisissant relief son amour et son amabilité. En définitive, l'objet principal et unificateur, en lequel se résument tous les autres , du culte du Sacré-Coeur est l'amour, l'amour de Jésus, son amour créé, humain.

   Mais est-ce  son amour pour les hommes ou son amour pour Dieu?

   Premièrement et sans aucun doute, c'est son amour pour les hommes, puis son amour pour Dieu , source du premier, et envisagé comme l'un des sentiments les plus parfaits qui animent son Coeur.

   La dévotion au Sacré-Coeur peut-elle aller plus loin et , s'appuyant sur ce fait que le Christ est un Homme-Dieu, que son humanité est substantiellement unie à sa divinité, s'étendre à l'Amour incréé, donc proprement divin du Christ?

   Oui, dans la mesure où le coeur de chair symbolise l'Amour incréé, considéré dans la personne du Verbe incarné comme cause de l'Incarnation et de la Rédemption.

   C'est donc en tant que l'amour créé dépend de l'Amour incréé, et le suppose, qu'il peut le symboliser et le signifier, bien qu'indirectement. Or, d'une part, l'Amour divin est la source et fait la perfection de l'amour humain du Christ; et d'autre part, toute l'humanité du Christ, son corps , son âme, et donc son amour, sont instruments de la grâce et de notre sanctification entre les mains de Dieu, de l'Amour incréé.

   " La dévotion au Sacré-Coeur a donc bien le droit de remonter jusqu'à l'amour divin par la vertu duquel nous sommes reliés physiquement dans notre sanctification au Coeur de chair et à l'amour humain et divin, de Jésus. Or l'amour incréé de Jésus, qu'est-ce sinon l'amour du Père, du Fils et du Saint-Esprit?  Ainsi le culte du Sacré-Coeur, dévotion sensible s'il en fut, nous achemine et nous introduit jusqu'au sein même de l'ineffable Trinité d'Amour.  Réalisation magnifique des paroles du Christ :" Je suis la voie;.. Personne ne connaît le Père si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut bien le révéler."

rp Lavocat

  

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article