en flânant ... vacances

Publié le 2 Août 2017

 

Cette abbaye est une étape incontournable lors des cures à la Roche Posay, elle ne se visite pas, elle se vit.

Elle est connue de part le monde. L’abbaye Notre Dame de Fontgombault est une abbaye bénédictine.

La silhouette massive du bâtiment impose le respect, derrière ces murs vivent des moines en communauté, ils sont des bénédictins de la Congrégation de Solesmes.

Les hauts murs du potager et du verger préservent également leur tranquillité.

Je ne vais pas décrire cette abbaye, sa visite doit se vivre, on la découvre avec son coeur et c’est simplement magique.

 

J’ai eu le plaisir d’assister à des vêpres, en entrant dans l’église l’ambiance est celle d’un autre monde, entre ces murs hauts, peu percés d’ouvertures ont est transporté dans le monde du recueillement. Une odeur d’encens flotte, le silence est puissant.. J’avance vers le coeur, l’autel de la Vierge du bien mourir est illuminé par les cierges des fidèles. Je vais m’asseoir avec mes amies sur un des bancs de la nef, proche du cœur. Les cloches sonnent, c’est l’heure des vêpres.

Dans un silence incroyable, les moines entrent par le fond du coeur, ils font une génuflexion, avancent deux à deux, en une procession fluide, le tempo répété à chaque office est parfait. On dirait un ballet étrange d’hommes en longue robe noire. Ils s’ installent dans les stalles de chaque coté dans le chœur.

Les chants en grégorien vont se succéder pendant toute la durée des vêpres, une demie heure, on se sent happé par ces voix qui chantent à l’unisson. C’est incroyable mais ces voix juste accompagnées de quelques notes d’un harmonium, prennent aux tripes, c’est beau, émouvant, superbe.

Après les vêpres il vont repartir, comme ils sont entrés, deux par deux en une procession ininterrompue, toujours aussi fluide.

Un grand silence tombe dans l’église, nous allons ressortir, le soleil dehors nous paraîtra presque incongru.

'un jour de semaine."

source.

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article