Sacerdos in aeternum : diocèse de Versailles - portrait .

Publié le 12 Septembre 2017

 

mr l'abbé Amaury du Fayet de la Tour

 

modèle ? J'étais un élève assez médiocre, rêveur et lent. Je ne travaillais pas assez, et j'étais peu suivi à la maison dans mes devoirs. Alors, je n'ai pas été surpris quand, à la fin de la troisième, on m'a demandé de redoubler. Ce que j'ai fait. Malheureusement pour moi, cela ne s'est pas arrangé en seconde : j'étais de nouveau juste dans toutes les matières, et le lycée Carnot a refusé de me garder à la fin de l'année. Par chance, une amie de la famille était proviseure au lycée Pasteur de Neuilly [92]. Cette femme m'a accueilli et permis de poursuivre ma scolarité. J'ai gagné en confiance par la confiance qui m'a été donnée, car j'ai ressenti comme un déclic : j'ai fait une excellente première et une non moins excellente terminale, en section ES.

« À 18 ans, je ne m'imaginais pas du tout prêtre »

Prêtre diocésain à Versailles, Amaury du Fayet de La Tour, 37 ans, a d'abord mené une vie « ordinaire », avec un parcours étudiant « classique », puis occupé un emploi éloigné de la vocation religieuse. Jusqu'au fameux déclic, qui le conduira sur le chemin du séminaire…

« À 18 ans, je ne m'imaginais pas du tout prêtre »

Prêtre diocésain à Versailles, Amaury du Fayet de La Tour, 37 ans, a d'abord mené une vie « ordinaire », avec un parcours étudiant « classique », puis occupé un emploi éloigné de la vocation religieuse. Jusqu'au fameux déclic, qui le conduira sur le chemin du séminaire…

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article