Cantatrice : Cecilia Bartoli : « Quand j’écoute Bach ou Mozart, Dieu existe, c’est clair ! »

Publié le 5 Décembre 2017

 

 

 
 
Le temps est suspendu. Comme le souffle du public. On est tous transportés. Et c’est encore plus perceptible entre deux mouvements de musique, dans ce qu’on appelle la « pause musicale ». Public, chanteurs et musiciens sont à l’unisson. Oui, on est tous dans un état de grâce.

Et que permet-il ?

Il permet de dire  que Dieu existe.

Vous le pensez ?

J’en suis sûre ! Quand j’écoute la musique de Bach, la musique de Mozart, Dieu existe, c’est très clair.

Parce que cette musique n’est pas « humaine » ?

En effet. Elle est d’une autre dimension. Elle dépasse l’être humain. De même que, derrière une peinture de Caravage, il y a forcément une intervention divine…

Vous avez dit un jour que votre philosophie était résumée dans un très bel air de Haendel : « Lascia la spina, cogli la rosa » (« Laisse l’épine, cueille la rose »).

Oui ! Je fais ce choix. Car la tristesse affleure souvent. Et de plus en plus avec l’âge. On a des souvenirs qu’on essaie de retenir. De moments heureux, d’êtres disparus… Mais dans les moments de tristesse absolue, nous, les musiciens, pouvons toujours nous en sortir avec la musique. Elle nous embrasse. Elle nous dit qu’on peut, qu’on doit continuer à vivre. C’est un grand baume. Pour tous les êtres humains. Les animaux sont aussi d’une grande aide Ils captent nos émotions comme personne. Ils me fascinent.


 
Je suis ma voie. Et je pense que, dans un monde globalisé qui tend à l’uniformisation, où la mode et les réseaux sociaux émettent des diktats qui rendent les jeunes si conformistes, il est urgent de résister.  De refuser les diktats d’une beauté standardisée. Non, ce n’est pas ça la beauté. C’est en soi-même qu’on la trouve. Il faut être authentique, écouter sa voix intérieure, se fier à sa propre intuition. Voilà ce que j’aimerais dire aux jeunes gens.

Cecilia Bartoli, première femme à chanter dans la Chapelle Sixtine depuis 500 ans

Vendredi 17 novembre, un événement historique s’est produit au Vatican. Cecilia Bartoli a chanté dans la Chapelle Sixtine, sous les fresques de Michel-Ange, devenant ainsi la première femme à pouvoir chanter dans ce lieu depuis 546 ans. La mezzo italienne a ainsi rejoint le choeur de la Chapelle, composé de 20 hommes et 30 garçons, pour chanter le Beata Viscera, écrit par le compositeur Pérotin, aux alentours de 1220.

Cecilia Bartoli a déclaré au journal Corriere : « Il s’agit de musique ancienne, avec sa simplicité. Chanter cette musique, dans l’endroit où elle a été conçue, était fascinant ». L’acoustique y est « généreuse, idéale pour ce type de répertoire, la voix y navigue naturellement »

 

 
 
elle aimerait le petit Placide non conformiste hors du dictat de la pensée unique...!!!

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article