prière à bébé Jésus.

Publié le 26 Décembre 2017

 

Il ne te suffisait pas donc d'être mon maître, mon créateur, mon protecteur, tu voulus encore, ô Jésus, devenir mon rédempteur et mon frère. Tu voulus prendre ma chair et mon sang, te faire mon compagnon pour me tenir la main et me frayer la route du retour vers ton Père.  Toi qui n'avais besoin de  rien, tu t'es fait si pauvre, tu as goûté si pleinement l'excès de la misère qu'à l'heure où tu naissais pour moi, tu n'avais pas même ce modeste berceau qu'on prête aux indigents pour recevoir leurs nouveaux-nés. Tu refusas celui que Marie t'avait préparé avec une tendresse si pieuse dans sa maison de Nazareth, et tu vins la surpendre en voyage,  à l'heure de son plus grand dénuement, au milieu de la nuit.

Jésus

Ne voulais-je pas , puisque je t'aimais , descendre jusqu'aux plus bas-fonds que puisse habiter un fils des hommes, afin de faire de toi un fils de Dieu.

Moi

Je t'adore dans l'étable, ô grand Roi, devenu mon frère; je t'adore parmi les animaux, dans une crèche, à demi caché dans le foin, presque confondu avec lui, comme si tu consentais à devenir la pâture des bêtes.  Dans ma misère et mon exil, je me tourne vers toi, petit enfant de la crèche, puisque je n'osais ni ne pouvais te rencontrer dans ton palais de délices, au milieu de la cour des anges. Mais je t'en supplie, doux frère, apprends-moi à profiter de tes abaissements; comment deviendrai-je un véritable enfant de Dieu, puisque ta nativité m'en donne la puissance?

Jésus

Pour venir à moi, pars aussi en voyage. Deviens étranger à toi-même par l'abandon de tes sens et laisse-toi conduire par l'Esprit-Saint. Sois comme en exil au milieu du monde, ne t'extériorise pas trop, fuis les conversations indiscrètes et les dissipations de toute sorte.

Viens encore à moi dans le dénuement le plus complet qu'il te soit possible. Donne-moi tout, ton coeur et ta vie; n'attends plus de soulagement et de secours de personne, sinon de moi qui seul peux te comprendre et t'aimer parfaitement; abdique ta volonté, et cherche partout à connaître la mienne, je te donnerai la force de l'accomplir. Enfin, viens à moi à minuit, c'est l'heure froide et désolée, l'heure du grand silence nocturne, l'heure à laquelle je viens. Crée-la en toi , cette heure de grand silence et de nuit, par un recueillement intime, chasse les images qui t'agitent, les fantômes qui te troublent, fais le vide en toi , oublie tout pour m'attendre et m'accueillir dans la foi nue; je t'apparaîtrai dans le secret in medium silentium...

Lorsque toutes choses gardaient un profond silence et que la nuit était arrivée au milieu de son cours, dit l'Ecriture, il me fut dit une parole cachée.

Moi

Me voici, loin de tout, t'abandonnant tout, seul en ta présence, sous la garde invisible de Marie, prions ensemble notre Père qui est aux cieux .

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article