Carême 2018

Publié le 12 Février 2018

Voici le temps du carême qui approche,

 

La pénitence, comme tu le sais, est une des vertus principales du chrétien. Elle se compose de l'humilité du coeur qui juge la grandeur de ses fautes et sa corruption naturelle, et de la mortification du corps qui tout à la fois humilie l'esprit et met un frein aux passions mauvaises dont la chair est la source.

 

Si le chrétien vivait toujours dans une vraie et courageuse pénitence, il serait un saint. Mais le chrétien est faible; il vit au milieu du monde, il se laisse aller à la vie commune qui est une vie molle, même quand elle n'est pas criminelle. C'est pourquoi l'Eglise a institué, ou plutôt a reçu de la tradition apostolique, un temps particuliier de pénitence.

 

Ce temps précède l'époque où nous célébrons la mémoire de la passion et de la résurrection du Sauveur. Il n'est que quarante jours, ce que veut dire carême.

 

Le mercredi des Cendres, les fidèles se présentent à l'église, aux pieds du prêtre, qui leur fait une croix sur le front avec de la cendre, en leur disant:" O homme! souviens-toi que tu es poudre et que tu retourneras en poudre!

 

Le jeûne est la pénitence imposée aux fidèles pendant le carême, sauf le dimanche. Le jeûne, pris dans toute sa rigueur, consiste à ne faire qu'un repas, chaque jour après midi, et à ne prendre que des aliments peu substantiels, savoir des végétaux et des poissons. Cette pénitence, qui n'a rien d'extraordinaire, que les anciens philosophes recommandaient à leurs disciples, est néanmoins excellente, parce qu'elle affaiblit le corps, tourmente notre intempérance, et nous rend beaucoup plus propres à la prière et à la méditation. Par les aliments l'homme fait alliance avec les créatures infimes, avec la chair et le sang des bêtes; par le jeûne il s'élève au-dessus du besoin physique, et ne lui accorde que le juste nécessaire.

 

Tu iras te confesser au commencement du carême pour t'y préparer, et un peu avant Pâques pour te rendre digne de communier le lendemain.

 

Ne regarde pas l'homme en te confessant, mais Dieu qui s'est humilié pour ton salut jusqu'à mourir en infâme criminel.

 

Sans doute, c'est une consolation de s'agenouiller aux pieds d'un prêtre qu'on révère et qu'on aime; mais, alors même qu'on ne le connait pas, il faut voir en lui Jésus-Christ, et reconnaître que nous avons mérité des humiliations publiques et non pas seulement des humiliations secrètes.

 

Ouvre ton âme sincèrement à ton confesseur, fais la pénitence qu'il te donnera sans lui en demander de particulière, et crois que ton carême bien observé sera déjà une oeuvre expiatoire de grand mérite.

 

Ne méprise pas les petites choses, en considérant combien  tu es incapable d'en faire de plus grandes.

 

Lacordaire.

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article