le péché originel.

Publié le 6 Février 2018

   La chute de l'homme après la chute des anges . Mais il y a dans l'humanité une si étrange liaison de tous les membres entre eux et à leur chef qu'il a suffi que celui-ci tombât pour entraîner tout le genre humain dans sa chute . Le péché originel , c'est toute notre nature tombée d'un seul coup et viciée dès l'origine en la personne et par la faute du premier qui l'a incarnée et représentée.

   Cette faute se perpétue de génération en génération. Elle se transmet à tous les descendants par la force même du lien qui les rattache à leur commune origine. Elle est si radicale et si universelle que les autres fautes n'en paraissent être que l'aggravation et la triste suite. Lorsqu'ils deviennent à leur tour personnellement pécheurs, les autres hommes ne font guère que reproduire, par imitation, en quelque sorte , l'oeuvre néfaste du premier homme. Telle est la puissance du péché originel qu'il engendre à certains égards les péchés actuels.

   Le péché de la nature entraîne celui des personnes . De sorte qu'on peut dire que la chute des hommes est virtuellement consommée dans celle du premier. Impossible donc d'étudier le péché sans songer d'abord à celui des origines. Impossible également de regarder le nouvel Adam sans penser à l'ancien. Il faut chercher pourquoi il convenait que le Fils de Dieu assumât l'humaine nature. Or la raison profonde de cette convenance, celle qui constitue le motif même de l'Incarnation, il semble bien que l'Apôtre la tire tout entière du péché originel, puisqu'il dit si nettement que la grande obéissance d'un seul homme fait rentrer la multitude des hommes dans la justice avec autant de force, et plus, que la désobéissance d'un seul les a tous précipités dans l'injustice.

   Voilà dressé dans toute sa grandeur le parallèle des deux Adam. A la dimension de la faute on peut mesurer celle du rachat, et réciproquement. Le fait du premier homme doit d'ailleurs être compté , tout comme celui du Christ , au rang des pures vérités de foi qui passent entièrement les investigations de la raison.  Le péché originel n'est vraiment connu et ne peut se concevoir qu'à la lumière de la révélation.

   Assurément il y a dans le genre humain des signes visibles de faute originelle , et ces signes ne sont pas sans probabilité , dit saint Thomas. L'humanité a dans son ensemble trop de misères à souffrir pour qu'on puisse admettre facilement que c'est là pour elle un état normal, celui même de sa création et de sa première institution.

   Misères du corps , dont la principale est la nécessité de mourir, et de ne vivre qu'en s'acheminant plus ou moins rapidement vers la mort. Misères de l'âme , dont la plus désastreuse est la faiblesse de la raison dans la connaissance du vrai, et , par là même, l'extrême difficulté de vivre par l'esprit, l'extrême facilité, au contraire de " s'abêtir ". Ces maux sont tels qu'ils font l'effet d'être un châtiment, une peine. Mais, s'ils sont une peine, ils supposent une faute. Une faute de même envergure que la peine.

   Sans doute on peut toujours arguer que toutes ces misères nous sont naturelles et qu'elles sont inhérentes, les unes, à la matière dont le corps est composé, et les autres, à la constitution mi-spirituelle et mi-sensible de l'âme.

   Absolument parlant, cela est vrai: tous ces maux sont naturels si l'on ne regarde que la nature de l'homme et qu'on la considère surtout en ce qu'elle a d'inférieur.

   Mais , dès que l'on replace cette nature dans le plan de la Providence de Dieu et que l'on s'attache à la dignité de l'âme spirituelle, alors on peut estimer avec assez de probabilité que nous n'avons tant de peine à vivre humainement que parce que nous sommes punis et que , si nous sommes punis, c'est que nous sommes en faute.

   Il faut donc que nous demeurions très persuadés que le péché originel est un profond mystère de foi et que la théologie peut seule en parler en connaissance de cause.

   Mystère de notre incorporation au premier homme et de notre déchéance en lui, mystère de notre incorporation et de notre relèvement dans le Christ, les deux choses sont liées et s'enchaînent.  Sur le témoignage des saintes Ecritures, saint Thomas tient fermement que le péché de l'homme est le motif déterminant de la venue du Fils de Dieu en ce monde. Or le péché de l'homme  , c'est toujours et avant tout celui de la nature, le péché de la race entière. Le mal qui s'est  fait dès l'origine est immense. A un tel mal le Christ seul pouvait apporter le remède efficace en assumant la nature coupable pour la restaurer en sa divine personne .

   Toujours le grand contraste: Adam, Jésus-Christ. Et tout le genre humain contenu dans ces deux chefs. Dans le premier , pour sa perte; dans le second pour sa rédemption.

rp Bernard op +

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article