A Madrid, un grand succès dans le lancement d'un livre sur la lutte de Padre Pio contre le diable.

Publié le 21 Juin 2018

La librairie était trop petite. De nombreux facteurs se sont réunis : le prestige de l'auteur, le thème qui est toujours d'intérêt, et le protagoniste du thème, le grand Padre Pio. C'est le lancement en Espagne du livre de Marco Tosatti Padre Pio contra Satan (Padre Pio vs. Satan), qui a eu lieu lundi dernier dans la librairie San Pablo sur la place Jacinto Benavente de la capitale espagnole.

Un livre basé sur des sources qui font autorité, c'est-à-dire des lettres de saint Pie de Pietrelcina lui-même, des textes des huit volumes de la Positio - la collection de documents utilisés dans la canonisation - et de nombreux témoignages de personnes du monde entier qui ont été favorisées par l'action ministérielle du prêtre.

Religionenlibertad.com a parlé à Tosatti de ce qui l'a amené à publier l'ouvrage et certains de ses aspects les plus essentiels.

Voici quelques textes de ce dialogue :

Pourquoi Padre Pio de Pietrelcina est-il si populaire et pertinent ?

Sans aucun doute, en Italie, il est l'un des saints les plus aimés du peuple. Il est difficile d'entrer dans une entreprise, un restaurant, un lieu public et de ne pas voir des images d'eux sur l'écran. Je crois que c'est parce qu'il est l'un des saints de l'histoire qui a accompli plus de grâces et d'intercessions. J'ai lu les 8 volumes de la Positio, la collection de documents sur lui qui servent de base au processus de canonisation, et il y a des centaines de témoignages de personnes en Italie et dans d'autres pays qui ont reçu ses faveurs extraordinaires.

Il a été le protagoniste de phénomènes étonnants : bi-locations, guérisons, lecture des âmes rien qu'en regardant la personne, des choses comme ça....... Cela le rend extraordinaire, différent des autres saints et très populaire. Aujourd'hui, des groupes de prière inspirés par Padre Pio sont créés dans le monde entier.

Et qu'y a-t-il de si spécial dans la relation avec Padre Pio et le diable ? Après tout, le diable ne tente-t-il pas tous les chrétiens ?

La particularité de Padre Pio était qu'il ne s'agissait pas seulement d'une lutte spirituelle, mais aussi de moments extrêmement physiques, à tel point que les frères qui vivaient avec Padre Pio entendaient les bruits de combat venant de sa cellule et le lendemain matin, ils voyaient que les fers du lit étaient tordus, comme si une force surnaturelle les avait pliés. Et ils virent Padre Pio avec des bleus et des coups, comme s'il avait été battu.

Même jeune, avant d'être envoyé à San Giovanni Rotondo, le supérieur lui demandait de prier le Seigneur pour qu'il ne permette pas tant de bruit au diable parce que d'autres frères étaient effrayés. C'était quelque chose de très visible. C'est ce qui est arrivé à Padre Pio quand il s'est battu pour prendre des âmes au diable. Oui, il y a eu plus de saints dans la lutte contre le diable, mais Padre Pio est spécial à cause de cette lutte continue, physique et évidente, qui est vue en partie par d'autres.....

De plus, de mon point de vue, en tant que journaliste, en tant qu'écrivain, je vois une lutte épique de Padre Pio contre le diable, qui, même de l'extérieur de la foi, a une très grande valeur littéraire. Vous pouvez déjà le voir comme un enfant, quand il a une vision d'un très grand homme, un homme pervers, qui est le diable, qui voulait se battre avec lui.

Que signifie cette expérience de Padre Pio pour nous, pour notre temps ?

Je ne suis pas millénariste, mais je crois qu'il est possible que nous vivions une époque spéciale. La Vierge de Fatima a dit que nous sommes dans une bataille décisive entre les forces du bien et du mal, des forces qui attaquent la famille et les valeurs naturelles de base. Il semble que Dieu veut, par l'intermédiaire de Padre Pio, donner un signe que cette bataille a commencé et qu'elle est aussi surnaturelle.

Son livre comprend une deuxième partie avec des exemples d'autres saints qui ont été touchés de très près par le diable, comme Eustache de Padoue, Cristina de Stommelm et Mariam Baouardy.

Ce sont des saints que j'ai choisis parce que je crois qu'ils illustrent que, bien que le diable ait un large champ d'action, il est limité par Dieu. Par exemple, ce que nous savons sur Mariam Baoaurdy est attesté par la documentation scientifique de son époque. Autant que nous en savons sur Padre Pio. C'est comme si le monde voulait cacher le surnaturel, mais le surnaturel ne s'est pas laissé cacher.

Nous voyons que Dieu utilise le diable, d'une manière mystérieuse, comme un instrument, un instrument étrange, si vous voulez, mais qui sert à sanctifier les gens.

Nous voyons des gens d'une grande sainteté personnelle, mais qui souffrent sous le diable, parfois même possédés, pendant un certain temps, tout en maintenant la liberté de l'âme et de la volonté. J'ai toujours été frappé par la familiarité avec laquelle le diable, dans le Livre de Job, s'approche de la table de Dieu, et Dieu le reçoit tranquillement, et ils parlent..... Le diable est un autre instrument de Dieu !

Du mauvais Dieu tire de bonnes choses. C'est un mystère.......

Oui, c'est un mystère. C'est comme voir une broderie en dessous, c'est comme un chaos, un désordre de fils et de couleurs. Mais le brodeur, qui le voit d'en haut, en brodant un dessin, sait ce qu'il fait.

Au cours des dernières décennies, le nombre d'exorcistes dans l'Église catholique s'est multiplié, avec des cours, de la formation, et ils sont en relation les uns avec les autres par le biais d'Internet ?

Oui, parce que les gens ont demandé des exorcistes avec insistance. ... J'ai écrit un livre d'interview avec le Père Amorth (Mémoires d'un Exorciste, 2010, en italien "Inchiesta sul demonio"). Il a expliqué qu'il y a 30 ans, en France, en Belgique, en Autriche et en Allemagne, il n'y avait pas un seul exorciste. Leurs évêques ne croyaient pas au diable. Mais ils ont vu tant de cas, tant de pétitions, qu'il y a maintenant 4 exorcistes à Turin, plusieurs à Paris..... Et ces cours pour des centaines de prêtres, même des États-Unis.

Et y a-t-il quelque chose que nous apprenons, quelque chose de nouveau au sujet du diable en ce 21e siècle ?

Le diable est toujours à la recherche d'âmes, m'a dit le Père Amorth. Et c'est leur grande bataille. Mais son travail principal se fait sans attirer l'attention, d'une manière ordinaire. Le diable ne veut pas se manifester. Même les exorcistes ont du mal à discerner de nombreux cas, parce que le diable essaie de se cacher. C'est intéressant. Baudelaire l'a déjà dit : la meilleure stratégie du diable est de nous faire croire qu'il n'existe pas.

 

 

 

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article