6 juillet : Beata NAZARIA IGNACIA MARCH MESA. (1889-1943).

Publié le 5 Juillet 2018

 

Elle est né à Madrid, au sein d'une famille chrétienne de la haute société. Pendant sa première communion, elle a senti l'appel du Seigneur l'invitant à le suivre. Elle a vécu à l'école des Comendadoras del Espíritu Santo, à Séville. Durant son adolescence et sa jeunesse, elle a voulu être un "missionnaire jésuite", "mon rêve était le sacerdoce", a-t-elle répété.

A l'école, elle fonda une congrégation missionnaire parmi ses compagnons, "les missionnaires cachés". A Séville, elle a essayé la pauvreté et a entendu la prophétie de son père Tarin et de sa mère Angelita sur son avenir en tant que fondatrice.


La famille s'installe au Mexique en 1906, et à l'âge de 18 ans, Nazaria, aux pieds de la Vierge de Guadalupe, entre à l'Institut des Sœurs des Aînés et des sans-abri, et doit retourner en Espagne pour faire son noviciat. A l'âge de 23 ans, elle fut affectée avec d'autres compagnons à Oruro, en Bolivie ; ici elle sentait que son esprit missionnaire devait être "au pied de la rue", et avec les licences appropriées, elle commença la fondation d'un institut missionnaire : la Croisade pontificale.

Elles se sont consacrés à la catéchèse, à la marche dans les champs, les mines et les villes, à la prédication et à l'ouverture de soupes populaires pour les chômeurs et d'orphelinats pour les enfants. Elle a travaillé pour la formation intégrale des femmes et a fondé le premier syndicat de femmes. "J'ai compris que les pauvres étaient l'héritage que le Seigneur m'a donné."

La fondation est devenue la Congrégation des Religieux Missionnaires Croisés de l'Église, et les Missionnaires Séculiers de l'Église qui se sont rapidement répandus en Argentine, en Uruguay et en Espagne.


Elle est retournée en Espagne, mais a failli mourir par peloton d'exécution pendant la guerre civile. Une intervention d'un novice et un contre-ordre lui ont sauvé la vie. Après être allée d'ambassade en ambassade, elle a réussi à quitter l'Espagne et à retourner en Amérique, mais ce ne serait pas la dernière fois qu'elle serait en Europe, puisqu'elle a navigué plusieurs fois sur l'Atlantique. Elle mourut à Buenos Aires, bien que ses restes reposent, à son gré, à Oruro, en Bolivie. Certains théologiens l'ont décrite comme une  "prophète de la nouvelle évangélisation". Elle a été béatifiée par Sa Sainteté Jean-Paul II à Rome le 27 septembre 1992.

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article