dans les pas de Carlo : Matteo Farina serviteur de Dieu.

Publié le 7 Juillet 2018

 

priez pour nous.

décédé d'une tumeur au cerveau. 

 

19 septembre 1990

24 Avril 2009

+

cause de béatification en cours.

procès terminé.

 

Sainte Trinité,
source de toute lumière et de tout bien,
qui éveille aussi de nos jours
de nouveaux modèles de vie chrétienne,
louange et gloire à Toi pour le témoignage
du  jeune Matteo Farina.
Son existence s'étend jusqu'à Toi et nous étonne et nous émeut.
En le regardant, nous prions pour  notre
Église diocésaine, pour les familles, pour les jeunes.
Aide-nous à marcher dans la foi, l'espérance et l'amour.


Et, si cela relève de ta volonté, donne-nous la grâce.
Que nous vous demandons par son intercession....(intention personnelle),
pour qu'une fois de plus ta gloire
Sois manifestée par l'intermédiaire des saints.
Et que Ton Nom soit exalté pour toujours.

Amen

 

""Nous devons vivre chaque jour comme si c'était le dernier, mais pas dans la tristesse de la mort, mais dans la joie d'être prêt pour la rencontre avec le Seigneur !"

"Si vous vous confiez toujours et en tout temps à Lui, vos larmes seront séchées par Sa flamme, caresse d'Amour. "

"Marie, Toi qui, dans ton extrême simplicité, as su vivre avec Dieu et pour Dieu,

prie pour nous. ""

 

"un plongeon dans mon âme, je sens les battements de mon cœur... Tout le monde veut être un hymne de louange à Dieu. "

 

"Marie, Toi qui, même dans la souffrance n'a jamais perdu la foi, Toi, Mère de Dieu, prie pour nous. "

 

"Pourquoi m'avez-vous choisi ?  Pourquoi la foi et tous vos dons ? Qui suis-je pour mériter ça ?  Je suis un serviteur inutile.
Mais ce n'est pas la bonne question.
Qui êtes-vous ? Qui es-tu pour te satisfaire de moi ?
Comment est grand votre amour si, malgré mes péchés, vous me choisissez comme serviteur ?
Pourquoi moi et pas les autres ?
Je voudrais m'immerger dans votre amour de mon Dieu, pour pouvoir voir le monde tel que vous le voyez, même pour une courte période, pour comprendre comment vous faites tout pour gagner avec amour.
Je suis au milieu de tant de gens qui ne croient pas en Toi.
Pourquoi m'appeler pour être témoin ?
Mon rien ne te suffit pas ?
Quels sont vos projets pour moi ?
Comment puis-je vous servir ?
Il est difficile de vivre dans le monde quand la foi nous dit que nous ne sommes pas du monde.
Mais si tu me demandes, si c'est pour ça que tu me voulais, ce n'est pas impossible. Tu connais mes limites mieux que moi.
Mon Dieu a deux mains, afin que l'une d'entre elles soit toujours tenue par vous, afin que, dans toute épreuve, je ne m'éloigne jamais de vous, mais que je vous secoue de plus en plus ; et l'autre main, je vous prie, si c'est votre volonté, qu'elle tombe dans le monde.... afin que, comme je vous ai connu à travers les autres, de même que ceux qui ne croient pas vous connaissent à travers moi. Je veux être un miroir, aussi clair que possible, et, si c'est votre volonté, refléter votre lumière dans le cœur de chaque homme.
Merci, pour votre vie. Merci pour votre foi. Merci pour votre amour.
Ils sont à toi.

 

"En réalité, c'est Jésus qui te cherche quand tu rêves de bonheur ; c'est Lui qui t'attend quand rien ne te satisfait de ce que tu trouves ; c'est Lui la beauté qui t'attire tant ; c'est Lui qui te provoque avec cette soif de radicalité qui ne te permet pas de t'adapter aux compromis ; c'est Lui qui te pousse à poser les masques qui rendent la vie fausse ; c'est Lui qui lit dans ton cœur les décisions les plus vraies que d'autres voudraient étouffer. C'est Jésus qui suscite en vous le désir de faire de votre vie quelque chose de grand, la volonté de suivre un idéal, le refus de vous laisser engloutir par la médiocrité, le courage de vous engager avec humilité et persévérance pour vous améliorer vous-mêmes et la société, en la rendant plus humaine et fraternelle>

 

Matteo Farina est né à Avellino, lieu de naissance de son grand-père paternel, le 19 septembre 1990. Cependant, il vivra toujours à Brindisi, dans le quartier Casale, entouré de l'amour de ses parents, Paola Sabbatini et Miky Farina et de sa sœur aînée Erika et caressé par l'affection de ses parents et amis. Fils d'une ménagère et d'un employé de banque, il grandit dans une famille très normale qui ressentait et vivait profondément la foi chrétienne, qu'il pouvait transmettre au petit Matthieu, l'introduisant immédiatement dans la vie communautaire de la paroisse à laquelle il appartenait "Ave Maris Stella", à laquelle Matthieu restait toujours attaché.  
Les premières années de la vie se déroulent tranquillement : Matthieu est un enfant joyeux, ensoleillé, comme beaucoup d'enfants aimés et dorlotés par sa famille, mais en même temps il est doux, affable et doux, caractéristiques qui le distingueront même dans les années de son adolescence et de sa courte jeunesse.


Dès son plus jeune âge, il a fait preuve d'une intelligence vive, désireux de connaître et d'apprendre, ce qui l'a amené à socialiser et à apprendre très rapidement au cours des années passées au jardin d'enfants "M. Boschetti Alberti" et, plus tard, à l'école primaire "G. Calò".

A la base de cet enthousiasme pour ce qui est nouveau, il y a un amour fort, une passion éviscérée pour la vie, prélude, chez un enfant si petit, une existence qui, même plus tard, sera vécue pleinement et joyeusement, goûtée et savourée lentement jusqu'au bout, même quand elle sera amère : à l'avenir, tourmentée par la maladie, il dira qu'il n'a jamais perdu la joie de vivre : "Oui, la joie de vivre". Vivre la vie, parce que la vie est belle.

Cette conscience lui fait tout vivre avec intensité et profondeur et le conduit à être très actif et volontaire même dans les engagements extrascolaires : il y a diverses activités sportives qu'il pratique et, depuis son enfance, il développe une forte passion pour la musique, ce qui le poussera à apprendre à jouer de différents instruments et qui, comme adolescent, lui permettra de fonder avec ses amis un groupe de musique, le "No Name".
Il aime aussi l'informatique et après le collège, il a fréquenté le "J. F. Kennedy", il s'est inscrit à l'ITIS "G. Giorgi" à Brindisi. Cependant, il se passionne rapidement pour la chimie, un matériau qui, à travers l'étude de l'atome, une petite particule parfaite, lui fait percevoir encore plus la grandeur infinie de Dieu. Après deux ans, il s'est donc inscrit à l'ITIS "E. Majorana" dans la section de chimie industrielle. Son rêve est d'entreprendre, après le lycée, l'étude du génie chimique et environnemental, afin de pouvoir se mettre au service de Dieu par la protection de l'environnement, tant son amour pour la création est grand. Il a même remporté le premier prix du concours "Energica-mente", un test de journalisme pour les étudiants des établissements d'enseignement supérieur de Brindisi et la troisième édition du projet "Edipower for Schools". Malheureusement, Matteo ne pourra pas se rendre aux examens d'État.

Ses capacités, font de lui un garçon brillant, estimé par ses professeurs et aimé aussi par ses camarades de classe, attiré par sa maturité, sa douceur et sa simplicité, mais aussi par sa détermination à combattre l'injustice et à défendre les plus faibles. Ces dons naturels, en Matthieu, ne brillent pas de leur propre lumière mais sont illuminés par le don surnaturel de la Foi, le seul qui donne tout son sens à la vie.


La foi est en lui un don, en effet, le don qui, par-dessus tout, vit avec son attitude libre de toute forme de superficialité et de légèreté. Déjà à l'âge de neuf ans, il a montré une connaissance inhabituelle de l'Évangile pour cet âge. Il ne se détachera jamais du désir de connaître et d'approfondir la Parole pour mieux y adhérer. En cela, il est certainement aidé par la relation intime qu'il a avec Jésus qu'il rencontre dans la lecture quotidienne de l'Évangile et dans la contemplation de ses mystères dans la récitation quotidienne du Rosaire.

 

Matthieu s'approchait très fréquemment du sacrement de la Réconciliation, en recourant à son confesseur habituel ; il participait à l'Eucharistie et à l'Adoration eucharistique avec un grand recueillement et une grande conscience.
Dans son cheminement spirituel, Matthieu a été inspiré par saint Pio de Pietrelcina, saint François d'Assise, sainte Gemma Galgani et Thérèse de l'Enfant Jésus, dont il a lu les écrits, et par le bienheureux Piergiorgio Frassati.


En septembre 2003, les premiers symptômes du mal qui, pendant près de six ans, devait constituer son ascension vers le Calvaire ont été présentés : en octobre 2003, il a été confronté à une dangereuse biopsie du cerveau ; en janvier 2005, il a subi une première opération pour enlever la tumeur cérébrale, suivie de quarante jours de chimiothérapie dure et de radio. En décembre 2007, il a subi une nouvelle opération pour une première rechute et, l'année suivante, une deuxième rechute est apparue, de sorte qu'entre décembre 2008 et janvier 2009, il a subi trois autres opérations chirurgicales qui ne lui ont pas sauvé la vie. Matteo monte à la maison du Père le 24 avril 2009.

 

La façon dont Matthieu  réagit à la maladie montre le caractère exceptionnel de ce garçon. Il garde la joie de vivre, ce qui se traduit par la ténacité et la volonté de vouloir vivre la vie quotidienne en gardant la foi, même dans les moments difficiles de la chimiothérapie, aux engagements de sa vie ordinaire, en se rétablissant brillamment dans l'étude et en continuant à s'occuper de sa passion, la musique. Sa joie de vivre lui a permis, malgré sa maladie, de tomber amoureux d'une fille, Serena, qui lui serait proche dans les deux dernières années de sa vie, pour qui Matthieu ressentirait un amour humain, profond et chaste, basé sur des valeurs chrétiennes.


Encore plus pertinent est l'impact que la maladie aura dans sa vie spirituelle.

Il a immédiatement senti qu'il faisait l'expérience d'un "réveil spirituel", comme il l'appelait lui-même, dans lequel il pouvait percevoir, jusqu'au bout, l'amour et la miséricorde de Dieu.

En Matthieu, l'abandon le plus total à la volonté divine grandit, conscient que l'avenir que Dieu le Père Miséricordieux lui réserve est un avenir bon et heureux, quel qu'il soit.

L'attitude d'écoute, d'attention et de soins envers la famille et les amis ne s'arrête pas avec la maladie, mais s'intensifie. Son premier souci n'est pas de faire peser sa propre souffrance sur les autres, alors il se montre fort, avec un regard souriant, jamais replié sur lui-même, mais toujours tourné vers ses proches. Même pendant les diverses hospitalisations à la clinique et à l'hôpital, presque oublié de lui-même, il a toujours l'intention de prier pour les autres malades et de les réconforter, en leur transmettant toute la douceur de l'amour divin. Plus le temps passe, plus Matthieu voit sa maladie comme un test à offrir à Dieu. C'est le feu avec lequel sa foi est éprouvée (cf. 1Pt.1,6-9), qui sera renforcé et mûr dans ces six années, au cours desquelles alternent des périodes de tranquillité avec les moments difficiles de l'exacerbation du mal. La foi et tous les autres talents que Dieu a donnés à Matthieu sont ainsi perfectionnés dans sa souffrance. Grâce à cela, Matthieu fait de chaque jour de sa vie un "premier vendredi du mois", une pratique pieuse, à laquelle il se consacre d'ailleurs. 

Matteo ne s'occupait pas seulement des besoins matériels et contingents de ses frères de son quartier, mais aussi de ceux qui étaient loin : il s'intéressait tellement aux gens du Tiers Monde que, avec ses économies et les offrandes de sa famille, il a créé un fonds pour les missions africaines du Mozambique.


Cependant, sa plus grande préoccupation est la santé spirituelle de son voisin. Déjà enfant, il y avait en lui un fort désir d'évangéliser et d'amener les hommes à Dieu.

Cette pensée est toujours présente, à tel point qu'en août 2005, alors qu'il avait déjà subi la première intervention d'ablation de la tumeur, il a écrit un recueil de poèmes qui, comme il le dit lui-même, " veulent exalter des thèmes tels que l'Amour et la Foi qui sont malheureusement aujourd'hui de plus en plus remplacés par la haine, la soif de pouvoir, la guerre, la richesse ". Il s'agit d'une collection "directement dans le cœur de chacun".    


Ce qui fait souffrir Matthieu, c'est l'amère observation de la distance qui sépare les gens, surtout sa génération, de Dieu. Il prie constamment pour les jeunes et va jusqu'à dire : "En ce qui me concerne, j'espère pouvoir accomplir ma mission d'"Infiltrateur" parmi les jeunes, en leur parlant de Dieu (éclairé précisément par lui).... J'observe ceux qui, autour de moi, vont entrer silencieusement les uns dans les autres comme un virus et les infecter d'une maladie sans guérison, l'Amour".


Son amour atteint un tel degré d'élévation que Matthieu, dans les derniers jours de sa vie, s'offre comme victime pour le salut des âmes et la conversion des pécheurs.


Matthieu a vécu toute sa vie dans la recherche constante de la volonté de Dieu. Une foi héroïque, unie à l'espérance et à la charité, l'a distingué, faisant de lui un phare pour ceux qui l'ont rencontré. La vie sacramentelle et la prière ont été une constante dans son cheminement de vie. Ces derniers temps, quand sa force l'a abandonné, il a enregistré la récitation du Rosaire avec sa voix, avec une pause dans l'énoncé du mystère, afin qu'il puisse toujours contempler les mystères du Seigneur et s'y conformer. Ceux qui l'ont rencontré dans la maladie témoignent de la nature héroïque de sa foi qui l'a distingué, lui permettant de tout vivre dans la joie parfaite et d'accueillir la mort  sa sœur,  dans la sérénité qui distingue les justes.

 

 y a des gens bien quand même faut pas croire.

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mirabelle 08/07/2018 08:36

Merci !

On se sent petit en lisant son histoire . Qu'il soit vite béatifié .

Mattéo Farina , priez pour nous !