14-18 le miracle de Noël

Publié le 6 Novembre 2018

 

C'est une initiative prise d'en bas, par les soldats dans les tranchées, qui, il y a un siècle, le 25 décembre, sont spontanément sortis au grand jour dans certaines zones du front occidental pour aller saluer et souhaiter la bienvenue aux "ennemis" sans qu'il y ait, par les ordres, un feu vert. En fait, bien au contraire. Lorsque la nouvelle s'est répandue grâce aux lettres des soldats à leurs familles, les chefs militaires des deux prétendants se sont empressés d'interdire d'autres initiatives similaires : le général Horace Smith Dorrien, commandant du second corps d'armée du Bef, le corps expéditionnaire britannique en France, est venu menacer la cour martiale pour ceux qui se sont rendus coupables de fraternization.

Le "miracle" de Noël 1914, celui de deux adversaires qui oublient la haine pour s'unir dans une étreinte fraternelle, reste un fait presque isolé (il y eut alors d'autres épisodes de "vivre et laisser vivre" mais jamais aussi sensationnels)

La trêve de Noël était donc considérée comme la preuve que les hommes sont fondamentalement bons et qu'ils ont été poussés à la guerre par des gouvernements stupides et irresponsables, à tel point qu'ils ont choisi la paix et la fraternité dès qu'ils étaient libres.

Mais comment ça s'est vraiment passé ? Demandons au caporal Leon Harris du 13e Bataillon du London Regiment de dire à ceux qui en ont été les témoins directs, dans une lettre écrite aux parents qui étaient à Exeter

Ce fut le plus beau Noël que j'aie jamais vécu. Nous étions dans les tranchées la veille de Noël et vers huit heures et demie du soir, le feu avait presque cessé. Puis les Allemands ont commencé à nous crier leurs vœux de Joyeux Noël et à mettre sur les parapets des tranchées beaucoup d'arbres de Noël avec des centaines de bougies. Certains de nos gens les ont rencontrés à mi-chemin et les officiers ont convenu d'une trêve jusqu'à minuit à Noël.

Au lieu de cela, la trêve s'est poursuivie jusqu'à minuit le 26, nous avons tous quitté les abris, nous avons rencontré les Allemands dans le no man's land et nous avons échangé souvenirs, boutons, tabac et cigarettes. Beaucoup d'entre eux parlaient anglais. De grands feux de joie ont été allumés toute la nuit et nous avons chanté les chants de Noël. C'était un moment merveilleux et le temps était merveilleux, à la fois la veille de Noël et le jour de Noël, froid et avec des nuits claires pour la lune et les étoiles. La référence au temps n'est pas insignifiante :

"La veille - écrit Alan Cleaver dans la préface du livre La trêve de Noël (éditions Lindau) qui recueille de nombreuses lettres des soldats de l'époque - a marqué la fin des semaines de fortes pluies, et un gel dur et fort enveloppa le paysage. Quand ils se sont réveillés, les hommes se sont retrouvés plongés dans un Noël blanc.

On ne sait pas où l'unité du caporal Harris a été déployée, mais les événements qu'il a décrits de façon si frappante étaient plus ou moins identiques à plusieurs endroits sur le front. Dans une lettre à sa famille datée du 28 décembre, le Bavarois Josef Wenzl raconte son incrédulité quand l'un des soldats que son unité prenait en charge lui dit qu'il passait le jour de Noël à échanger des souvenirs avec les Britanniques.

Mais à l'aube du 26 décembre, il a vu les soldats britanniques sortir des tranchées de ses propres yeux et commencer à parler et à échanger des souvenirs avec lui et ses compagnons. Puis il y avait des chants, des danses et des boissons. "C' était émouvant - lit-on dans la lettre - entre les tranchées, des hommes jusque-là ennemis féroces étaient réunis autour d'un arbre en feu en chantant des chants de Noël. Je n'oublierai jamais cette scène. Vous pouvez voir que les sentiments humains survivent même en ces temps de meurtre et de mort.

Des scènes similaires se sont également produites entre Allemands et Français et entre Allemands et Belges, mais dans une moindre mesure : après cinq mois de guerre sanglante (elle avait commencé le 1er août) avec environ un million de victimes, de nombreuses régions de Belgique et de France orientale occupées et après les massacres de civils par les soldats allemands, le sentiment de fraternité était beaucoup moins répandu. Cependant, dans les zones anglaises aussi, il y a eu des morts et des blessés dus aux tirs ennemis même le jour de Noël : certains soldats qui avaient essayé d'entrer en contact avec l'ennemi en se penchant hors des parapets des tranchées ont été électrocutés par des snipers ennemis. "A Noël - dit l'historien Max Hastings dans Catastrofe 1914 (Neri Pozza) - le deuxième grenadier anglais a fait trois morts, deux disparus et 19 blessés ; un autre soldat a été hospitalisé pour des symptômes de gelures, comme 22 autres le lendemain matin.

Évidemment, ces histoires se sont rapidement retrouvées dans les journaux de l'époque, avec des titres assez sensationnels. Le Manchester Guardian du 31 décembre 1914 intitulé : "Trêve de Noël au front - Les ennemis jouent au football - Les Allemands reçoivent une coupe de cheveux amicale".

 

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article