25 Mars: Cordoue, Espagne grande veillée pour la Vie

Publié le 24 Mars 2019

Mons. Demetrio Fernández, Obispo de Córdoba (España)

, évêque de Cordoue (Espagne), a rappelé dans sa lettre pastorale hebdomadaire que nous nous trouvons dans la "semaine de la famille", célébrée vers le 25 mars et qui rappelle la fête de l'Annonciation de l'Ange à Notre-Dame et de l'Incarnation du Fils de Dieu dans le sein virginal de Marie.

Selon lui, le lundi 25 mars, la cathédrale de Cordoue accueillera une veillée de prière pour la vie. "Pour beaucoup de campagnes contre la vie pour la liberté et le droit de choisir, la vie a un avenir, jamais la mort ",

"Le discours sur la vie aura de nouveau un avenir et étouffera les cris de mort à la mode. Telle est l'espérance chrétienne qui trouve son fondement dans le mystère de l'Incarnation du Fils de Dieu", assure le Prélat.

 En ce sens, il explique que "Dieu est venu à nous dans la chair de son Fils, qui s'est fait homme comme nous, en tout ce qui nous ressemble, sauf dans le péché. Et il nous appelle à la vie pour nous faire participer à une Vie qui ne finit pas".

Il affirme aussi que "Dieu a doté l'homme (homme et femme) de la capacité de collaborer avec lui à la génération de nouvelles vies" dans "l'union amoureuse des parents".

C'est pourquoi il précise que "la fécondation n'est pas un simple mélange de cellules, mais une chair avec une âme, et l'âme est créée par Dieu pour la première fois en tout être humain qui vient à l'existence. Un être humain vivant est une personne humaine, même s'il ne s'est pas encore pleinement développé. Cependant, "plus de cent mille êtres vivants, personnes humaines, sont éliminés dans le ventre de la mère avant d'être nés en Espagne chaque année. Des millions et des millions dans le monde".

Malgré toute cette "conspiration de la mort" ou "culture de la mort", comme l'appelait saint Jean Paul II, l'évêque de Cordoue affirme que "la vie continue à pousser avec force et c'est pourquoi il vaut la peine de se battre pour la vie".

 Pendant la veillée de prière dans la cathédrale et dans toutes les paroisses du diocèse de Cordoue, le lundi 25 mars, "la Journée de la Vie sera célébrée, pour remercier Dieu pour le don de la vie, et pour lutter avec les armes de la foi, de la prière et de la mentalité en faveur de la vie.

Beaucoup collaborent avec la mort dans ce domaine sans le savoir, même sans leur faute", explique-t-il, et c'est pourquoi il encourage "la création d'une "culture de la vie" entre tous, qui respecte l'écologie humaine et la promeuve, car le premier droit de tout être humain est celui de vivre, une fois conçu".

 Monseigneur Fernandez rappelle aussi dans sa lettre comment Saint Jean Paul II, lors de son premier voyage en Espagne en 1982, a assuré dans son discours que "personne n'a le droit de supprimer une vie innocente.

"Depuis lors, des millions de vies ont été enlevées de l'utérus. Et beaucoup de vies ont été sauvées de la mort avant d'être détruites, grâce à ceux qui travaillent pour la vie", a souligné l'évêque.

Il a dit que, bien que "nous soyons comme David et Goliath, nains devant un grand géant", il se souvient aussi que "David a fait tomber Goliath parce que sa lutte était basée sur "le nom du Seigneur".

 

C'est pourquoi l'évêque de Cordoue encourage "au nom du Seigneur, nous vivons notre défense de la vie, sans prétendre offenser personne, mais en proposant encore et encore l'évangile de la famille et de la vie, qui rend l'homme heureux et génère la paix sociale".

Bien qu'à de nombreuses reprises il propose aussi "d'éliminer la vie dans sa dernière phase, quand la "qualité" de la vie n'est plus estimable", le Prélat nous encourage à lutter précisément "pour la défense de la vie dans sa dernière phase", parce que "la personne ne vaut pas pour ce qu'elle produit, ni ne fait obstacle pour les dépenses qu'elle génère".

"La vie est sacrée et plus elle est faible, plus elle mérite d'être protégée, dorlotée, soignée avec un amour immense. Là, la dignité de la personne est évidente, qui doit être aimée et soignée jusqu'à son dernier souffle naturel, sans que personne n'ait le droit de couper le fil", souligne-t-il.

En ce sens, il nous rappelle que dans "le mystère de l'Incarnation, la Semaine de la famille et de la vie, le temps du Carême qui nous prépare à la grande fête de la Vie, le Christ qui a surmonté la mort et nous donne une vie nouvelle, Pâques du Seigneur".

 

 

 

 

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article