mois de Saint Joseph,

Publié le 1 Mars 2019

 

 

pour tous mes amis,

 

 

ora pro nobis.

+

   Saint Joseph est beau à contempler dans sa vraie grandeur, toute intérieure, toute spirituelle. Deux choses dénotent en cet ordre la grandeur véritable, deux choses qui sont rares à leur plus haut degré de perfection: c'est de savoir joindre son esprit à toute vérité divine et son coeur au coeur même de Dieu. Penser comme Dieu, aimer comme Dieu. Cela s'appelle théologalement la foi. Ceci , la sainte charité.

    Dans cette foi comme dans cette charité il se révèle à certains égards si proche de nous et si pareil à nous que nous trouvons qu'il nous ressemble comme un frère et que nous croyons pouvoir le copier. Mais à certains autres égards il apparaît si différent et si dépassant que notre dévotion nous porte à nous blottir tout petits contre lui comme à l'ombre d'une splendeur qui ne se reproduira jamais plus. Et notez que ces deux impressions sont également fondées: la spiritualité si haute de cet homme , qui fut si chrétien avant la lettre, sans doute nous demeure inaccessible; mais non pas inimitable, car elle est de même trempe et de même espèce que la nôtre. Son cas est singulier, mais il reste le prototype du nôtre.

   Saint Joseph, il me semble que je peux le définir: Un grand coeur qui a connu un grand amour et a vécu de cet amour.

   Dieu seul a pu lui donner l'un et l'autre, car seul il crée les grands coeurs et forme les grands amours.

   Mais Joseph s'est prêté merveilleusement à l'un comme à l'autre, et ce n'est pas rien que de porter en soi le poids et de sentir le battement d'un grand coeur, et ce n'est pas rien non plus que d'être consumé et transporté d'un grand amour. On connaît assez le solennel aveu:

Seigneur, vous m'avez fait puissant et solitaire

Et vous m'avez sevré des plaisirs de la terre.

   Joseph a eu le mérite de laisser Dieu lui pétrir et lui façonner le coeur , et le mérite d'accueillir toujours magnifiquement le bel amour qu'y voulait imprimer ce même Dieu.

   Nous disons de la très sainte Vierge qu'elle est "mère du bel amour". De son saint époux nous pouvons dire  qu'il est un véritable prince du bel amour. Les grands coeurs ne s'improvisent pas, ni non plus les grands amours. Il y faut de lentes préparations, une grâce toute divine, toute la plasticité humaine. Surtout quand il s'agit comme ici d'un cas inouï de charité. Car il ne se sera jamais rien vu de tel en l'ordre de l'amour.

   Le plus noble coeur d'homme, le mieux fait pour recevoir et pour rendre les plus divines tendresses, tel est saint Joseph.

rp Bernard op+

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article