Espana : Óscar Torres Ávila. Pianista i Sacerdote ad majorem Dei gloriam !

Publié le 20 Juillet 2019

 

 

 

Óscar Torres Ávila est un Colombien de 22 ans originaire d'Ibagué. Et depuis son enfance, il avait un don et aussi un rêve. Le premier était pour la musique, spécialement pour le piano, et le second était d'être prêtre un jour, parce que dès son plus jeune âge, son jeu préféré était de célébrer la messe.

Pendant un certain temps, ces chemins ont été séparés. Ce talent précoce pour la musique a passé une grande partie de son temps à se former dans des conservatoires et des écoles de musique. A l'âge de 18 ans, il enseignait déjà jusqu'à quatre académies. Son avenir était prometteur jusqu'à ce que soudain le rêve d'enfance entre en scène. Il sentait si fortement cet appel au sacerdoce qu'il l'a mis avant ce qu'était sa vie.

Oscar est maintenant séminariste et étudie au Séminaire International de la Bidassoa à Pampelune grâce à une bourse du Centre Académique Pontifical Romain (CARF), qui aide les séminaristes et les prêtres des pays les plus pauvres ou persécutés, afin qu'ils puissent avoir une excellente formation. Le mieux pour ce jeune homme, c'est que son don et son rêve n'ont pas été exclusifs mais complémentaires et qu'il utilise son talent pour louer Dieu au piano ou à l'orgue, sachant que la musique peut être une forme très efficace d'évangélisation. Religion en Liberté voulait lui parler pour savoir comment sa vocation s'est forgée et la relation entre la musique et le divin.

- Comment s'est passée votre enfance en Colombie ?

- Remercions Dieu pour une enfance très heureuse et paisible, entourée d'une famille qui m'a toujours donné tout son amour et toute son attention. Je suis un enfant unique, et de la part de ma mère, de mon petit-fils unique, et même de mon neveu unique, donc j'ai toujours été accompagné et soutenu dans tous les aspects. On pourrait dire que je suis un peu "gâté", mais dans un bon sens. J'ai reçu de ma famille les meilleurs exemples : respect, union, responsabilité, ordre, amour du travail ; je remercie toujours le Seigneur de m'avoir donné des parents qui ont semé en moi de si bons exemples, et de m'avoir tant aimé depuis des temps immémoriaux. Dès mon plus jeune âge, j'ai commencé à jouer du piano (dès l'âge de sept ans), d'abord un peu à la demande de mon père ; mais je suis ensuite tombé de plus en plus amoureux de l'instrument et de la musique, au point de décider de poursuivre mes études universitaires en piano, ce qui est une décision très libre.

Puis ce fut une enfance marquée par l'étude de la musique, et plus marquée par la lecture de livres que par la pratique du football (dont je n'ai aucune idée), de la natation (que je ne connais pas non plus), ou de la fréquentation de nombreux amis, ce fut plutôt solitaire. J'ai l'impression d'avoir beaucoup aimé mon enfance à ma façon ; je me souviens que quand j'étais petit, mon jeu préféré était la célébration de la messe. Mes parents m'achetaient même des ornements sacerdotaux, et j'étais heureux de prêcher et de dire la messe.

Même les visiteurs qui venaient à la maison devaient presque m'écouter jouer (rires). Ce jeu d'apparence innocente (que j'ai à peine pratiqué après dix ans) sera plus tard décisif pour décider d'entrer au séminaire ; c'était un souvenir indélébile et un signe de l'appel de Dieu.

- Avez-vous déjà eu un moment où vous vous êtes éloigné de Dieu ou votre foi a ébranlé quelque chose ?

Je dois admettre qu'à l'adolescence, ma foi était un peu ennuyeuse. J'allais à la messe le dimanche, comme je l'ai déjà dit, mais soudain je n'étais plus en communion avec certaines positions de l'Église, cela me semblait très conservateur, très rigide. Je pense que c'est une étape de beaucoup de questions dans la vie ; et j'en suis venu à douter un peu de la foi, mais parce que je me suis refroidi ; j'ai à peine prié pour le plaisir plus. Je voulais être un peu rebelle devant Dieu, me sentir plus libre et plus comblé. Puis j'ai pris conscience de mes erreurs et je suis retourné à l'amitié avec Lui.

Ce n'était pas difficile d'y retourner, puisque j'ai continué à assister à la Sainte Messe, et j'ai le sentiment qu'aller à l'église, même quand la foi est un peu terne, était l'attraction du Seigneur de ne pas me laisser quitter son côté. J'aimais la vie nocturne, l'alcool, bref, la vie universitaire, qui peut être un peu "folle". Mais la même chose s'est produite : aller à la messe, et commencer à avoir des amis dans la paroisse, c'est ce qui ne m'a jamais laissé passer des mains de Dieu.

- La musique est un élément fondamental de votre vie, avant d'être séminariste, vous étiez musicien, quelle est votre formation, avez-vous souhaité vous consacrer à la musique ?

- En effet, la musique a été le fil conducteur de ma vie. Dès l'âge de sept ans, je me suis consacré au piano et j'ai étudié sans interruption jusqu'à l'âge de 21 ans. 14 ans quand j'avais 22 ans, j'ai commencé à l'âge de sept ans à l'école de musique du Conservatoire de Tolima, où enfants et adultes vont recevoir des cours de tout instrument et théorie musicale. J'ai fait mon baccalauréat dans une école de musique, où nous avons suivi des cours de mathématiques, de sciences, d'anglais et de chant choral, d'orchestre, d'harmonie ; c'est-à-dire que les matières normales étaient combinées avec des matières musicales. A la fin de cette étape, j'ai immédiatement intégré l'université : j'ai étudié pendant cinq ans, jusqu'à l'obtention en juillet de l'année dernière du diplôme universitaire de "Master in Music".

 

L'enseignante avec laquelle j'ai obtenu mon diplôme est Edna Victoria Boada Valencia, une grande pianiste colombienne, qui m'a aussi soutenu de façon vivante quand je lui ai parlé de mon entrée au séminaire. Depuis l'âge de 18 ans, je travaillais déjà comme professeur de piano dans plusieurs académies de musique de ma ville. J'ai travaillé très dur pour enseigner aux enfants, aux jeunes, aux adultes, leur transmettre mon humble connaissance du piano et travailler dans quatre académies en même temps !

Je suis encore surpris de voir combien de temps j'ai renoncé à tant de choses, parce qu'en même temps que je faisais ma carrière, j'accompagnais divers instruments (qui n'étaient ni peu nombreux ni faciles), et j'ai réussi à diriger un beau chœur dans ma ville appelée "Rondalla Ibaguereña.

 

Quand j'ai commencé la course, j'ai pensé consacrer toute ma vie à la musique. Je n'aurais pas eu de problème avec ça. Mais en 2016, après avoir commencé la direction spirituelle avec Mgr Miguel Fernando González Mariño, évêque auxiliaire de ma ville, je me suis souvenu de cet appel que j'avais reçu quand j'étais enfant, et chaque fois que je l'ai ressenti avec une plus grande intensité dans mon cœur, et avec l'aide de Mgr, j'ai pris la décision de rentrer au séminaire en l'an 2017. Mais je l'ai gardée "in pectore", je l'ai portée dans mon cœur et je ne l'ai partagée avec personne. C'est pourquoi plus d'un a été surpris quand il a appris qu'il avait décidé d'entrer au séminaire.

Tout le monde imaginait que je continuerais à faire de la musique, mais j'étais déjà déterminé à la quitter pour entrer au séminaire. La direction spirituelle a marqué pour moi un tournant, car c'était un moment de discernement, de rencontre avec Dieu, de renaissance de ma foi, de ma prière, et de jugement peu à peu de la vie universitaire que je menais (qui était un lent processus jejej). Maintenant, je suis heureux au séminaire, et je vais bientôt terminer une année de mon diplôme de pianiste.

La musique vous a-t-elle aidé à augmenter votre relation avec Dieu ?

- Sans aucun doute. Les grands compositeurs de l'histoire ont laissé leurs meilleures œuvres écrites pour le culte et la louange de Dieu. Quand j'écoutais les messes et les oratorios de Bach (depuis que j'étais enfant, je le faisais à la maison), j'étais surpris d'une telle beauté, et je me demandais comment cette musique sonnerait dans une église, dans un culte, comme celle des anges. De plus, le son de l'orgue tubulaire de la cathédrale d'Ibagué, que j'écoutais depuis mon enfance, attirait toujours mon attention ; j'ai toujours voulu jouer de l'orgue, mais je n'ai jamais su... jusqu'ici, car en Espagne j'ai joué et j'ai appris.

Le son de cet instrument m'a toujours élevé et produit en moi une sorte de contemplation. Puis, au Conservatoire, nous avons joué de nombreuses pièces religieuses, comme la "Messe du Couronnement" et le "Requiem" de Mozart, la "Messe en si mineur" de Bach, les cantates de Bach, le "Requiem" de Gabriel Fauré, entre autres ; et chaque fois que je les jouais, j'ai ressenti la même fascination, comme si elles me transportaient au ciel. Et j'en suis venu à la conclusion que si, en tant que croyant, on joue ou écoute ces précieuses œuvres musicales et qu'on met un peu de dévotion et de recueillement dans cette atmosphère de prière et de méditation, on trouvera certainement Dieu, qui est beauté, harmonie et paix. L'art mène à Dieu, sans aucun doute. De plus, le culte lié à l'art lui donne une dignité et une beauté capables d'attirer beaucoup, comme cela vient de m'arriver ; l'art, surtout la musique, l'architecture, la peinture et la sculpture présentes dans les temples, m'ont toujours rapproché, et me font réaliser que c'est Dieu lui-même qui demeure dans le tabernacle, chez l'hôte consacré : car s'Il est beauté, Sa maison doit être un exemple de ce qu'Il est.

- Comment la musique peut-elle être utilisée pour l'évangélisation ?

- La bonne musique - bien faite - et aussi écrite et jouée pour Dieu, est comme un aimant. Je ne pense pas que nous puissions imaginer à quel point le pouvoir que Dieu a donné à l'art de transmettre et d'exprimer est grand. Je crois qu'en tant que catholiques, nous avons actuellement deux grands défis à relever en ce sens : le premier est de sauver le patrimoine musical et artistique de deux millénaires, que nous avons en tant qu'Église, le chant grégorien, la polyphonie, les œuvres magnifiques des compositeurs classiques, etc. et de les mettre au service de la liturgie. C'est très "beau" d'entendre ces œuvres en concert ; mais ce serait le mieux qu'on puisse les entendre en messe, dans les expositions du Saint Sacrement, dans les actes liturgiques.

Je connais beaucoup de gens qui sont attirés par ces expressions artistiques, qui ont été faites avec tant de soin et de dévouement pour le Seigneur, que bien qu'anciennes, elles ont toujours un esprit renouvelé, et aident dans la prière, dans la rencontre avec le Seigneur. Dans l'analyse de ses paroles, tirées pour la plupart des Écritures et d'anciens cantiques, d'une grande valeur doctrinale, se fait une très grande œuvre d'évangélisation : la Parole du Seigneur est transmise, et les louanges et les prières que son Église a écrites à travers l'histoire, afin que les gens l'entendent et boivent à une connaissance fiable de la foi de l'Église, qui est vraie, comme nous catholiques, professons.

 

L'autre défi est d'accueillir de nouvelles expressions musicales : de nouveaux rythmes, de nouveaux instruments, il faut qu'il y ait de la place pour les créations actuelles, à condition qu'elles expriment une certaine doctrine, et assurent une rencontre personnelle et pacifique avec le Seigneur.

Certes, quand les gens entendront et chanteront cette musique, ils seront évangélisés et catéchisés. Il y a un dicton latin qui dit "lex orandi, lex credendi", on croit ce qu'on prie, et on prie ce qu'on croit.

Eh bien, je voudrais le paraphraser et dire : vous croyez ce que vous chantez, et vous chantez ce que vous croyez (d'ailleurs, chanter, c'est prier deux fois, comme disait saint Augustin). D'où l'importance des paroles des chants liturgiques : ce que nous chantons est ce que nous prions et croyons.

D'abord, donnez de l'importance aux paroles, puis mettez la musique. Selon le rythme et la mélodie, il atteindra sûrement les enfants, les adultes et les personnes âgées. Tout le monde reçoit le message, et pour être honnête, la plupart des gens aiment la musique, c'est donc un excellent véhicule pour faire connaître Dieu parmi les gens.

- Pourquoi es-tu en Espagne maintenant ?

Je ne connais même pas cette réponse (rires). Ce fut une surprise totale que le Seigneur m'a donnée. Il y a deux ans, je ne l'aurais pas imaginé pour le monde. Il s'avère qu'au cours de mes études de piano, je me suis progressivement lié à divers groupes de ma paroisse (la cathédrale d'Ibagué) : J'étais dans la pastorale de la santé, la chorale paroissiale, de temps en temps j'ai collaboré comme organiste et chanteur, parce que dans ces aventures je me suis rapproché de plus en plus de l'Église, à tel point que j'ai rencontré l'évêque auxiliaire de mon archidiocèse, Mgr Miguel Fernando González Mariño, avec qui j'ai pris une direction spirituelle, ouvrant une nouvelle voie dans ma vie, plus proche de Dieu, d'ordre dans ma prière et discernant ainsi ma vocation de prêtre.

Je me souviens que l'une des premières questions que Monseigneur m'a posées était : " et n'avez-vous jamais ressenti l'appel à être prêtre ? Après cette question, je n'avais pas d'autre choix que de dire "oui", parce qu'à ce moment-là je me souvenais de ces jeux de la célébration de la messe quand j'étais enfant. Ce jeu avait eu pour résultat une sorte de trace que le Christ avait laissée sur ma personne, et qui malgré les années n'a jamais été effacée, même si je n'en avais pas pris soin depuis longtemps. La direction spirituelle me mettait de plus en plus sur la route, car j'avais une vie collégiale où je faisais la fête et je buvais beaucoup ; j'ai donc modéré petit à petit (rires).

Après mon diplôme, j'ai commencé mes études au Séminaire International de la Bidassoa, situé à Pampelune, en Espagne, où je suis depuis maintenant 10 mois, et je suis très heureux. C'est précisément dans ce séminaire que Monseigneur Miguel Fernando a terminé ses études de séminaire. Je suis séminariste de l'archidiocèse d'Ibagué, et je me prépare à pouvoir y retourner et rendre le meilleur service possible à mon Église Particulière bien-aimée. Je dois aussi des remerciements particuliers à l'archevêque (aujourd'hui émérite), Mgr Flavio Calle Zapata, qui m'a soutenu de manière décisive pour mener à bien mes études à Pampelune.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus en Espagne et qu'est-ce qui vous déplaît le moins ?

- J'aime beaucoup de choses de l'Espagne, je me suis très bien adapté, mais c'est aussi qu'à Bidassoa vous êtes accueillis comme si vous faisiez partie d'une grande famille : vous ne vous sentez jamais comme un étranger, vous vous sentez toujours soutenu et encouragé, et cela vous rend très confortable dans cette nouvelle maison qui est en Espagne. J'adore la nourriture, à tel point que j'ai pris beaucoup de poids ces derniers mois (comment et je dors parfaitement bien, ce qui est bon signe, rit). J'adore la paella et tout ce qui contient du riz, aussi parce que je viens d'une terre rizicole. J'adore les chistorras et les pacharans de Navarre. Parmi les habitudes que j'ai vues, celle que j'aime le plus est la clarté des Espagnols : dire oui ou dire non, et c'est tout. Le problème est résolu. Parfois, les Latinos réfléchissent beaucoup aux choses (rires).

 

La météo a été une expérience d'apprentissage pour moi, car je n'avais jamais connu les quatre saisons. Je les ai déjà rencontrés, et avec la chaleur que c'est en cette saison, je me souviens avec une certaine nostalgie de l'automne et de l'hiver (rires).

Je mérite une mention spéciale pour la chute de neige du 3 février à Pampelune, c'est le plus beau spectacle que mes yeux n'aient jamais vu, avec plusieurs compagnons nous sommes allés jouer avec des traîneaux et tout... c'était très excitant ! Voir les couleurs des arbres en automne, les fleurs au printemps sont des choses que j'ai très présentes dans ma mémoire visuelle à cause de leur beauté. Ils m'ont aussi appris que dans la vie, tout vient et tout arrive. Il y a des cycles. La seule chose que je n'aime pas, c'est qu'il n'y a pas de tolimense et de lechona tamal à Pampelune (ce sont deux plats typiques de ma région, le rire).

Cela vaut la peine de dire que je me sens très à l'aise au séminaire, en apprenant à jouer de l'orgue, et j'ai déjà terminé ma première année de philosophie ici. Je suis reconnaissant au recteur et aux formateurs de m'avoir accueilli avec tant de gentillesse et d'affection imméritée, ainsi qu'à mon seul compatriote au séminaire, l'ingénieur industriel et diacre colombien Jorge Castro, qui sera ordonné prêtre le 3 août, et qui m'a accueilli à bras ouverts en Bidassoa.

 

Quel est votre rêve en tant que prêtre ?

- Mon grand rêve de prêtre est clair et concis : sauver les âmes. Je crois que l'on accepte l'appel du Seigneur à réaliser son rêve, et le rêve du Christ est "que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité. Sauvez et évangélisez. C'est ce qui résume mon rêve ; et une grande arme pour évangéliser sera la musique, seulement si elle est capable de montrer la vérité, de transmettre la Parole de Dieu, et la louange de son peuple. Que Dieu me permette de collaborer avec lui dans son plan de salut en faveur de son peuple, tel est mon désir. Mais pour ce faire, je dois Lui ressembler de plus en plus, me reconnaître pécheur et lutter jour après jour pour la sainteté, jusqu'à devenir un "Alter Christus".

Je vous demande seulement de prier pour moi, comme le dit le Pape François, pour mon Archidiocèse, pour mon séminaire et pour toutes les vocations sacerdotales et religieuses, afin qu'il n'y ait jamais de pénurie de travailleurs dans la moisson du Seigneur. Que Sainte Marie, notre Mère, accueille nos ferventes supplications pour l'Église, qui a tant besoin de notre prière.

 

añadimos Oscar en nuestra oración! trop beau! muchas gracias . Feliz fiesta de Santiago!

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article