19ème dimanche après la Pentecôte.

Publié le 20 Octobre 2019

  

   " Il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus."

 

   Les choses se passent, au sujet du Royaume des cieux, comme dans l'histoire de cet homme, de ce roi qui prépare à son fils un festin nuptial." Il n'est question que d'alliance et d'union, nous le savons bien, dans toute l'histoire surnaturelle. L'invitation est ancienne ... mais la nation a la tête dure, au coeur rebelle, aux oreilles incirconcises , refuse de l'accueillir.

   Allez donc aux carrefours, là où il y a plus de chance de rencontrer les foules, et tous ceux que vous trouverez, invitez-les aux noces."

   Et les serviteurs obéissent: ils s'en vont par les chemins, rassemblent tous ceux qu'ils rencontrent, bons et mauvais, pécheurs et honnêtes gens, riches et pauvres; et la salle du festin se remplit de convives.

   Le roi entre dans la salle pour visiter et honorer les convives.  Il aperçoit un homme non revêtu de la robe nuptiale. " Mon ami, lui dit-il, comment êtes vous entré ici sans porter le vêtement de noces?" ....

   Car ce vêtement de noces qui nous permet de paraître au festin de Dieu, c'est la justice, c'est la foi et la charité, c'est la communion à la vie et aux dispositions du Christ .

   Pourquoi l'invité a - t- il négligé de la revêtir ? Pourquoi mentir au roi en paraissant aux noces de son Fils sans être l'ami de son Fils?  On ne s'introduit pas avec un vêtement souillé dans les splendeurs d'une fête.

   L'interpellé se tait, parce qu'il n'a vraiment rien à répondre. Il est injustifiable. Il était si facile de faire comme tout le monde, et de revêtir, à l'entrée de la salle, cette robe nuptiale , qui ne coûte rien, et qui est la condition même de la participation au festin! Alors la justice de Dieu s'exerce. Le repas décrit par l'évangile a lieu le soir, comme de coutume; au--dehors, tout n'est que ténèbres. Il n'y a de lumière que dans la salle du festin. Et le roi dit aux serviteurs:" Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors. Là il y aura des pleurs et des grincements de dents". " Car il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus".

dom Delatte.

Tôt ou tard, nous devrons tous reconnaître l'échec de tout ce que nous avons construit en dehors de Dieu, de tout ce qui n'a pas été la recherche du royaume de Dieu et sa justice.

Loin de nous les histoires de tradis, de pape, d'Amazonie , de tout ce qui va mal dans l'Eglise, omnibulés par "les affaires",  avec des bouchons de cérumen dans les oreilles qui nous empêchent d'entendre l'appel du Roi aux noces, du Père bon et miséricordieux, de même on peut perdre la vue avec de la boue dans l'oeil , perdre de vue sa destinée spirituelle d'enfants de Dieu et de fils de l'Eglise. Quel profit peut-on en tirer pour son salut ? L'Eglise a les paroles de la vie éternelle.  Pourquoi salir nos vitres qui ne demandent  qu'à recevoir la Lumière, le Beau et le Vrai. ,?

la pureté du regard et du coeur.

car c'est tous les jours" l' aujourd'hui si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs. " pour aller festoyer avec le Fils.

La sainteté qui consiste à vivre en harmonie habituelle avec Dieu, selon le plan selon lequel "il nous a choisis en la personne du Christ avant de créer le monde pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui par amour" (Ep 1,4).

Une sainteté qui implique d'abandonner les chemins qui nous éloignent de lui et de le préférer à toutes choses, "menant une vie sobre, honnête et religieuse" . Par conséquent, les saints sont ceux qui se sont totalement engagés dans la vocation humaine et chrétienne fondamentale : la recherche de Dieu, l'imitation du Christ, la pratique fidèle de la loi divine, la poursuite de la plus parfaite selon l'image divine conçue en nous.

C'est la sainteté qui fait de nous de vrais hommes, qui nous donne toute notre dimension humaine. Parce que la sainteté est la convergence de l'homme avec Dieu.

Nous arrivons à posséder pleinement la condition humaine dans la mesure où nous nous approchons de ce modèle de l'homme parfait selon Dieu. En fait, Dieu apparaît à l'horizon de l'homme non pas pour le détourner de son chemin ou pour contrecarrer son projet humain, mais pour le faire grandir à Lui, pour lui donner la mesure et la stature auxquelles il est destiné.

On nous a tous dit : "Si tu ne te laisses pas laver, tu n'auras pas part à moi" (Jn 13,8), c'est-à-dire si tu ne te laisses pas purifier et purifier de tes fautes et de ton penchant au mal ; si tu n'acquiers pas un cœur et un esprit en accord avec les miens, tu ne pourras participer à ma Vie. C''est la robe nuptiale dont nous devons être revêtus.

Or, cette participation à sa Vie est notre seule raison d'être, parce que la vie à laquelle nous aspirons ne peut être autre que celle que Dieu nous a offerte, qui est une participation à sa propre vie. En dehors de cela, toute existence est chimérique. Ne pas y participer est l'ultime frustration de nous-mêmes.

Telle est la sagesse et la leçon des saints : que seul Dieu en vaut la peine, que " Dieu seul suffit ".

" Mon ami !!! jusqu'aux extrêmes de nos trahisons, le Roi nous révèle son identité !

Cherchons la contemplation de Dieu et du Ciel, où, comme le dit saint Augustin, "nous nous reposerons et nous contemplerons ; nous contemplerons et nous aimerons ; nous aimerons et nous louerons. C'est ce que sera le bonheur qui n'a pas de fin"...

un moine. 

 

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article