1er Novembre: fête de tous les saints.

Publié le 30 Octobre 2019

 

en union de prières pour tous les moines de la Congrégation de Solesmes,  pour ceux qui sont persécutés.

 

"Bienaventurados los perseguidos por causa de la justicia, porque de ellos es el Reino de los cielos."

 

"Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la

justice, car le Royaume des Cieux est à eux . "

“Todos me abandonaron y nadie me asistió.

"-Que Dios los perdone-. Pero el Señor me ayudó y me dio fuerzas para anunciar íntegro el mensaje, de modo que lo oyeran todos los gentiles”.

St paul à Thimotée.

"Dichosos los que trabajan por la paz, por que serán llamados hijos De Dios ."
.

+

Nous, moines, luttons pour la justice, la vérité et la paix. Il ne peut s'agir d'une paix imposée par le pouvoir en marge de la justice et contournant les droits des faibles humains.

Mais ce que nous exigeons de nos dirigeants est une exigence pour chacun d'entre nous. Saint Benoît exige de l'abbé qu'il corrige ses moines et ne laisse pas le mal prendre racine et s'imposer dans le monastère. Puis il demande à l'abbé de corriger ses frères et en même temps de faire amende honorable pour ses propres défauts. Ce sage conseil de saint Benoît doit être appliqué par nous tous dans nos relations fraternelles. Nous sommes tous pécheurs et ce que nous ne pouvons pas garder le silence sur ce qui ne va pas, nous ne devons pas nous gâter. Notre désir que le Royaume de Dieu vienne dans notre monde et ne s'enracine pas seulement dans nos cœurs, exige que chacun de nous travaille dur pour supprimer les obstacles dans nos cœurs par manque de renoncement à soi.

Le seul chemin est Jésus, et c'est ainsi qu'Il a d'abord marché, c'est le chemin de croix. Il est sur la croix et quiconque veut Le servir doit être là où Il est.

Le Seigneur est le seul chemin, Il est le salut. Cette vérité primordiale peut devenir une connaissance abstraite engourdie sans influence effective sur notre vie. Avoir soif de vraie sagesse pour nous aider à canaliser notre existence et à ne pas tourner autour du pot est la seule chose qui devrait nous préoccuper. Les jours passent, agités par les nombreuses activités que nous avons à faire, mais sans faire attention à l'essentiel.

La prière, au contraire, est comme le thermomètre de notre foi, mais d'une foi vivante, qui est la seule valable : la foi unie aux œuvres. Soit c'est une foi qui transforme notre vie, soit c'est une foi morte. Et la preuve que cette foi est animée par la charité, c'est qu'il y a du progrès dans la charité et la prière, c'est-à-dire que l'amour de Dieu et du prochain grandit ou devient paralysé et presque mort ou complètement mort.

La prière est sans doute le repos de l'âme, mais c'est aussi une croix dans le sens où dans la prière la lutte contre notre égoïsme est rendue claire, parce que la prière est de se mettre entre les mains de Dieu, c'est de vivre dans Sa volonté et non dans la nôtre ; la prière est renonciation à nos propres critères, de vivre dans la volonté de Dieu et non dans une simple résignation réticente.

Et quand on passe de la résignation et de l'endurance à l'embrassement de la croix par amour pour celui qui a embrassé la croix, par amour pour nous, la vie change complètement. Puis nous passons des ténèbres à la lumière, de l'angoisse à la joie.

P. José Ignacio González Villanueva

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article