l'homme du jour : Eliud Kipchoge

Publié le 20 Octobre 2019

 

Samedi dernier, le Kenyan Eliud Kipchoge est entré dans l'histoire samedi dernier quand il a réussi à abaisser les 2 heures du marathon, qui prévoit une distance de 42,2 kilomètres. Cet athlète a arrêté le chronomètre en 1 heure, 59 minutes et 40 secondes dans ce qui est devenu un spectacle médiatique malgré le fait que ce record historique ne peut être officiel ou homologué.

Cependant, cet événement a fait le tour du monde et a ouvert les nouvelles. Kipchoge a remercié Dieu pour cette journée car cet athlète kenyan a une foi catholique profonde, transmise surtout par sa mère et le reste de sa famille, où  il y a plusieurs prêtres.

"Dieu tient sa promesse"

Le père Kennedy Kipchumba, cousin de l'athlète, a déclaré à l'ACI Afrique que l'exploit du coureur était "un moment de joie et d'allégresse, associé au fait que Dieu a tenu sa promesse.

Le prêtre explique qu'il faisait " partie des près de 3 000 personnes qui ont suivi la course depuis un écran géant et avec toutes, nous avons fini par nous prosterner devant Dieu pour Le remercier de tout ce qu'Il nous a offert ".

En fait, après cet événement sportif historique, la famille de Kipchoge, dont plusieurs prêtres, a célébré une messe d'action de grâce. "Tout le monde est venu à l'église pour remercier Dieu. Nous avons célébré en tant que communauté, il y avait la famille, le père Benjamin Oroiyo, qui est aussi un membre de la famille, le père Benedict Rono, et nous étions également accompagnés par le vice-gouverneur du comté de Nandi, un membre du parlement local, parmi d'autres dirigeants locaux," explique le prêtre cousin de l'athlète.

Kipchoge, 34 ans, a grandi dans le petit village de Kapsisiwa, où cette messe d'action de grâce a été célébrée. Lui et sa femme vivent maintenant dans un village voisin.

"Je prie le chapelet"

Le Père Kipchumba a souligné que "la personne importante dans la famille est la mère, que nous avons ramenée de la maison" pour la messe. Cette femme, Janeth, Rotich, est considérée comme le principal transmetteur de la foi à l'athlète. S'adressant aux journalistes, elle a dit : "Je me lève tous les jours à 3 heures du matin pour prier pour lui. Je prie le chapelet.

L'athlète a quitté le Kenya pour Vienne, où s'est déroulée la course, le 7 octobre dernier, fête de Notre-Dame du Rosaire. Mais avant son départ, la paroisse à laquelle Kipchoge participe à Nairobi lui a offert une messe.

Maintenant, ils attendent son retour pour célébrer avec lui une autre messe pour célébrer cette victoire  pour tout un pays.

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article