1er Novembre Valencia: un pantheon pour les bébés avortés.

Publié le 1 Novembre 2019

 

 

Pour la première fois, l'Espagne aura un panthéon pour les enfants . Selon les rapports de l'archidiocèse de Valence (Espagne), le panthéon sera béni le 1er novembre prochain, jour de la Toussaint, dans le cimetière paroissial de la ville de Torrent, comme annoncé par l'Association Torrent Yes to Life, promoteur de l'initiative.

Le panthéon a une image de la Virgen de los Desamparados, patronne de Valence, une figure d'ange et des espaces à la base pour d'éventuelles sépultures. Comme expliqué, cette initiative vise à " reconnaître la dignité humaine dès le moment de la fécondation ".

Amparo Baviera, président de Torrent Yes to Life, a expliqué que le panthéon a deux espaces dans sa base pour "recevoir des embryons et des foetus, des enfants qui n'ont finalement pas terminé leur processus de gestation pour différentes raisons : fausse couche, naturelle, induite.

Il a également souligné que " ce monument aide à reconnaître la dignité de la personne humaine dès le moment de la fécondation car, depuis lors, il y a un nouvel être humain dans le sein maternel.

 L'objectif de ce panthéon est que "les parents et les proches de ces bébés qui ne sont pas encore nés aient un endroit pour les enterrer et aussi pour les aider dans leur processus de deuil, ce qui n'est pas facile.

Comme ils l'expliquent, le nouveau panthéon est situé au pied d'une image de la Virgen de los Desamparados, patronne de Valence et au sommet est la figure d'un petit ange "comme un symbole de l'innocence et la pureté de ces enfants à naître.

"Actuellement, beaucoup d'enfants avortés sont considérés dans de nombreux cas comme des déchets médicaux et finissent à la poubelle ou dans l'industrie cosmétique. Avec cette initiative, nous avons l'intention de contribuer à la victoire de la culture de la vie sur la culture de la mort", a-t-il déclaré.

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article