les trois branches. Saint Augustin.

Publié le 30 Décembre 2019

 

      A proprement parler, le jour de l'Epiphanie a été fait pour nous, c'est-à-dire, pour les Gentils. Le ciel lui-même l'a annoncé , suivant cette expression du dix-huitième psaume :" Les cieux racontent la gloire de Dieu, et le firmament annonce l'oeuvre de ses mains." Voilà aussi pourquoi s'est accomplie pour la gentilité cette promesse du Prophète :" Le peuple des Gentils , qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, et le jour s'est levé sur ceux qui habitaient la région des ombres de la mort". 

   En effet, le peuple des Gentils, c'est-à-dire notre peuple, plongé dans les ténèbres de ses iniquités, serait demeuré dans l'aveuglement de l'esprit, si la lumière de la grâce n'avait projeté d'en haut, sur ces ingrats, l'éclat de ses rayons. Partout et toujours, Dieu se montre admirable.

    Nos âmes étaient dépourvues de justice; c'étaient , à vrai dire, des grains de poussière desséchés. Par un prodige renouvelé de Gédéon, le Seigneur a donc fait descendre son Verbe divin, comme une rosée céleste, sur la toison d'une brebis, dans le sein de la Vierge très pure. Vous savez tous le miracle opéré sous les yeux de Gédéon, le Seigneur a donc fait descendre son Verbe divin, comme une rosée céleste, sur la toison d'une brebis , dans le sein d'une vierge très pure. Vous savez tous le miracle opéré sous les yeux de Gédéon: son aire était toute desséchée, et , néanmoins, une toison de brebis, étendue au milieu de cette aire, se trouva tellement humide qu'il en fit couler la rosée. Un prodige plus admirable s'est opérée en Marie: de son sein, comme d'une toison de laine, s'est échappé du lait, et pourtant son corps virginal, pareil à une aire desséchée, ne s'est jamais humecté au contact d'un homme. 

   Marie est donc unique parmi toutes les jeunes filles, elle est incomparable à toutes autres par son innocence. Pareille à une brebis , elle a engendré l'Agneau sans tache, et il est sorti de ses entrailles comme jadis la rosée est tombée de la toison de Gédéon; c'est cet Agneau que les anges ont annoncé, que les bergers ont serré dans leurs bras, que l'étoile a montré; et sa mère, la Vierge féconde, a fait trembler Hérode au milieu de ses richesses; elle a reçu les adorations et les présents des Mages. Puisque nous avons comparé la chaste Marie a une sainte brebis, nous avons aussi donné à son Fils le nom d'Agneau sans tache; l'Evangile de Jean nous y a d'ailleurs autorisé, car nous y lisons ces paroles : " Voici l'Agneau de Dieu, voici celui qui ôte les péchés du monde". 

    C'est à vous , saint homme Jacob, c'est à vous que je vais m'adresser: à l'âge de vingt ans vous étiez un berger digne de louanges et vous êtes devenu pour nous l'image du Dieu pasteur, de l'Agneau sans tache que nous devons adorer. Saint Jacob, je vous en prie instamment, dites-nous, vous si petit et si grand tout à la fois, dites-nous pourquoi et comment vous avez aperçu en songe cette échelle mystérieuse qui allait jusqu'au ciel et au sommet de laquelle se trouvait couché l'Agneau virginal? Pourquoi et comment vous avez reconnu cet Agneau? Pourquoi et comment , à votre réveil, vous avez dressé et consacré la pierre sur laquelle votre tête avait reposé? 

En tout cela, je le vois, vous nous avez annoncé le mystère de la croix; car, au Sauveur mort en croix pour votre salut et le nôtre, s'appliquent ces paroles du psaume que l'on adresse aux nouveaux baptisés, surtout en raison du chrême :" Le Seigneur votre Dieu vous a sacré d'une onction de joie, qui vous élève au-dessus de tous ceux qui doivent la partager avec vous"; qui vous élève , non pas au même rang que ceux qui doivent la partager avec vous, mais au-dessus d'eux. L'Apôtre Pierre explique ce passage: " Ce Jésus de Nazareth, que Dieu a rempli de l'onction de l'Esprit-Saint. 

   Je le sais, ô homme une fois et deux fois saint, trois fois et quatre fois heureux, je le sais, la charité était l'âme de vos oeuvres; la piété inspirait votre fuite, vous ne suiviez d'autre chemin que celui de la vérité; votre repos était en Dieu, l'éternité devait être votre récompense.  Que faisiez-vous donc en ces réservoirs d'eau , ( Gen. XXX,37,43) qui étaient votre mystique bergerie? Quelles merveilles y opérait votre merveilleux savoir faire? Pourquoi mettre l'une sur l'autre, dans les auges des brebis, ces trois branches vertes , en enlever la couleur verte à certains endroits, leur donner une teinte très blanche, les placer toutes trois au fond des canaux au moment de la conception, montrer en un sens prophétique ces branches , placées dans l'eau, aux brebis qui voulaient concevoir et boire, et disposer ainsi les mères à vous donner un nombreux troupeau d'agneaux blancs. 

   Ecoutez le Patriarche, il va vous apprendre de grandes choses, non pas sous l'influence d'une prudence charnelle, mais d'après l'inspiration toute puissante du Saint-Esprit. Laissons-lui la parole:

   Quand je tenais les trois branches dans l'une de mes mains, je présentais le symbole de la Trinité catholique. Les trois branches étaient de bois, et chacune d'elles avait des qualités propres à elle seule; ainsi en est-il de la Trinité: dans le Dieu vivant, chacune des trois personnes est distincte des autres, mais entre elles on ne saurait trouver aucune diversité de nature. 

   La première branche était de storax, la seconde d'amandier et la troisième de platane.

Comparons celle de storax au Père, celle d'amandier au Fils , et celle de platane à l'Esprit-Saint .

   Pourquoi comparons-nous la branche de storax à Dieu le Père? Evidemment, parce que c'est des petits bourgeons de cet arbre que s'échappe la plus forte odeur qu'il puisse produire. Ainsi Dieu le Père a t-il produit l'odoriférant Sauveur. Ecoute l'Apôtre, voici ce qu'il dit :" Nous sommes devant Dieu la bonne odeur du Christ, en tous lieux, pour ceux qui se perdent et pour ceux qui se sauvent". Comment cela? Parce que ceux qui se perdent et ceux qui se sauvent ont été oints du chrême odorant.

Pourquoi encore comparons-nous la branche d'amandier à Dieu le Fils?

   De même que la verge d'amandier , qui avait servi à Aaron, était redevenue verte et avait fleuri dans le temple, après avoir été longtemps desséchée; ainsi le corps du Christ, revenant à la vie, a refleuri au sortir du tombeau. La verge desséchée est l'image du corps inanimé de Jésus; la verge redevenue verte représente ce corps revenant à la vie; la verge fleurie dans l'arche du Testament symbolise ce même corps glorieux s'échappant glorieux du sépulcre. Et c'est parce que le corps de Notre-Seigneur Jésus Christ a refleuri au moment de sa résurrection, que le Psalmiste, parlant de lui, a chanté ces paroles :" Ma chair a refleuri, et je le louerai de toute mon âme." (Ps.XXVII,X) 

   Les branches du platane sont larges et touffues, comme s'il avait été planté sur la montagne sainte; aussi, je comprends qu'il s'agit de la venue du Dieu Saint-Esprit dans ces paroles du Prophète :" Dieu viendra du Midi, et le Saint descendra de la sombre et ombrageuse montagne". Le platane est donc un arbre aux branches larges et touffues, et l'homme qui fuit les ardeurs du soleil trouve sous son ombre la fraicheur et le repos. 

   Aussi comparons-nous les branches du platane au Saint-Esprit et à son action rafraichissante: car l'Ange a dit à la Vierge, au moment de la conception :" Le Saint-Esprit descendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre."

   Quand Jacob enlevait , en certains endroits, l'écorce des trois branches, et mettait à découvert leur blancheur intérieure, voici ce dont il nous offrait l'emblème: l'unité de la divine Trinité ne peut être comprise même par les plus savants, tant qu'ils ne se sont point dépouillés de leurs pensées charnelles; car le vrai et unique Dieu, le Dieu en trois personnes, et l'unité de ces trois personnes, ne sont à la portée que des hommes spirituels; elles dépassent, du tout au tout, les facultés des hommes charnels. En effet, l'homme charnel, que l'Apôtre appelle en d'autres termes l'homme animal, " ne perçoit pas les choses qui sont de l'Esprit de Dieu: l'inintelligence est son partage" . 

....

   Illustre Jacob, Dieu lui-même a prononcé votre éloge en louant trois grands hommes : " Je suis", a-t-il dit , "' le Dieu d'Abraham, et le Dieu d'Isaac, et " le Dieu de Jacob" . Je ne vous demande plus qu'une chose, c'est la dernière: je vous en prie, comparez patiemment avec moi le temps où vous viviez avec celui-ci: notre époque n'est-elle pas, plus que la vôtre, enrichie des faveurs de la grâce? il est positif que notre brebis la vierge Marie, est préférable aux vôtres. Notre siècle surpasse donc votre siècle en bonté, car notre Vierge est devenue féconde sans le concours de l'homme, et parce que cette Vierge sainte a miraculeusement enfanté, bien qu'elle n'eût eu de commerce charnel avec aucun homme, elle a été, en ce jour, honorée, dans la personne du Christ, des respects et des présents des Mages. 

   C'est pourquoi , il faut nous réjouir aujourd'hui d'avoir reçu le don de la foi catholique, jadis symbolisée par les trois branches de Jacob. Réjouissons-nous aussi à la vue de l'étoile qui a projeté sur toute la terre le vif éclat de ses rayons. Réjouissons-nous encore à l'aspect des présents des Mages, emblème sensible de la Trinité: que dans notre conduite se rencontrent les trois vertus désignée par ces présents. 

   Puisse la foi faire de notre coeur un coeur d'or; que l'encens du repentir brûle sur l'autel de notre coeur en sacrifice d'agréable odeur; qu'enfin la myrrhe de la charité à l'égard du prochain nous obtienne le pardon de nos fautes par Jésus-Christ notre Seigneur. 

 

 

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article