Saint Jean-Baptiste .

Publié le 8 Décembre 2019

 

    Cette sainte impatience pour le Désiré des nations avait animé , il est vrai, tous les justes de l'ancienne loi;  mais chez le précurseur, elle trouve sa suprême ardeur. 

   Lui, si rude et si austère, traduit par les expressions les plus suaves les saints transports de son âme. C'est à lui que nous devons la plus douce image sous laquelle les fidèles aiment à contempler Jésus, celle d'Epoux de nos âmes. 

   L'Eglise veut pendant ce temps nous faire apprendre à son école à désirer Jésus-Christ. Ne serait-ce pas faire injure à cette divine Bonté que de n'avoir pas de désir pour elle ? Bossuet développe admirablement cette pensée : 

   " Saint Grégoire de Naziance invite tout le monde à désirer Dieu par la considération que cette bonté infinie prend tant de plaisir à se répandre : Ce Dieu, dit-il, désire d'être désiré; il a soif, le pourriez-vous croire? au milieu de cette abondance. Mais quelle est la soif de ce premier Etre? 

   " C'est que les hommes aient soif de lui: Sitit sitiri. Tout infini qu'il est en lui-même et plein de ses propres richesses, nous pouvons néanmoins l'obliger en lui demandant qu'il nous oblige, parce qu'Il donne plus volontiers que les autres ne reçoivent." 

   Et plus loin, Bossuet conclut : 

   " Ah ! que tardons-nous, âmes chrétiennes? Que n'excitons-nous nos désirs, que ne pressons-nous nos ardeurs trop lentes? Ce n'est pas seulement Jean qui sent de près le divin Sauveur, qui désire ardemment sa sainte présence: de si loin que Jésus a été prévu, il a été désiré avec ferveur :" Mon âme , disait David, languit après vous ; quand viendrai-je? Quand m'approcherai-je de la face de mon Seigneur"?  Quelle honte, quelle indignité, si , lorsqu'on soupire à lui de si loin, ceux dont il s'approche, qui le possèdent, ne s'en soucient pas! Car, mes frères, n'est-il pas à nous, ne l'avons-nous pas sur nos autels? ... Courons donc à cette table mystique, prenons avidement ce corps et ce sang; n'ayons de faim que pour cette viande, n'ayons de soif que pour ce breuvage: car pour bien désirer Jésus, il ne faut désirer que lui." 

   Dieu l'a chargé de prêcher la pénitence; il est tout absorbé par cet idéal, et pour donner à sa prédication plus de force , il veut que tout parle en lui . Aussi quelle puissance et quelles audaces devant tout ce peuple accouru!

" Race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère qui vient? Faites donc de dignes fruits de pénitence , 

 ... " Il vient, celui qui est plus puissant que moi... Sa main tient le van, et il nettoiera son aire, et il amassera le froment dans son grenier, et il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint pas."

 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article