Via Crucis.

Publié le 28 Février 2020

 

 

 

 

1ère station

Jésus est condamné à mort. 

 

   Cette première  station représente le prétoire et la maison de Pilate, où le Sauveur , qu'on maltraitait déjà comme un criminel, sans autre motif que ses innombrables bienfaits, est exposé, les chairs en lambeaux et recouvert d'un haillon de pourpre, aux regards de la multitude. C'est cette populace ignorante, aveugle et passionnée, qui va décider de son sort.

   De grâce, fermez les oreilles, mes frères, pour ne pas entendre la plus infernale sentence qui ait jamais souillé un tribunal; car il n'en est pas un seul parmi ces misérables qui ne crie : Tolle, tolle, crucifige eum. Et qui plus est, transportés par une rage inconcevable, ils osent provoquer la justice divine à faire retomber sur eux le châtiment de cet affreux déicide: Sanguis ejus super nos, et super filios nostros.

   Ah! quelle peine je ressens en pensant à ce qui est figuré par cette foule insensée. Toutes les fois, mon frère, que votre passion a réclamé une sentence de mort contre Jésus, avec quelle ardeur n'avez-vous pas crié aussi: " Tolle, tolle , crucifige eum ? 

N'éprouvez-vous aucun regret d'avoir prononcé l'arrêt de mort contre Jésus? Or , voici un excellent moyen de réparer vos fautes. Suivez cette voie douloureuse avec un coeur contrit , déplorez le passé, proposez-vous de vous amender, et priez Jésus, au nom de cette sentence de mort qu'il a acceptée pour votre amour, de vous délivrer de la mort éternelle que vous avez méritée par vos  péchés. 

 

 

2ème station

Jésus embrasse sa croix. 

   Jésus avait fait quelques pas, lorsque, sur la place même du prétoire, on charge sur ses épaules meurtries et déchirées , une lourde croix, grossièrement travaillée, dont le poids énorme fait courber son corps adorable. 

   Ame compatissante, vous regardez la croix matérielle qui accable le Sauveur; mais ne voyez-vous pas la croix d'une autre nature qui lui pèse sur le coeur ? Ah! si vous saviez tout ce que Jésus-Christ souffre en vous voyant si délicate, si adonnée à la satisfaction des sens, si ennemie de la souffrance et de la croix, au point de vous ranger du nombre de ceux que condamnait saint Paul: Inimicos Ccucis Christi!...

    Prenez donc la résolution de suivre une autre voie, car il est impossible que votre conscience ne vous reproche pas en ce moment de ne point suivre le chemin qui mène au paradis. Non, non, le chemin du ciel n'est point semé de plaisirs, mais bien de croix et de souffrances! Décidez-vous  donc à embrasser une vie pénitente afin d'accompagner Jésus pendant sa vie et de le posséder ensuite après la mort. 

 

3ème station

Jésus tombe pour la première fois. 

   A la vue de Jésus accablé par son lourd fardeau, tombant à demi-mort et roulant sur le pavé, de manière que le sang jaillit de ses narines, de ses yeux, de sa tête percée par la couronne d'épines, à cette vue, dis-je, aura-t-on encore le courage de nourrir des pensées d'orgueil et de vanité? 

   Oh! que ma vie est différente de celle de mon Sauveur! Il n'ambitionne que les mépris et les souffrances, et moi, je ne recherche que les honneurs et les plaisirs. 

  En réparation pour tous les prêtres qui ont quitté le sacerdoce - dont on sait qu'hélas, le caractère sacerdotal demeure même mariés... -

et ceux qui ont sali l'image sacerdotale auprès des jeunes enfants.

miserere nostri Domine, miserere nostri. 

 

IV ème station

Jésus rencontre sa Mère. 

   Voyez Jésus qui se plaint de votre cruauté. à tourmenter le coeur de sa Mère; voyez Marie: avec quelle douleur elle vous exprime ce qu'elle souffre, en vous voyant si impitoyable à l'égard de son bien-aimé Fils . Et vous, quels sont donc vos sentiments? Quoi ! vos yeux ne se changent pas en deux fontaines de larmes? 

   Jetez-vous aux pieds de Jésus et de Marie et prenez la résolution de changer totalement de vie au moyen d'une bonne et sainte confession. Ne tardez pas, c'est peut-être le dernier avis que Dieu vous donne. 

V ème station 

Simon aide Jésus à porter sa croix. 

 

 Réveillez-vous donc, réveillez-vous et embrassez de bon coeur la croix de Jésus-Christ , en lui demandant la force de la porter avec persévérance jusqu'à la mort, oui, jusqu'à la mort. 

 

VI ème station

Véronique essuie la face de Jésus . 

 

Ah! au lieu d'essuyer la face de Jésus, vous avez achevé de la défigurer. S'il en est ainsi, apprenez de cette sainte femme à soulager Jésus en purifiant votre coeur de toutes les souillures du péché, afin qu'il soit disposé à recevoir la divine empreinte, et qu'au jour du jugement dernier nous soyons tous reconnus pour ses serviteurs. 

 

VII ème station

Jésus tombe pour la deuxième fois. 

Ah! entrons dans cette divine école de patience que Jésus nous ouvre dans son coeur. Et là apprenons à calmer ces accès de bile, à réprimer ces emportements, ces cris dont on fait retentir l'air à la moindre contrariété. 

Prenons la résolution d'user en toute rencontre de cette mansuétude qui convient à un chrétien et de nous graver dans le coeur cette précieuse leçon que Jésus nous donne : " Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur. " 

 

VIII ème station 

Jésus console les filles de Jérusalem. 

" Pleurez sur vous-mêmes, dit-il aux femmes de Jérusalem, et sur vos enfants. " Voilà les larmes dont Jésus a soif; il désire que vous pleuriez amèrement vos péchés.  Que de larmes ne répand-on pas pour la perte d'un petit intérêt temporel? et quand il s'agit de la perte des biens éternels, nous avons le coeur de pierre. 

 Ah! demandons à Jésus avec toute la ferveur possible cette salutaire pénitence pour laver nos âmes de toutes les tâches du péché. 

 

 

IX ème station

Jésus tombe pour la troisième fois 

Voyez à quelle extrémité il est réduit, comme tout son corps est brisé, exténué, sans forces, ce qui est cause qu'il tombe pour la troisième fois sur le flanc de la montagne. Contemplez-le, la face dans la poussière, ranimant un reste de vie qu'il conserve par miracle pour vous demander d'une voix lamentable aide et secours. Et quel secours pouvons-nous vous donner , aimable Jésus? 

  Savez-vous lequel? Un secours de soupirs et de larmes. Oh! puissent nos coeurs une bonne fois se briser de douleur! Tous tant que nous sommes, protestons en vrais pénitents que dorénavant notre nourriture ordinaire sera de pleurer la Passion de Jésus-Christ. 

 

X ème station 

Jésus est dépouillé de ses vêtements. 

Si jusqu'ici quelqu'un d'entre vous fut sourd à la voix de Jésus qui, dans tant de stations, a tâché de vous parler au coeur, ah! écoutez avec quelle tendresse il vous invite en cet endroit, cet aimable Sauveur à contempler ses plaies. Me voici, mon fils, dit-il, vois comment par amour pour toi je me suis laissé arracher jusqu'à la peau du dos. Ne vois-tu pas que je ne suis plus qu'une plaie de la tête aux pieds, en proie à un spasme douloureux, sans autre rafraîchissement que de la myrrhe, du fiel et du vinaigre? 

Sache donc que ce que je souhaite le plus, que la seule chose que j'attende, c'est un peu de retour de ta part. Oh! combien tu m'obligerais par une larme, un soupir, une émotion tendre du coeur ! Ah! mon Dieu , mon Dieu ! puissions-nous fondre en larmes de compassion! 

 

 

XI ème station

Jésus est crucifié 

Vous aimez votre chair pour un instant, car le plaisir passe en un instant, et vous la condamnez à des supplices éternels qui ne finiront jamais, jamais, jamais. Esprit-Saint, je vous en conjure, ouvrez les yeux à tel ou telle afin qu'à la vue de Jésus crucifié ils reconnaissent leur folie, et se déterminent à embrasser la pratique de la pénitence.  

 

XII ème station

Jésus est élevé en croix.

Voilà enfin, exposé à la face du monde entier, un Dieu crucifié après avoir traîné sous une croix . Ah! prosternés à genoux, prenons tous copie d'un si beau modèle exposé à nos regards...! 

Quelle est la plus grande peine qui afflige cet aimable Sauveur, suspendu en l'air sur trois clous, et tout ruisselant de sang? quelle-est-elle? Ecoutez- le de sa bouche divine : Sitio , " j'ai soif " . Jésus ne se plaint d'aucun autre mal que de sa soif. Mais quelle est cette soif qui le tourmente tellement ? quelle est-elle? le savez-vous? Ah! c'est la soif de vos larmes, de votre amour; c'est le grand , mais très grand désir qu'a Jésus de vos soupirs. Sitio , " j'ai soif " . Et vous , ingrat, laisserez-vous Jésus mourir de soif, plutôt que de le rafraichir par une tendre compassion? 

 

 

XIII ème station

Jésus entre les bras de sa mère.

 

Ah ! Mère infortunée, quel glaive de douleur vous perce le coeur, en contemplant sur votre sein ces membres déchirés, ensanglantés, du plus aimé des fils ! Oui, sa douleur fut grande dit le séraphique saint Bonaventure; Marie sentit tellement son coeur percé par les épines et les clous, déchiré par les coups, qu'elle fut comme transformée en épines, en clous et en plaies : 

O très sainte Mère, Mère de grâce, ne nous refusez pas une grâce si précieuse; faites que plongés continuellement dans vos peines, nous pleurions sans cesse nos péchés qui en furent la cause. 

XIV ème station

Jésus est mis dans le sépulcre. 

Formez dans votre coeur un sépulcre au Sauveur, et ne quittez pas ce lieu sans emporter avec vous les augustes reliques de votre Dieu. Oh! alors , certes, Marie sera contente , et Jésus le sera pareillement. Mais comment oseriez-vous déposer le corps très pur de Jésus dans un coeur si corrompu? Ah! lavez-le avec les larmes de la pénitence, en répétant avec le saint roi David :" Seigneur , créez en moi un coeur pur." Cor mundum crea in me, Deus. Dieu vous soit en aide. 

rp. Salvator d'Ormea 

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Yves 26/02/2020 16:30

Merci Philippe, très beau ! bon carême .