Les moines de Solesmes sortent les reliques de trois saints face au coronavirus

Publié le 31 Mars 2020

 

A Solesmes, on peut se confesser ! 

Lieu à l’écart du monde de par son fonctionnement, l’abbaye bénédictine de Solesmes (Sarthe) vit cette période de confinement sans changer ses habitudes. Fait rarissime toutefois, trois reliques ont été sorties de leur repos pour être invoquées face au coronavirus.

À la question sur l’impact du confinement décidé par l’État, le Père Geoffroy Kemlin, prieur de l’abbaye Saint-Pierre n’a pas besoin d’hésiter longtemps

Derrière les hauts murs érigés pour se couper du monde, les dizaines de moines n’ont pas vraiment eu à apporter de profonds changements à leur quotidien depuis la mise en place de mesures visant à éviter la propagation du virus Covid-19. Inutile de leur parler d’attestation de déplacement même si selon le Prieur « nous nous devons d’obéir aux autorités civiles et ecclésiastiques en ne sortant pas. »

«Si un d’entre nous tombe malade, on va tous y passer »

Alors que l’objectif des mesures gouvernementales vise à limiter les contacts de proximité entre individus, la vie communautaire pourrait être vécue comme risquée. Au contraire, les religieux acceptent la situation avec philosophie :  « On est parti du principe que si un d’entre nous tombe malade, on va tous y passer. »

 

Cette situation nous permet de vivre très sérieusement notre vie monastique. On vit ça comme un temps de retraite, de silence et de recueillement. Une grâce. Ça tombe en plein dans le temps du Carême. Nous sommes des privilégiés. »

La communauté des moines s’informe sur la vie au-delà de ses murs. La petite porte d’entrée place Dom-Guéranger est ouverte « sauf pendant les offices » pour laisser les gens entrer dans l’église abbatiale. « Les églises peuvent rester ouvertes. Les gens ont le droit de sortir pour se promener près de chez eux. Notre église peut devenir un but de sortie, » assure le Père Kemlin avant d’ajouter qu’il est toujours possible de demander la confession.

Le magasin et l’hôtellerie fermés

Par contre le magasin, très fréquenté par les touristes, et l’hôtellerie, qui fait généralement le plein, sont fermés : « Les deux derniers à partir sont des Anglais. Le lundi midi. »

Seuls les mesures d’hygiène pour la communion et le contenu des prières constituent les vrais changements dans les activités quotidiennes : « on prie beaucoup pour les gens de l’extérieur. On pense à ceux dont l’activité professionnelle est vitale. On est sensible à ce qu’ils vivent. On pense aux malades et aux soignants. On voudrait assurer vos lecteurs du soutien de nos prières. »

Des Saints « particulièrement efficaces contre les épidémies en leur temps »
Fait rarissime, trois reliques ont été sorties de leur repos pour être invoquées : Saint-Grégoire le Grand, Saint-Louis de Gonzague et Saint Charles Borromé.

Tous trois ont pour point commun d’avoir été « particulièrement efficaces contre les épidémies en leur temps, » précise le bénédictin.

D’ailleurs, la communauté envisage, si besoin, d’avoir recours à des processions dans les jardins de l’abbaye, pour demander la fin de l’épidémie. Tout en respectant les distances de sécurité et les gestes barrières.

 

Rédigé par Philippe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article