meditation sur le coronavirus.

Publié le 13 Mars 2020

 

Cette année, le Carême a trouvé un allié inattendu qui le rend plus réel qu'en d'autres occasions. Nous avons commencé par dire : "Souvenez-vous que vous êtes poussière et que vous retournerez à la poussière". Pour la plupart d'entre eux, il s'agit de simples paroles auxquelles ils n'ont pas prêté une seule minute d'attention. A commencer par moi, car je n'ai jamais approfondi la phrase qu'à la limite d'une métaphysique fugace. Ce n'était pas réel. Lors de mon 84e Carême, ce n'était pas le cas. 

 

Cette année, cependant, c'est un peu plus réel. Cet après-midi, je suis allé à la poste pour envoyer des colis et la fille au guichet m'a dit sans me connaître : "Que fais-tu ici ? Ne te rends-tu pas compte que tu fais partie d'un groupe à risque où le virus est élevé ? Vous enverrez ces paquets ou d'autres comme eux plus tard. ....

Soudain, je me suis senti hors du monde : il est clair pour moi que je suis un patient à risque et que je peux m'infecter ou transmettre à d'autres le virus que je n'ai pas, du moins je le crois.  Cette fille m'a exclu de la société.

J'ai été professeur d'histoire de la philosophie toute ma vie. Je me suis consacré à l'enseignement des soi-disant maîtres de la suspicion, dont Nietzsche.

C'est le créateur du surhomme. "Dieu est mort", est sa phrase la plus virale et la plus médiatique. "L'homme, désormais, continue de prophétiser Nietzsche, par la raison, la science et le progrès tient entre ses mains la clé de l'avenir. Qu'avons-nous vu lorsque le rideau s'est levé ? Rien, Dieu n'existe pas, Dieu est mort. Tout cela n'était qu'un mensonge. Au milieu des ruines, le dernier corbeau a crié : "Vive le surhomme ! 

 

Un siècle et demi plus tard, je me fais virer de la poste parce que tous les surhommes ont peur d'un petit insecte qui n'est pas un être en soi mais seulement un parasite. Bien sûr, il y en a une très mauvaise. Les coronavirus ne sont même pas des cellules, ce sont des agents infectieux qui ont besoin d'un organisme vivant pour se multiplier. Mais ils sont capables d'infecter tous les organismes vivants : animaux, plantes, champignons, bactéries, protozoaires, on a même découvert qu'ils parasitaient d'autres virus ! 

Maintenant je comprends pourquoi je suis viré de la poste. Le coronavirus me poursuit comme un fou pour me parasiter. 

Je n'ai pas peur, même si je sens une certaine inquiétude et une certaine prévention. Ce matin, j'ai fait le test : je me suis agenouillé du mieux que j'ai pu et j'ai prié de l'intérieur : "Seigneur, je suis poussière et je retournerai à la poussière. 

Le savez-vous ? Cela semblait plus réel que d'autres fois. 

Où vais-je m'enfuir ? Où vais-je me cacher ? Dans ce monde, je ne peux plus trouver d'abri. J'ai été jeté de la poste et un jour ils vont me mettre un cordon sanitaire. "Seigneur, merci pour ce Carême original. Il n'y a qu'en vous que j'ai mon espoir. Merci pour la résurrection de votre fils Jésus-Christ.

Chus Villarroel OP

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article