Samedi 17 mai 2014 6 17 /05 /Mai /2014 16:13
- Par philippe

http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360/public/2014/05/15/le-coeur-de-dom-gueranger-enterre-labbaye-des-moniales.jpg

 

Le cœur du restaurateur de la vie monastique bénédictine en France est enterré à l'église de l'abbaye Sainte-Cécile de Solesmes. Son corps repose à l'abbaye Saint-Pierre.

 

C'est un point d'histoire locale méconnu : le coeur de Dom Guéranger, célèbre restaurateur de la vie monastique bénédictine en France, est enterré à l'abbaye des moniales de Solesmes alors que son corps repose lui à l'abbaye des moines de Saint-Pierre.

 

Dans l'église de l'abbaye des sœurs, une plaque scellée au pied de l'autel indique l'endroit. C'est Dom Guéranger lui-même qui en avait décidé ainsi.

 

 

link ouest-France.

 

 

Publié dans : divers
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 17 mai 2014 6 17 /05 /Mai /2014 09:58
- Par philippe

 

Publié dans : videos
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 mai 2014 5 16 /05 /Mai /2014 19:27
- Par philippe

les hommen à Nantes  ..

 

10314497_636696403088241_5227655148206696479_n.jpg

 

10341988_636696406421574_960010264860238096_n.jpg

Publié dans : divers
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 mai 2014 5 16 /05 /Mai /2014 17:35
- Par philippe

http://www.passiochristi.org/upload/media/images/FebinCover.jpg

 

Ordination sacerdotale en Inde (THOM) p. Febin Barose, CP 10 mai 2014 conféré par l'évêque Joseph Karikkassery du diocèse de Kottappuram. dans un climat de persécutions  oremus . deo gratias.

 

link

 

Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 mai 2014 5 16 /05 /Mai /2014 16:35
- Par philippe

http://img.over-blog-kiwi.com/1/04/29/80/20140516/ob_a5bf9f_papa-francisco-y-obispo-juan-antonio-r.jpg

Publié dans : divers
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 mai 2014 5 16 /05 /Mai /2014 08:29
- Par philippe

 

http://www.tldm.org/News23/Latin-Mass.jpg

 

http://www.allmercifulsavior.com/icons/a-Scs-Cyprianus-de-Carthago.JPG

 

 

L'Eglise nous entretient aujourd'hui de la patience .

 

Elle nous recommande, cette semaine, la pratique de cette vertu, d'une manière toute spéciale, et elle nous fait lire un beau passage du livre de Saint Cyprien sur la patience.

 

Le saint nous propose, d'abord, l'exemple de Dieu et du Christ:" Cette vertu est commune avec Dieu. C'est en lui que cette vertu a son principe, c'est de lui qu'elle tire sa gloire et sa dignité. Dans son origine et dans sa grandeur, la patience a Dieu comme auteur. Un bien que Dieu aime est recommandé par sa divine majesté. Si Dieu est notre Seigneur et notre Père, attachons-nous à la patience de celui qui est à la fois notre Seigneur et notre Père. Il faut, en effet, que les serviteurs obéissent et que les enfants ne soient pas dégénérés."

 

Saint Cyrpien parcourt toute la vie du Seigneur et nous montre partout sa patience, surtout dans sa Passion. La Sainte Ecriture de l'ancien comme du Nouveau Testment est également remplie d'exemples de patience. Enfin Saint Cyprien étudie la patience par rapport à la vie chrétienne.

 

Elle donne la persévérance, elle préserve des vices, elle fait naître l'amour, elle triomphe de la haine et de la discorde, elle fait surmonter les contrariétés de la vie.

 

"L'efficacité de la patience est très étendue. Dans toutes nos actions, rien ne peut s'achever sans recevoir sa force  de la patience. C'est la patience qui nous recommande et nous garde à Dieu. C'est elle qui tempère la colère, qui réfrène la langue, qui gouverne l'esprit, qui conserve la paix, qui dirige la bonne éducation, qui brise l'impétuosité des passions, qui réprime la violence de l'orgueil, qui éteint l'incendie des haines, qui maintient dans ses limites la puissance des riches, qui adoucit la détresse des pauvres, qui protège la bienheureuse intégrité des vierges, la laborieuses chasteté des veuves et l'amour indestructible des gens marités; elle rend humble dans la prospérité, fort dans l'adversité, doux en face des injustices et des injures. Elle apprend à pardonner vite à ceux qui commettent une faute; s'il l'on commet soi-même une faute, elle enseigne à demander, longtemps et avec insistance, le pardon.

 

Elle combat les tentations, elle supporte les persécutions, elle conduit à leur perfection les souffrances et le martyre.

 

C'est elle qui affermit les fondements de notre foi, c'est elle qui favorise le développement de notre espérance. Elle dirige toutes nos actions, elle nous rend capables de suivre la voie du Christ en nous faisant marcher dans sa patience."

 

 


Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 mai 2014 4 15 /05 /Mai /2014 19:41
- Par philippe

http://www.studyworkimmigrate.com/uploads/chavagnes.jpg

 

http://www.bpnews.net/ImageServerDB.asp?id=37587&width=530&quality=70&useHiRes=0

 

y a des gens super à Chavagnes !

 

Chavagnes en Paillers

Ce jeudi 15 mai 2014

 

Lettre ouverte à M. Le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre de la Défense, Monsieur le Chef d’Etat major des armées. Aux Etats membres de l’UE et au monde.

 

Monsieur le Président,

 

C’est un honneur que de vous adresser ces quelques mots. Un honneur et une responsabilité. J’ai à cœur de vous écrire pour souligner la situation dramatique du Nigeria. Le Figaro daté samedi 3 mai 2014, en page 5, je cite : « Au Nigeria, le mystérieux rapt de 200 jeunes filles par Boko Haram ». Aussi la France même en temps de présidence normale à un devoir et une responsabilité en Afrique. Je ne me ferai pas donneur de leçon en Histoire, je ne suis pas qualifié pour ça. Néanmoins, en tant que citoyen du monde et plus particulièrement, en tant qu’homme et père de famille, vous comprendrez que je ne peux tolérer et qu’aucune famille ne peut tolérer une telle situation. Naturellement, conformément aux règles des Nations-Unies : non ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat, me direz vous. Mais le Nigeria et le sort de ces 200 jeunes filles est crucial. La France, aujourd’hui une puissance moyenne, peut agir rapidement sur ce terrain sans créer de crise diplomatique. Nous en avons les moyens, militaires et humains. En effet, c’est de la responsabilité de la France de protéger la vie lorsque celle-ci est menacée par un quelconque fanatisme. Aux armes, citoyens ! Que la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 ne soit pas un vain mot. Aux armes ! Marchons … Que ce théâtre d’opération délicat soit l’occasion pour la France unie avec l’UE de réinvestir sa mission de lumière des nations, lumière pour le monde.

Vive la France ! Vive l’Europe ! Agissons vite et bien … dans un plan d’action réfléchi à l’aune de la civilisation ou hommes, femmes et enfants demeurent libres et égaux en droits.

En régime démocratique, à l’ère des satellites et de la transparence, nous autres citoyens du monde sommes en droit de savoir et le devoir d’agir pour ces deux cents jeunes filles.

 

Monsieur le Président, daignez accepter mes salutations respectueuses.

A vous,

Martin GARDEY DE SOOS

Publié dans : divers
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 mai 2014 4 15 /05 /Mai /2014 17:20
- Par philippe

  en pensant à quelqu'un! quoi de mieux que la messe de la ste Trinité !

 

 

........................................................................................................

Publié dans : videos
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 15 mai 2014 4 15 /05 /Mai /2014 10:40
- Par philippe

  félicitations

 

http://diocese64.org/images/actualites/th/Paul_Marie_Boutin_Diocese_64_ordination_diaconale_2014.JPG

 

Paul-Marie Boutin, séminariste du diocèse, en formation à Rome au séminaire Sedes Sapientiae, a été ordonné diacre en vue du Sacerdoce par Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, le 4 mai 2014 à la cathédrale de Bayonne au cours d'une très belle messe, magnifiquement animée par le choeur d'hommes basque Pottorak,


 à laquelle plusieurs centaines de fidèles (parmi lesquels de nombreux parents et amis de Paul-Marie) ont participé.

 

Le nouveau diacre s'est vu confier la mission de poursuivre ses études en entamant à Rome une licence canonique de théologie en Ecriture sainte.

 

 

link diocèse de Bayonne

 

 

Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 mai 2014 3 14 /05 /Mai /2014 13:33
- Par philippe

http://www.juntadeandalucia.es/averroes/varaderey/periodico_invierno/noticias2_archivos/notici12.jpg

 

C'est pourquoi, quand je veux me représenter sous une forme sensible la toute première origine de la religion chrétienne, je me figure d'abord la consternation de nos premiers parents au moment qui suivit leur péché.

 

Mon Dieu! que le présent était fâcheux, et que l'avenir était sombre! Devant eux à l'horizon, il n'y avait que des nuages menaçants, et dans ce noir lointain aucune éclaircie ne se faisait.

 

Mais voici que soudain la parole de Dieu y fait briller l'arc-en-ciel, cet arc d'heureux présage dont l'Ecriture dit : Considérez l'ar-en-ciel, et bénissez celui qui l'a fait; il embrasse l'immensité du firmament dans son cercle glorieux. Il est le signe d'alliance restaurée entre les hommes et Dieu; dès qu'il a paru, on peut espérer et prévoir le retour de la sérénité!

 

Oui, Dieu montrait à nos premiers parents dans le lointain de l'avenir, quelque chose qui était de nature à relever en eux l'espérance. Mais encore, quel était l'objet précis de cette espérance? Dieu ne leur laissait pas ignorer,  et dans le disque de l'arc-e-ciel mystique, il faisait paraître à leurs yeux encore mouillés de larmes, la douce, l'aimable, la ravissante image qu'on vénère dans toutes les églises du monde, l'image qui est partout, ou sur le haut ou à côté du tabernacle: l'image de la Vierge tenant son fils entre ses bras, mulierem et semen ejus. Et au-dessus on voyait le ciel de nouveau ouvert; au-dessous la bête ou le serpent écrasé, car: je mettrai des inimitiés entre toi et la femme, entre ta postérité et le fruit de ses entrailles; par son fruit, elle t'écrasera la tête.

 

La voilà donc, cette vision, cette consolation, cette promesse, point de départ de toute notre religion. Mais remarquons qu'elle n'en contenait encore que les points fondamentaux.

 

C'était bien le chistianisme, mais le christianisme dans ce qu'il avait de plus rudimentaire et de plus réduit, si je pouvais ainsi parler. Et toutefois, dans ce rudiment même, dans cette quintessence du christianisme encore à sa plus simple expression, il fallait que la sainte Marie eût sa place marquée, et la place que nous venons de voir. Comme si le christianisme n'eût pas été le christiannisme, c'est-à-dire la religion qui répare avec usure le mal causé par le péché en nous reliant à Dieu par les liens de la miséricorde, sans la Mère très aimable que nous saluons des noms si doux, de Mater divinae gratiae, de refugium peccatorum, de causa mostrae laetitiae, et à qui nous disons: vita dulcedo et spes nostra, salve !

 

Non, Jésus-Christ n'aurait pas été à nos yeux le médiateur éminemment gracieux que nous connaissons, que nous adorons, et que nous aimons, s'il n'avait eu une mère, et s'il ne l'avait intimement associée à son oeuvre de réparation, en en faisant cette Mère de grâce......

 

Cardinal Louis Billot S.J.

 


Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 mai 2014 3 14 /05 /Mai /2014 12:20
- Par philippe

   http://3.bp.blogspot.com/-ijD1mKVdh3Q/Tmxral29WyI/AAAAAAAAEP0/vXEhNC9qqwM/s400/Inmaculada+de+Ti%25C3%25A9polo+detalle.jpg

 

 

Ne perdons donc pas de vue les trois progrès de l'oeuvre diabolique, et voyons en regard trois degrés correspondants dans l'oeuvre de rédemption dont Dieu traçait les grandes lignes.

 

   Voici d'abord la femme pécheresse avec qui lui le serpent avait lié d'amitié, et par la séduction de laquelle il avait commencé son triomphe. Et Dieu lui oppose une nouvelle femme, dont il fera lui-même l'ennemie mortelle du serpent, inimicitias ponam inter te et mulierem, pour qu'elle devienne le principe, l'origine, et le premier point de départ de sa déconfiture.

 

   Voici en second lieu, le chef de notre race, asservi à Satan par l'entremise de la femme séduite,, et en qui l'humanité entière venait d'encourir l'esclavage du péché. Et Dieu lui oppose le libérateur donné au monde par l'entremise de la nouvelle femme, de celle qui ne connaîtra point d'homme. (Luc I, 34), bien appelé pour cette raison semen illius, et dans lequel tout le genre humain aura sa rançon.

 

   Voici enfin cette postérité spirituelle que Satan s'était créé sur terre: semen tuum: cette postérité, dis-je, que le dédain ou le refus du bienfait de la rédemption lui devait conserver ici-bas, mais comme sujet d'une déroute plus complète et plus humiliante encore.

 

   Et Dieu lui oppose cette grande Eglise, corps mystique et plénitude de Jésus-Christ selon la parole de l'apôtre (Eph. I,23), comprise donc, elle aussi, dans la semence ou postérité de la femme bénie entre toutes les femmes; et déjà les échos du paradis terrestre résonnaient du fameux non praevalebunt, se traduisant par la finale de la sentence portée contre Satan: ipsa conteret caput tuum, elle t'écrasera la tête.

 

   C'est ainsi que l'ordre de la réparation devait suivre parallèlement l'ordre de la ruine. C'est ainsi que Dieu répondait à la séduction de la première femme, par le décret visant la sainte Vierge Marie; au funeste entraînement du premier homme, par l'annonce de Jésus rédempteur; à l'asservissement du monde, par la fondation d'un royaume des cieux sur terre, et à l'étourdissant succès de Satan, par l'assurance d'une inévitable défaite.

 

   Que si nous venons de voir une nouvelle Eve, la contradiction de la première, et un nouvel Adam, l'opposé de l'ancien, il y aura encore le nouvel ange, l'ange Gabriel, qui interviendra pour le salut de la même manière, exactement, que l'ange Lucifer était intervenu pour notre perte.

 

   Il y aura encore le nouvel arbre de la croix, en opposition à l'arbre de la science du bien et du mal, ut qui in ligno vincebat, chante l'Eglise, in ligno quoque vinceretur: il y aura même le nouveau fruit cueilli sur le nouvel arbre, nous voulons dire la sainte eucharistie destinée à réparer tout le mal que le fruit cueilli à l'arbre fatal nous avait causé d'abord.

 

   En un mot, il n'était pas possible de mieux retourner contre un ennemi orgueilleux, enflé de son succès, la ruse dont il avait usé, et tout le plan qui lui avait réussi au delà de toute espérance.

 

   Mais, sans nous attarder ici en de plus longues explications, notons plus spécialement, en quel jour éclatant était mise dans l'antique oracle qu'on a pu décorer du nom de protévangile, la femme, contre partie de la prière Eve; comment elle vient en tête, occupe le premier rang, et est le sujet auquel se réfère et se rapporte tout le reste; comment le Rédempteur et les siens n'y sont annoncés que sous la domination de postérité de cette femme bénie entre toutes les femmes, semen illius; comment enfin selon la version de la Vulgate, qui ne s'éloigne tant soit peu de la matérialité du texte original, que pour en faire ressortir davantage le véritable sens, Dieu va dire que c'est elle, qui portera le coup décisif à la puissance du serpent, encore que, bien entendu, elle ne le pût faire qu'en raison de Celui que par son virginal enfantement elle devait mettre au monde.

 

Mais la tournure marquait mieux le profond jugement qui renvoyait le serpent à ses propres machinations; comme si Dieu lui avait dit alors:

 

Tu as tenté la faiblesse de la femme, eh! bien, tu sentiras la pesanteur de son bras;

Tu as essayé de son amitié, tu expérimenteras son inimitié;

par elle tu as assuré ton triomphe, par elle tu seras débouté de tes fins;

autant une première fois elle te fut favorable, autant elle te deviendra fatale : une femme Satan, une femme t'écrasera la tête, ipsa conteret caput tuum.

 


 

 

Louis Billot S.J.

Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 mai 2014 3 14 /05 /Mai /2014 11:31
- Par philippe

 

http://3.bp.blogspot.com/-ijD1mKVdh3Q/Tmxral29WyI/AAAAAAAAEP0/vXEhNC9qqwM/s400/Inmaculada+de+Ti%25C3%25A9polo+detalle.jpg

 

 

Eh! bien, considérons maintenant cette fameuse promesse qui donna à la religion chrétienne sa toute première origine, et, selon que nous le disions plus haut, le statut fondamental.

 

 

   Nous sommes encore au paradis terrestre, où venait de se consommer la grande prévarication, suivie presque aussitôt de l'apparition de Dieu et de l'interrogatoire des coupables. Adam avait rejeté la faute sur la femme sa compagne, qui l'avait entraîné; la femme à son tour, sur le serpent qui l'avait trompée, et Dieu avait dit au serpent: Parce que tu as fait cela, je mettrai des inimitiés entre toi et la femme, entre ta postérité et le fruit de ses entrailles; (par son fruit) elle t'écrasera la tête.

 

   Telle fut la sentence portée contre le premier auteur de notre ruine, et cette sentence, en même temps qu'elle témoignait des miséricordieuses intentions de Dieu à notre endroit, révélait déjà l'idée mère, la ligne directrice, le mode et tout le plan de la future rédemption. J'ai dit, de la future rédemption, car de toute évidence, l'écrasement de la tête du serpent ne pouvait signifier que le renversement de la puissance de l'enfer, et la destruction du règne du péché, en quoi précisément, toute l'oeuvre de notre rédemption consiste.

 

   C'est donc indubitablement un Sauveur que Dieu venait de nous promettre, et sur ce point aucune contestation ne fut jamais possible. Reste seulement à savoir quelle est la femme dont il est dit le fruit, et à l'ombre de laquelle il est, pour la première fois, montré à l'humanité déchue, comme consolation de son malheur, et objet de son espérance .

 

   Et pour éclairer ce point, capital en notre sujet, commençons par observer ce qui éclate avec tant d'évidence dans le récit de l'Ecriture, ce que la sentence divine mise en regard de l'interrogatoire et de la confession des coupables, fait en quelque sorte sauter aux yeux, même des plus aveugles; ce qui a toujours si vivement frappé les saints Pères et les commentateurs, à commencer par un saint Justin, un saint Irénée, un Tertulien et tant d'autres dont la lise ne se pourrait dresser sans aller à l'infini, savoir:

 

   Que Dieu entendait rétorquer contre le serpent toute la malice de son forfait, et faire montre de l'intention arrêtée où il était, non seulement d'arracher l'homme si misérablement perdu au domaine de Satan, mais encore de calquer exactement le plan de la rédemption annoncée, sur celui qu'avait suivi, pour nous amener à ruine, le tentateur infernal.

 

   C'est que c'était trop peu pour Dieu, d'enlever à Satan une proie tant convoitée par lui, et qu'il pensait tenir toujours; il fallait infliger à son orgueil une peine bien plus amère encore, en prenant comme base d'opération, à l'effet de relever l'homme, le plan et l'artifice de Satan lui-même.

 

   Car Satan avait usé de ruse, il s'était gardé d'aller droit au but. N'espérant pas tromper Adam, qui pourtant étant son principal, pour ne pas dire son unique objectif, puisque de l'infidélité du seul Adam dépendait notre perte, il avait calculé qu'auprès de la femme, et par le moyen de la femme, il y aurait chance d'un plus facile succès et d'une meilleure réussite.

 

   D'où, la ténébreuse machination dont l'histoire de la tentation nous déroule le drame. Lier d'abord partie avec la femme, la séduire par une amitié feinte, lui persuader que dans ce beau fruit pendant à l'arbre du paradis, était cachée quelque vertu mystérieuse qui la mettrait en communication avec les esprits supérieurs, maîtres d'une science transcendante du bien et du mal; puis, une fois la femme entrée dans le complot, s'en servir comme d'entremetteuse auprès d'Adam, en vue de l'amener à faire lui aussi, par complaisance du moins pour sa compagne, ce qu'elle n'aurait pas craint de faire, elle la première; obtenir enfin par le consentement d'Adam, le précipiter dans le péché, et avec lui sa postérité entière: telles avaient été les habiletés, les finesses de Lucifer, que Dieu maintenant, par un admirable jugement, retournait de point en point contre leur auteur.

 

   Tout ce que le serpent avait imaginé, tout ce qu'il avait ourdi et mis à exécution, cela même, et dans le même ordre, était contradictoirement repris par la sagesse et la bonté divine, comme si pour dénouer un noeud artistement formé, on se mettait à faire subir au lacet, mais en sens inverse, toutes les inflexions auxquelles la première fois il avait été soumis.

Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 mai 2014 3 14 /05 /Mai /2014 10:10
- Par philippe

http://sthughofcluny.org/wp-content/uploads/2014/05/1.jpg

 

 

 

La religion en général, comme le nom même l'indique, c'est ce qui nous relie à Dieu notre premier principe et notre fin dernière; c'est donc l'ensemble des croyances et des pratiques par lesquelles nous communiquons avec lui. Et comme, dans l'ordre de providence qui nous régit, Dieu a voulu avoir avec nous des relations infiniment plus intimes que ne le comportait notre condition naturelle, la religion y a pour base, les révélations et promesses positives par lesquelles il a, tout le premier daigné communiquer avec nous.

 

 

Mais encore, faut-il distinguer deux états différents où l'homme s'est trouvé vis-à-vis de Dieu, l'état d'innoncence et l'état de péché.

 

Car, si la religion exprime le rapport établi entre l'homme et Dieu, elle a dû nécessairement varier selon que variait ce rapport lui-même.

 

Dans l'état d'innocence, c'est-à-dire au tout premier jour du monde, la religion ne s'appuyait pas encore sur la médiation de Jésus-Christ, aucun médiateur n'étant nécessaire tant que la paix n'avait pas été troublée. Dieu alors nous avait assigné pour fin la vie éternelle qui consiste dans la vision intuitive de sa gloire; il avait joint à une destination si haute, la révélation de tous les devoirs qui en résultent, la promesse de tous les secours qui sont nécessaires pour l'atteindre, la faveur enfin des conditions les plus heureuses pour traverser l'épreuve de la vie présente.

 

Et l'homme devait tendre à sa fin par la foi, l'espérance et la charité: foi, espérance et charité, qui n'avaient alors pour objet principal que Dieu considéré comme auteur de l'ordre surnaturel, à savoir, comme appelant l'homme à la participation de sa propre béatitude, et lui réservant , ainsi qu'un père à son fils, la jouissance de tous ses biens.

 

Telle était en deux mots la religion du paradis terrestre, et l'on voit aussitôt sans plus d'explications, que ce n'était pas encore la religion chrétienne: vu que la religion chrétienne est celle où Jésus-Christ, fils de Dieu et fils de l'homme tout ensemble, se présente comme rédempteur, comme réconciliateur, comme médiateur nécessaire entre le ciel et la terre; où ses mérites par conséquent, son sacrifice expiatoire, sa passion et sa mort deviennent l'unique source de toutes les grâces et bénédictions divines.

 

Ce n'est donc qu'après la chute originelle, que la religion chrétienne a commencé; mais ce fût aussi, hâtons-nous de le dire, immédiiatement après. Car, dès que le péché eut détruit le rapport d'amitié qui unissait l'homme à Dieu, Dieu qui avait résolu de renouer les relations premières, ne le voulut faire que par Jésus-Christ.

 

C'est pourquoi il promettait à nos premiers parents un Sauveur, son propre fils fait homme, dont le sang serait notre rançon, notre rachat, et le prix de la restauration promise. Et, comme à partir de ce moment, il n'y eut plus dans l'ordre du salut, de communication possible entre l'homme et Dieu, que par les mérites, ou prévus ou déjà existants, du Christ médiateur: à partir de ce moment aussi, la religion chrétienne était fondée. Elle fut la religion des patriarches, des prophètes, et des justes de l'ancienne loi, comme elle est encore la nôtre, et rien de fondamental n'y a jamais été changé.

 

Seulement, les anciens justes avaient pour objet de leur foi, l'avènement futur de Jésus-Christ, et nous son avènement déjà accompli. Ce qu'il y a de changé, ce sont donc les temps, ce n'est pas la foi; ce qui est diversifié, c'est uniquement la position occupée par rapport à Jésus-Christ, qui n'est plus pour nous dans l'avenir, mais dans le passé et dans le présent.

 

Et de cette seule différence naissent toutes les autres, car il fallait bien que les sacrifices, les sacrements et autres rites religieux annonçant la venue future du Rédempteur, fussent autres que ceux qui attestent qu'il est déjà venu, et a effectivement payé la dette du péché: ainsi les mots exprimant une chose comme devant arriver, ne sonnent-ils pas de la même manière que ceux qui l'expriment comme arrivée déjà.

 

Conjuguons donc un verbe au futur d'abord, au passé ensuite, et estimons la différence; ce serra, au dire de saint Augustin, toute la différence qui court des sacrements de l'ancienne loi à ceux de la nouvelle.

 

Les sacrements anciens signifiaient que le Rédempteur viendrait, qu'il souffrirait mort et passion pour le salut du monde, tandis que les nouveaux signifient qu'il est venu, qu'il a comblé l'attente, et rouvert les sources de la vie éternelle.

 

Cela pourtant ne fait pas deux religions différentes, de même que la diversité des deux formes du futur et du passé ne fait pas que le verbe conjugué sous l'une ou l'autre des deux ne soit pas toujours un seul et unique verbe..

 

Ainsi, dis-je, en est-il de la religion chrétienne.

 

Elle a eu différentes phases selon qu'on la considère antièrement ou postérieurement à Jésus-Christ, son centre et son objet principal; mais elle n'a pas substantiellement varié depuis la chute, parce que, ayant pour point de départ la promesse et l'attente, elle se déploie ensuite dans le don de ce qui avait été promis, et dans la possession de ce qui avait été attendu.

 

 

Louis Billot S.J.

 


Publié dans : spiritualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Le petit Placide

 

 

 

 

 

 

       

77367-copie-1.jpg

 

« Il est dur d’être seul,

plus dur encore de partager sa solitude

avec des indifférents ou des ingrats. »

 

 G . Bernanos. 

 

 

 

 

     

 

saint-benedict.jpg
+
noticias-vc-fr.jpg
-
la ste messe quotidienne fssp 
-
.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/59/Missale_romanum1962.JPG
   ; 
-

Basilique Notre-Dame

 

Tous les dimanches et fêtes chômées :

  10h00 Messe chantée

-

  Messes en semaine :


9h00 - 18 h 30
 




+
placide-1982.jpg
.
IN MEMORIAM
+

23 n
dom François Henry
5 Juin 2012
"Pour vous comme pour nous il n'y a de sûreté que dans l'adhésion à la Parole de Dieu qui nous révèle le Mystère du Dieu trine parfaitement heureux et pourtant bon Pasteur si soucieux de chacune de ses brebis. "
.
 

.

 
+
http://img.over-blog-kiwi.com/1/08/91/19/20140614/ob_648055_images-2.jpg
aRINTERANIA

 


 

 


http://a405.idata.over-blog.com/1/10/86/49/philippe/corbeaux-02.gif

 

-

  http://www.riposte-catholique.fr/medias/2012/09/Barroux-2.jpg

 

°
+

 

merececile6.jpg
+
http://catholique-bourges.cef.fr/images/croixstbenoit.gif


"Dieu suffit.
Il nous suffit à nous de le regarder,
de l'aimer,
et de le lui dire."


dom Delatte.

http://www.domgueranger.net/assets/DG3.jpg

 

"à l'écart près de l'Espérance"

st Jean Chrysostome


statue-de-la-vierge-grotte-de-lourdes.jpg
.
.
prière pour les prêtres


+
=
,
=
http://www.abbaye-saint-paul-wisques.com/anythingslider/images/car10.jpg
abbaye st Paul de Wisques. 

...
http://monastere-la-consolation.org/wordpress/wp-content/uploads/2008/08/titre-laconsolation31.jpg
10338229 10152353675748512 4349218163241999077 n
+
http://www.soschretiensdorient.fr/wp-content/uploads/2014/02/sos-chretiens-dorient-logo-site31.png

Divers




2ème R.E.B.
2ème Régiment Etranger Bénédictin

1 le glaive représente la puissance Divine
2 la flamme représente la foi en l'Eglise
3 la chaîne représente la couronne du Christ
4 la couleur noire est celle des oblats bénédictins
confectionné par mon ami Jean-Yves de la légion étrangère.



Abbaye de Clear Creek


 

 

 





Catégories

A voir

 

  Google-Translate-English to French Traduire français en Arabic Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Arabic Traduire français en Arabic Traduire français en Croatian Traduire français en Czech Traduire français en danish Traduire français en Dutch Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Korean BETA Traduire français en Norwegian Traduire français en Polish Traduire français en Portuguese Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA Traduire français en Spanish Traduire français en Swedish

Derniers Commentaires

Serviteurs des Pauvres

http://www.msptm.com/dati/gallery/1/02.jpg


 

 

 

A.S.P.T.M.
SERVITEURS des PAUVRES
du
TIERS-MONDE

Abbaye Notre-Dame
F. 36 220 FONTGOMBAULT.
serviteursfr@hotmail.com



banner3-copie-1.jpg

,
+
,
6877661178_bcbf850289.jpg
,

+
,
http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/hs466.snc4/50314_102326826506068_1919608_n.jpg
http://saintgabriel-international.com/images/ss/header.gif
http://saintgabriel-international.com/images/ss/logo.gif
http://2.bp.blogspot.com/-jfwlWFM-St4/Td_izVG7wRI/AAAAAAAAABM/iSmZE3jqID8/s1600/home_top.jpg
a Chaplain Abroad
fr Bede Rowe
-

http://media-cache-ec0.pinimg.com/736x/c1/9a/f9/c19af9124a80ca8ce7a4b3e650be55d5.jpg

 

http://1.bp.blogspot.com/--F3LjVOAdGk/U2eYZZp9LoI/AAAAAAAACVw/0wUoz7JhaqU/s1600/The+Consecration.jpg

Les saints du jour







http://fr.lourdes-france.org/sites/all/themes/lourdes/images/modele/logo.gif

  +

 

 

 


 
,

fancard-copie-1.jpg
...
 
http://4.bp.blogspot.com/_d8Mt9NBFSAA/R2IMOft2yII/AAAAAAAAAJY/nPn0r4BdewI/S710/CATHOLICVS17.jpg

http://img.over-blog-kiwi.com/940x320-ct/1/04/29/80/20140512/ob_2004e4_hermas-top3-bleu.jpg

 

 

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés