Publié le 17 Avril 2009



"Repartir avec le Christ. "
Nous nous sommes engagés à servir Dieu fidèlement
dans la sainte Eglise catholique.
Nous sommes morts au péché et vivants pour Dieu
dans le Christ Jésus notre Seigneur...



"Sanglés du ceinturon de la foi et de la pratique des bonnes actions, sous la conduite de l'Evangile, suivons donc ses chemins pour obtenir de voir dans son royaume celui qui nous a appelés."

règle de st Benoît




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 17 Avril 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 17 Avril 2009



....

"L'homme pouvait dire oui. Et s'il avait dit oui, il aurait accompli sa destinée d'être issu du cosmos, d'y avoir vécu, d'y avoir mis l'empreinte de sa dignité humaine et de la grâce qui était en lui; en sorte que cette planète où nous sommes, qui est plus précieuse que tous les milliards d''astres qui ne sont que de l'être physico-chimique, il l'aurait humanisée, et en même temps illuminée par la grâce qui faisait de lui un enfant de Dieu. L'univers alors, aurait pu passer de l'autre côté sans qu'il y eut de catastrophe.

" La condition des anges est réglée dès leur premier choix libre pour la lumière ou contre Dieu. S'ils ont dit non, ils se nourrissent de leur révolte, ils sont d'une certaine manière plus forts que Dieu puisqu'ils peuvent lui dire non, mais en se détruisant, en se saccageant eux-mêmes, en refusant l'amour, en ne comprenant même plus ce qu'est l'amour. Ils l'ont remplacé par la haine. Il est plus fort que Dieu, il peut se vanter de lui résister et se nourrir de cette victoire, qui est une victoire de désespoir, désastreuse pour lui.

Le premier amour finit dans un échec total. Pour les anges, il y avait eu le partage. Maintenant, pour cette solidarité humaine tout est perdu. Son premier amour a été refusé, va-t-il se détourner? Non.

C'est alors que va paraître dans l'histoire du salut, un second amour: l'amour blessé et qui pardonne. L'origine du premier amour ne nous concerne pas. Il a concerné les anges, il a concerné l'univers de création dans l'Eden, mais maintenant c'est fini; jamais plus ce premier amour ne reviendra. La première strophe de l'Eve de Péguy:

" O mère ensevelie hors du premier jardin
Tu ne reverras plus
Et la vasque et la source
Et la haute terrasse
Et le premier soleil sur le premier matin."


Fini, mais il y aura un autre, un second amour de Dieu: l'amour de celui qui a été blessé au coeur dans la fidélité et la confiance qu'il aura faite et puis qui pourra être méprisé. Mais Dieu ne méprise jamais. Et alors, il y aura la naissance d'un second amour, qui sera l'amour de celui qui est offensé et qui répondra par un surplus d'amour. Et ce sera à ce moment-là qu'apparaîtra dans le monde une grandeur dont on prononce le nom sans le comprendre: la miséricorde.
Parce que la miséricorde suppose une misère. Il y a quelque chose qui s'est passé et qui jamais ne s'effacera: Vous êtiez mon Ami, Vous m'avez comblé, je Vous ai offensé, gravement, j'ai tout brisé.
Cela ne peut pas ne pas avoir été. Alors tout est perdu? Oui, tout est perdu quant à ce premier amour, l'amour de création.

Mais maintenant commence à s'ouvrir un second amour pour l'humanité, l'amour de rédemption, et ce sera l'incarnation rédemptrice.


Cardinal JOURNET.



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Avril 2009



priez pour nous.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 16 Avril 2009




Chacun sera accueilli comme le Christ, puisque lui-même doit dire un jour : J'ai demandé l'hospitalité et vous m'avez reçu.








La prise de possession du lieu, le premier contact disent ainsi secrètement à celui qui se présente : Tu vaux infiniment mieux que ce qui hante trop communément ton cœur, tes soucis ne doivent pas te voiler la noblesse de ta vocation divine.








L'abbaye de TRIORS a été fondée en 1984 par l'abbaye Notre Dame de FONTGOMBAULT , et par cette filiation, elle fait partie de la Congrégation de Solesmes. Cette année voit la vingt cinquième année de la fondation.

C'est dire ainsi qu'elle participe à la vie bénédictine (Saint Benoît, +547 ) dans la version restaurée qu'en donna Dom Prosper GUÉRANGER au XIX°s après la Révolution.



Charles de Lionne décida de la construction du chateau de Triors durant le XVII° siècle.

Au XVIII° siècle, la famille de Lionne dut céder le domaine qui, par la suite, fut acquis par les Bourchenu, devenus par le mariage de la fille : Gratet du Bouchage.

Au lendemain de la première guerre mondiale, la branche habitant le château n'avait plus d'espoir de succession directe. L'idée germa doucement de maintenir le domaine agricole en vue d'y attirer la vie monastique. Solesmes fut sollicité en ce sens au lendemain de la seconde guerre mondiale, mais c'était alors l'époque de la fondation de FONTGOMBAULT . En 1984, c'est cette fondation de Solesmes qui, mûrie rapidement, réalisa le grand projet.

C'est Mademoiselle Josepha du BOUCHAGE qui fit entrer le projet dans sa phase décisive. Avec elle, entrait en scène une personnalité hors du commun : danoise venue au château à seize ans, au cours des années 1920, afin d'apprendre le danois à la jeune fille de la maison, elle en devînt la fille adoptive, dans son ombre, et eut à diriger la suite de l'histoire du château à la mort de l'héritière en 1976. Mademoiselle Josepha est décédée en Avril 2000, témoin des premiers beaux développements du monastère.


Naissance du monastère

La première pierre de l'église fut bénite avant les travaux, le 8 Décembre 1990. Elle porte en résumé la vocation de ce lieu. Domus aurea, Maison d'or : c'était, à Rome, le nom du palais impérial du Latran, qui passa ensuite comme une devise offerte à Notre Dame quand l'empereur le légua à l'Eglise. Elle est incorporée désormais aux Litanies mariales dites de Lorette et devînt la devise de la nouvelle abbaye en raison de l'anecdote suivante : Mlle du Bouchage décida définitivement de la fondation après avoir prié près d'un ex-voto du sanctuaire dauphinois de Notre Dame de l'Osier dont l'inscription l'intriguait : Domus mea tibi (Ma maison est à Toi). Locus irreprehensibilis, ce lieu désormais participe au caractère inviolable de l'Immaculée Conception . La liturgie emploie ce mot rare dans la consécration des églises, tirées dès lors de tout usage profane. Notre Dame échappe radicalement à toute emprise du mal et du Mauvais. L'âme des fidèles doit tendre à prendre part à ce glorieux privilège.





Merci  au Très Révérend  Père Abbé, au père hôtelier & à tous les moines.
link abbaye de Triors.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 16 Avril 2009

Surrexit Dominus vere, alleluia, alleluia. le petit Placide : 35 400 visites




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 15 Avril 2009


Mgr Julius Jia Zhiguo

" Il faudrait inscrire dans la structure de l'Eglise la nécessité du martyre.
le martyre n'est pas une chose accidentelle qui vient de temps en temps suivant les époques. Le martyre est inscrit dans la structure même de l'Eglise. Il y aura des martyrs dans l'Eglise tant qu'elle durera, ce n'est pas accidentel. Quand Dieu demandera qu'il y ait des dons d'une magnificence et d'une splendeur plus intenses, il y aura des martyres qui viendront, il y en aura toujours."


Cardinal Journet.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 15 Avril 2009



JOYEUX ANNIVERSAIRE.
16 AVRIL 2009

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 15 Avril 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 15 Avril 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0