Publié le 24 Juillet 2009

au pays d'amatxi .





"Donne-nous bonne route et beau temps. Fais qu'en compagnie de ton saint ange, nous puissions parvenir heureusement au lieu que nous voulons atteindre et, à la fin au port du salut éternel... Fais que parmi toutes les vicissitudes de ce voyage qu'est cette vie, nous soyons toujours sous ta protection et ton assistance "

















Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 23 Juillet 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 23 Juillet 2009



Il naquit dans un village de la montagne du Liban, d'une famille pauvre et fut baptisé dans l'Eglise maronite. Orphelin très jeune, sa famille s'oppose à sa vocation religieuse. Il fugue et se réfugie au monastère Saint-Maroun d'Innaya. Après 20 années monastiques, il se retira solitaire dans un ermitage proche et passa les vingt-trois dernières années de sa vie absorbé en Dieu, s'adonnant à la pénitence et à la prière, mais aussi recevant les fidèles qui cherchaient Dieu auprès de lui. Il sut équilibrer sa vie entre l'ascèse, le travail et la pauvreté, la centrant sur l'adoration et la communion eucharistique. Sa vie était si perdue en Dieu qu'il faisait des miracles sans s'en rendre compte. Comme ce soir, par exemple, où, distrait, il verse de l'eau dans sa lampe à huile. Elle ne s'éteignit pas, mais au contraire brûla toute la nuit. Son tombeau devint aussitôt un lieu de pèlerinage et de guérisons sans nombre. Il est un des saints les plus populaires du Liban.

"Mais la vocation comporte toujours aussi une décision très personnelle du candidat, où l'appel irrésistible de la grâce compose avec sa volonté tenace de devenir un saint: «Quitte tout, viens! Suis-moi!» (Ibid. p. 52; cfr. Marc. 10, 32). A vingt-trois ans, notre futur saint quitte en effet son village de Gégà-Kafra et sa famille pour ne plus jamais y revenir. Alors, pour le novice devenu Frère Charbel, commence une formation monastique rigoureuse, selon la règle de l'ordre libanais maronite de Saint Antoine, au monastère de Notre-Dame de Mayfouk, puis à celui plus retiré de Saint-Maron d'Annaya, après sa profession solennelle, il suit des études théologiques à Saint-Cyprien de Kfifane, reçoit l'ordination sacerdotale en 1859; il mènera ensuite seize ans de vie communautaire parmi les moines d'Annaya et vingt-trois ans de vie complètement solitaire dans l'ermitage des Saints Pierre et Paul dépendant d'Annaya. C'est là qu'il remet son âme à Dieu la veille de Noël 1898, à soixante-dix ans.

 

Que représente donc une telle vie?

 

La pratique assidue, poussée à l'extrême, des trois vœux de religion, vécus dans le silence et le dépouillement monastiques: d'abord la plus stricte pauvreté pour ce qui est du logement, du vêtement, de l'unique et frugal repas journalier des durs travaux manuels dans le rude climat de la montagne; une chasteté qu'il entoure d'une intransigeance légendaire; enfin et surtout une obéissance totale à ses Supérieurs et même à ses confrères, au règlement des ermites aussi, traduisant sa soumission complète à Dieu.

 

Mais la clé de cette vie en apparence étrange est la recherche de la sainteté, c'est-à-dire la conformité la plus parfaite au Christ humble et pauvre, le colloque quasi ininterrompu avec le Seigneur, la participation personnelle au sacrifice du Christ par une célébration fervente de la messe et par sa pénitence rigoureuse jointe à l'intercession pour les pécheurs. Bref, la recherche incessante de Dieu seul, qui est le propre de la vie monastique, accentuée par la solitude de la vie érémitique."

 

Paul VI

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 23 Juillet 2009




Le feu ravage le Parc Naturel des Cols depuis lundi
Incendie monstrueux dans la province de Tarragone : 4 morts, 1100 hectares brûlées
Mercredi 22.7.2009. 23:00h

Un terrible incendie survenue lundi dans la région de la Terra Alta, située au coeur de la province de Tarragone, au Sud de Barcelone, avait déjà provoqué la mort de quatre pompiers, qui ont péri dans l'exercice de leur métier. Mais ce mercredi, l'intensité du vent et la chaleur, par une température insolente de 38°, ont fini par imposer l'arrivée de renforts pour faire face à une reprise des flammes, dans ce qui constitue le plus grand incendie survenu depuis de début de l'été, à la fois en catalogne et en Espagne. Le sinistre, d'une importance effrayante, a ravagé la zone du « Parc Natural dels Ports » (Parc Naturel des Cols), sur laquelle 500 pompiers du gouvernement catalan, du gouvernement espagnol et de l'armée espagnole oeuvraient encore ce mercredi soir. Le ministère de l'ntérieur catalan signalait, également ce mercredi soir, que ce feu, d'une « extrême gravité », a détruit 800 hectares, favorisé par des conditions météorologiques « terribles ». Pour sa part, le tribunal de première instance de la ville la plus proche, Gandesa, est sur le point d'ouvrir une enquête dans le but de déterminer l'origine tout comme le ou les auteurs du drame.



pensée à Tivisa !


link





Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009



La Fête de Sainte Marie Magdeleine nous invite à réfléchir à la manière dont nous cherchons Dieu.

Voilà une femme qui cherche son Seigneur. Elle le cherche avec un tel amour qu'elle s'active, se presse et s'affaire au tombeau. Mais il n'est plus là. Le Corps n'est plus là. Il n'y a plus rien. Rien : quelle déception !!!

Si on lit l'Evangile avec les yeux de la foi, de l'espérance et de la charité, on remarque que cette femme cherche, et ne se lasse pas de chercher. Peu importe les railleries grossières de ces apôtres qui se moqueront d'elle lorsqu'elle leur annoncera qu'il est vivant. Marie cherche. Elle cherche et elle va trouver.
Car Jésus se laisser trouver.
Jésus ne la lasse pas d'être cherché.
Au contraire, il vient à sa rencontre pour satisfaire cette recherche, pour étancher la soif de Marie de Magdala.
Alors tout se desille.

Il l'appelle par son nom ; comme le pasteur connaît le nom des brebis, Jésus bon Pasteur appelle par leur nom ceux qui lui sont fidèles.
Dieu connaît le nom de ses Fils. C'est un signe de grand amour que de se faire appeler correctement par son nom. Sans l'écorcher, en le prononçant bien il dit clairement à haute et intelligible voix : « Marie ».

Cet « appel » est fondamental, car il permettra à Marie de Magdala de « reconnaître » Jésus. Une parole, une simple parole, un nom prononcé, et Marie « reconnaît » celui qu'elle aime.

Saint Grégoire le Grand nous dit : « appelée par son nom, Marie Magdeleine reconnaît donc son créateur, et elle l'appelle aussitôt « Rabbouni », c'est-à-dire Maître, parce que celui qu'elle cherchait EXTERIEUREMENT était celui-là même qui lui enseignait INTERIEUREMENT à le chercher.

Nous cherchons tous Dieu, extérieurement, et lui se présente et se laisse trouver cependant intérieurement. A l'intérieur de nous-mêmes, dans notre conscience, dans cette « scintilla animae », Dieu parle, agit, se meut. Dieu se fait connaître, et reconnaître à l'intérieur de notre âme. Pas à l'extérieur, ou bien très très rarement.

Aujourd'hui l'homme cherche Dieu à l'extérieur, dans les choses externes, extrinsèques, en dehors de lui. Néanmoins Dieu est en-dedans, au-dedans. Voilà pourquoi l'Homme intérieur est celui qui trouve Dieu le plus rapidement possible.

L'apparente cécité de la Marie Magdeleine n'est pas seulement « temporaire » ou bien due à l'apparence résurrectionnelle du Divin Maître, cette apparente cécité - elle le prend pour le jardinier - est en réalité « notre » cécité lorsque nous nous refusons à chercher Dieu, là où il est : en nous. C'est au fond de notre âme, en creusant bien profond, que l'on trouve Dieu. Dieu est là, tout au fond, il est là bienheureux, et il nous attend. Comme Jésus nous attend au Saint Tabernacle. Dans le tabernacle de notre âme, Dieu repose. Dieu se plaît chez nous. Il nous cherche. Il est amoureux de nous, tout en nous respectant : sa grande discrétion est le signe de sa délicatesse infinie. Il a le projet de nous transmettre tout ce qu'il est, sa grandeur sans limite, sa bonté, sa force, il nous communique sa force, sa puissance, sa douceur, sa légèreté. Il nous aime personnellement, tels que nous sommes, avec nos faiblesses et même nos péchés, comme une mère aime chacun de ses enfants, sans distinction ni partage aucun.

Voilà pourquoi si le monde actuel nous propose un bien-être éphémère de dieux qui se cherchent « au-dehors », de dieux matériels, incapables de satisfaire l'âme ; Dieu, lui, nous propose une beauté éternelle qui se cherche au « dedans » de l'âme.

Et saint Augustin l'a compris depuis longtemps : « Tard je t'ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle... Tu étais au-dedans de moi et c'est au dehors que je te cherchais. Tu étais avec moi et je n'étais pas avec toi »

Nous nous étonnons de ce que Dieu nous abandonne, mais c'est nous qui l'abandonnons. Lui en revanche il est toujours là. Nous l'abandonnons comme on abandonne un chien sur une aire d'autoroute à l'orée des vacances, car Dieu nous encombre et il nous gêne. Nous abandonnons Dieu comme on abandonne ces vieillards inutiles dans ces nouvelles SPA pour personnes âgées, vaguement respectueuse de la dignité humaine. Car les vieux, c'est gênant ; les vieux ils sont vieux. Et pourtant, grâce à eux, nous sommes là.
Nous abandonnons nos aînés comme on abandonnons Dieu.
On abandonne Dieu, et l'on s'étonne... !

Alors quand on perd Dieu ce n'est pas de sa faute à lui, mais bien de la nôtre.

Si on perd Dieu, on doit le chercher, et lui se laisse rechercher. Lui ne se fatigue jamais de se laisser chercher... ! Et il se cache, mais il se cache en nous, au fond de nous.

Voilà pourquoi il devient impérieux de rechercher sa PRESENCE, en nous, pas au-dehors, pas dans les vains plaisirs passagers et désolants, pas dans les prouesses ou les conquêtes, pas dans les exploits ou les réussites, pas des les sensations extrêmes, ni même dans les « expériences » ou les niais bavardages des vaticineurs charismatiques, mais Dieu se cherche et se trouve là où il est: EN NOUS. Dieu se laisse chercher et Dieu se laisse trouver. DEDANS.


Mgr Jean-François Grégoire Lantheaume

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009






Fontgombault oblige,
sur cette place de grandes familles se connaissaient déjà...
snif ! St Benoît a semé là, pépinière de vocation bénédictine: oblates, oblats, moine, père abbé... oulalala.
bon anniversaire à une oblsb de 80 ans !




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009




Une belle initiative de Mgr. Aillet.




Monseigneur Aillet ouvre une propédeutique à Bayonne

L'année de propédeutique ouvre ses portes en septembre prochain à Bayonne. Premier aperçu et contours de cette année.
    
                         
     

« Chers frères et sœurs, permettez-moi de lancer un appel confiant en la foi et en la générosité des jeunes qui se posent la question de la vocation religieuse ou sacerdotale : n'ayez pas peur ! N'ayez pas peur de donner votre vie au Christ ! Rien ne remplacera jamais le ministère des prêtres au cœur de l'Eglise ! Rien ne remplacera jamais une messe pour le Salut du monde ! Chers jeunes ou moins jeunes qui m'écoutez, ne laissez pas l'appel du Christ sans réponse » (Benoît XVI - Lourdes 2008)

Notre diocèse, dont l'histoire vocationnelle est si riche, est plongé aujourd'hui dans l'inquiétude devant la pénurie des vocations.
C'est pourquoi, il m'a semblé urgent, pour relancer l'espérance et s'inscrire dans une perspective d'avenir, d'ouvrir à Bayonne un lieu visible et bien identifié de discernement et d'appel au ministère presbytéral.

Cette année de préparation au Séminaire, appelée « propédeutique » , était vivement recommandée par le Pape Jean Paul II dans son exhortation apostolique Pastores dabo vobis , sur la formation des prêtres dans les circonstances actuelles (1992) : « Il est utile qu'il y ait une période de préparation humaine, chrétienne, intellectuelle et spirituelle pour les candidats au grand séminaire ».

Cette année de Propédeutique sera placée sous le signe de la Sainte Croix.
Comme le Pape Benoît XVI nous le confiait à Lourdes le 14 septembre dernier : « Le signe de la Croix est en quelque sorte la synthèse de notre foi, car il nous dit combien Dieu nous a aimés ».

Je ne doute pas que l'adoration eucharistique perpétuelle mise en place dans notre diocèse nous obtiendra de nombreuses et saintes vocations.

Je confie cette initiative à la Vierge Marie, « Etoile de l'Espérance », et j'invite tous les jeunes ou moins jeunes qui ressentent un vrai désir de devenir prêtres à se lancer dans l'aventure !


+ Marc Aillet
Evêque de Bayonne, Lescar et Oloron

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009





La plus longue éclipse solaire totale du 21e siècle a plongé mercredi dans le noir une grande partie de l'Asie, déclenchant l'enthousiasme de centaines de millions de personnes en Chine et en Inde. Potentiellement, deux milliards de terriens ont pu observer cette éclipse de soleil.

La plus longue éclipse solaire totale du 21e siècle a plongé mercredi dans le noir une grande partie de l'Asie, déclenchant l'enthousiasme de centaines de millions de personnes en Chine et en Inde. Potentiellement, deux milliards de terriens ont pu observer cette éclipse de soleil.

Une éclipse partielle était visible à partir de 00h30 GMT (2h30 en Suisse) depuis l'océan Indien au large des côtes ouest de l'Inde, avant d'être totale dans l'Etat du Gujarat à 00h53 GMT (2h53 en Suisse), puis à l'intérieur d'un corridor de 15'000 kilomètres de long sur 258 km de large.

Le phénomène a traversé d'ouest en est l'Inde, le Népal, le Bhoutan, le Bangladesh, la Birmanie, la Chine, les îles méridionales japonaises Ryukyu et jusqu'au Pacifique. Le Soleil a été complètement masqué par la Lune pendant six minutes et 39 secondes dans une zone peu habitée du Pacifique, un record qui ne sera pas battu avant l'année 2132.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0