Publié le 5 Février 2015

 

http://s-www.ledauphine.com/images/56FBFE95-8A7F-41A5-8861-FF3EF907E165/LDL_V0_06/en-2011-la-municipalite-de-publier-s-offre-une-statue-de-la-vierge-aux-frais-du-contribuable-sans-que-le-sujet-ne-soit-jamais-debattu-devant-le-conseil-municipal-avant-son-installation-cout-de-l-acquisition-pres-de-35-000-ttc.jpg

 

 

link

 

 

 

Parce que c’est une Vierge et donc un emblème religieux et parce qu’elle a été installée dans un parc public, le tribunal administratif de Grenoble estime que la commune de Publier ne pouvait légalement autoriser son installation. Outre ce constat d’illégalité, le jugement rendu le 29 janvier demande le déplacement de la Vierge hors du domaine public. Cette décision est le premier épilogue d’un bras de fer de près de cinq ans, entre un maire sourd aux interpellations de l’Etat et plusieurs défenseurs de la laïcité.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Février 2015

http://diocese64.org/media/k2/items/cache/48ed12281ae1f6453d2d5ec95b17e082_XL.jpg

 

 

 

Les bergers de Bethléem attendaient le libérateur d'Israël, celui qui à main forte secouerait le joug de l'occupant romain. Ils le voyaient en guerrier, et au lieu de cela, ils découvrirent un nouveau-né, emmailloté, couché dans une crèche. Le plus remarquable, c'est que, loin d'être déçus, ils furent envahis par une paix et une joie telles qu'ils retournaient à leurs troupeaux, en louant et en glorifiant Dieu. Les Mages venus d'Orient avaient une vision plus large du monde où régnait le chaos. En scrutant les astres, ils avaient vu se lever l'étoile d'un grand roi qui venait de naître et ils se mirent en route pour se mettre à sa disposition, avec leur or et leur savoir. Mais en entrant dans la maison, ils découvrirent un nouveau-né, emmailloté, couché dans une crèche. Ils ne furent pas déçus, eux non plus, et se prosternant, ils l'adorèrent. Ils repartirent par un autre chemin, nous dit l'évangéliste : loin de se mettre à la conquête du monde, la tradition nous apprend qu'ils témoignèrent du Christ dans leur lointain pays et qu'ils moururent martyrs pour son Nom. Quand Jésus inaugura son ministère public, il ne vint pas avec éclat et majesté, mais il se mit au rang des pécheurs, attendant son tour pour être baptisé par Jean dans le Jourdain. Désigné comme l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, il n'avait pas besoin de ce baptême de repentir, mais par ce geste de son immersion, il annonçait prophétiquement la modalité de sa mission de salut : c'est par l'humiliation de la passion et la mort sur la croix, qu'il libérerait l'humanité.

 

Nous aussi, nous attendons un libérateur pour notre temps, dont le pape Benoît XVI avait identifié le problème majeur : « En ce moment de notre histoire, le vrai problème est que Dieu disparaît de l’horizon des hommes et que tandis que s’éteint la lumière provenant de Dieu, l’humanité manque d’orientation, et les effets destructeurs s’en manifestent toujours plus en son sein ». En gommant les racines chrétiennes de notre culture, en faisant l’apologie d’une conception matérialiste, hédoniste et relativiste de l’existence qui conduit à ce que le pape François a appelé « le grand vide d’idées auquel nous assistons en Occident », nous faisons le lit du fondamentalisme religieux et de tous les extrémismes. En effet, comme le Saint-Père le rappelait devant le Parlement européen, en citant le Pape émérite, « c’est l’oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence ».


 

Ceux que l’on appelle les « islamistes radicaux », qui semblent rallier de plus en plus d’adeptes tant dans les pays à majorité musulmane qu’en France, où le nombre de conversions à l’Islam grandit, ont décidé de punir cette conception du monde qu’ils identifient de manière sommaire avec la civilisation chrétienne : c’est pourquoi les chrétiens, comme nous le constatons au Moyen Orient, au Nigéria ou au Pakistan, sont des cibles privilégiées de leurs exactions. Il s’agit pour eux de conquérir le monde à l’Oumma, en recourant à la violence la plus aveugle pour servir un idéal à la fois politique et religieux.

 

Nous ne saurions répondre à cette grave crise par le seul recours à une laïcité qui accompagne ce que saint Jean Paul II a appelé « une apostasie tranquille et silencieuse ». Aujourd’hui, après les attentats du mois de janvier à Paris, on semble même avoir oublié les victimes désarmées au profit d’idées que l’on appelle pompeusement les « valeurs de la République » : « Maintenir vivante la démocratie en Europe demande d’éviter les « manières globalisantes » de diluer la réalité : les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes anhistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse » (Pape François devant le Parlement européen). Aveuglés sur les vrais enjeux, on s’obstine à idolâtrer la liberté d'expression. Mais une liberté d’expression qui n'est pas au service de l'affirmation des droits humains les plus fondamentaux, comme le droit à la vie et le droit à la liberté religieuse, peut devenir destructrice : en sombrant dans l'insulte et la dérision, elle attise la haine, engendre la violence et érige le manque de respect de l'autre en principe du vivre ensemble! Les événements récents en ont apporté la navrante démonstration.

 

Ni la violence, ni le laïcisme ne sont une réponse adéquate à la crise que nous vivons.

 

La réponse des chrétiens est tout autre : c'est la grâce de l'Esprit Saint reçue au baptême ! Ce don est seul capable, en nous unissant réellement au Christ mort et ressuscité, de changer radicalement notre cœur, c'est-à-dire de le transformer à la racine, où se cachent les pensées perverses dont Jésus parle dans l'Evangile. On a beaucoup évoqué les islamistes radicaux ou radicalisés, qui exercent une violence inouïe au nom de leur croyance ou de leur religion. La radicalité du baptême se situe à un autre niveau, au plus intime de nous-même, dans la seule contestation qui soit efficace, celle qui s'attaque non aux autres, mais à la racine du mal qui est tapi dans les cœurs : une révolte d'amour contre l'esclavage des passions. En nous établissant dans une relation d'amitié avec le Christ, constamment nourrie par la Parole et les sacrements, la foi nous donne de vaincre le monde ! Alors, nous pourrons avec le Christ transformer l’histoire.

 


 

diocèse 64

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Février 2015

 

 

http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2014/04/Vierge-Marie-1728x800_c.jpg

 

 

La recherche de l’avion disparu, le vol de la Malaysia Airlines, n’a décidément pas fini de nous réserver des surprises. A défaut de trouver les débris de l’appareil, des plongeurs participant aux recherches sont tombés « pile poil » sur une statue de la Vierge Marie, au fond de cet immense océan qu’est l’Océan Indien.

 

L’Eglise n’aura pas d’autres choix que de classer cet évènement parmi les miracles répertoriés. Car en effet, pour trouver quelque chose à la surface de cette vaste étendue d’eau c’est déjà un prodige. Mais les plongeurs ont fait mieux. Sans avoir repéré quoi que ce soit, la statue n’étant pas visible, puisque au fond des eaux, ils sont allés directement au bon endroit. Autre preuve de miracle, elle était debout sur son socle, comme posée là, délicatement, par une main divine,

 

Elle devait être descendue tout récemment (oui, parce que, en principe, la Vierge Marie se trouve habituellement au ciel, ou dans une église, mais pas au fond de l’eau). En effet elle n’a pas encore eu le temps d’être attaquée par le sel, les algues, les coquillages et les diverses bestioles qui rodent dans ces endroits-là. C’est une statue d’une blancheur immaculée, avec encore toutes ses dorures toutes brillantes, que nos plongeurs vont embrasser avec ferveur.

 

Dans leur émotion, ils ont oublié de demander à Marie de leur dire où se trouvait l’avion. Après tout, ils étaient venus pour ça.

 

link

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Février 2015

 

2015-02-04T181308Z_1007200001_LYNXMPEB130V8_RTROPTP_3_OFRWR.jpg

 

  Reuters/Reuters

 

 

 

Des membres de l'Etat islamique vendent des enfants irakiens comme esclaves sexuels et en tuent d'autres en les crucifiant ou en les enterrant vivants, dit le Comité des droits de l'enfant, un organisme des Nations unies, dans un rapport publié mercredi.

 

Des Irakiens mineurs sont de plus en plus souvent utilisés par le groupe islamiste pour commettre des attentats suicides, jouer le rôle d'informateurs ou servir de boucliers humains pour protéger des installations des bombardements de la coalition emmenée par les Etats-Unis.

 

"Nous sommes vraiment très préoccupés par la torture et le meurtre de ces enfants, en particulier ceux qui appartiennent à des minorités, mais pas seulement", a déclaré Renate Winter, experte appartenant au comité. Des enfants appartenant à la communauté Yazidi ou à la communauté chrétienne font partie des victimes.

 

"Les enfants de minorités ont été capturés dans nombre d'endroits, vendus sur des marchés avec sur eux des étiquettes portant des prix, ils ont été vendus comme esclaves".

 

link

 

http://img.over-blog.com/300x300/1/10/86/49/ete-2014/10338229_10152353675748512_4349218163241999077_n.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 4 Février 2015

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Février 2015

http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/chine/2015-02-02-mgr-shi-enxiang-mort-en-detention-a-94-ans/image_large

 

Détenu au secret depuis 2001, Mgr Shi Enxiang serait mort à l’âge de 94 ans sans avoir recouvré la liberté. Avec un total de 53 années passées en détention, il aura passé plus de la moitié de sa vie en prison et en camps de rééducation par le travail. Mgr Côme Shi Enxiang, évêque « clandestin » de Yixian, dans la province du Hebei, serait mort à l’âge de 94 ans. ...

 

. Le conditionnel est de rigueur car la date exacte de son décès n’est pas connue, alors que ses proches l’ont annoncé samedi dernier, le 31 janvier, et attendent le retour de sa dépouille pour être certains de son décès. Mgr Shi avait été arrêté le 13 avril 2001, un Vendredi Saint, et était détenu depuis cette date au secret, sans qu’aucune charge n’ait été rendue publique contre lui.

 

 

link église D'aSie

 


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Février 2015

+ http://1.bp.blogspot.com/-Rz0a_wRW3OM/Uu6tU5qrOdI/AAAAAAAABOo/YQ4Gz6qblIQ/s1600/Pacecco_de_Rosa_Jes%C3%BAs_presentado_en_el_Templo_Castello_di_Opocno.jpg

 

 

PRESENTATION DE L'ENFANT JÉSUS AU TEMPLE


Homélie du Très Révérend Père Dom Jean PATEAU

Abbé de Notre-Dame de Fontgombault

(Fontgombault, le 2 février 2015)

 


Chers Frères et Sœurs, mes très chers Fils,

 

 

 

Fiat lux.

Que la lumière soit. (Gn 1,3)

 


Hier, dimanche de la Septuagésime, les lectures du premier nocturne des matines, tirées du premier chapitre du livre de la Genèse, ont rappelé le récit de la création de l'univers. Ce récit, nous le réentendrons, au terme d'un long temps de pénitence, au cours de la grande veillée pascale.


« Que la lumière soit » : tels sont les premiers mots, prononcés par Dieu, qui ouvrent le livre de la Genèse, et qui font passer la terre du chaos et des ténèbres à la lumière. Et Dieu, poursuit le texte, « vit que la lumière était bonne » (Gn 1,4). En ce premier «jour», «il y eut un soir, il y eut un matin» (v. 5). Désormais l'histoire de la terre devait se dérouler dans une alternance de lumière et de ténèbres, de jour et de nuit : un grand luminaire, le soleil, présidant au jour ; un petit, la lune, à la nuit.

 

Créé sur la terre à l'image de Dieu, donc fait pour la lumière, l'homme, dès son apparition, cherchera à produire, puis à domestiquer le feu, puis la lumière, afin de faire reculer les ténèbres, paraissant ainsi en quête d'une « vraie lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde » (Jn 1,9), une lumière qui ne s'éteindrait pas.


La double lecture du récit de la création enchâsse, comme dans un écrin, un temps favorable : le temps de préparation à une recréation qui s'opère dans le Mystère pascal auquel est ordonné le Mystère de l'Incarnation. Comme il avait reçu la première lumière de Dieu au jour de la création de l'univers, l'homme, perdu dans les ténèbres du péché, aspire à recevoir une autre lumière, à être recréé. Celle-ci, comme la première, ne pourra venir que de Dieu.

 

Le prophète Isaïe l'a annoncée :


Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande Lumière, sur les habitants du sombre pays, une Lumière a resplendi. (Is 9,1)


Cette lumière, Siméon et la prophétesse Anne l'espéraient. Siméon « attendait la consolation d'Israël » (Lc 2,25). Aussi, recevant dans les bras l'enfant attendu, le vieillard bénit Dieu, disant que ses yeux ont vu le salut préparé à la face de tous les peuples : « Lumière qui se révélera aux nations et gloire de ton peuple Israël. » (Lc 2, 31-32)


Le Christ est la Lumière du monde. Saint Jean, l'évangéliste de la lumière, l'enseigne dans le prologue de son évangile : « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde » (Jn 1,9).

 

Le Christ affirme :


Je suis la Lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie (Jn 8,12). Marchez tant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous saisissent : celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va. Tant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin de devenir des fils de lumière (Jn 12,35-36). Moi, Lumière, je suis venu dans le monde, pour que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. (Jn 12,46)


Le fait que l'homme, dès les temps les plus reculés de son histoire, ait recherché la lumière, le fait que le Christ, Fils de Dieu, « la vraie Lumière » soit venu en notre monde afin d'y éclairer tout homme, montre que la lumière est vitale pour l'homme, et qu'elle n'équivaut pas aux ténèbres. Celui qui veut accomplir le mal recherche les ténèbres, mais celui qui veut poursuivre le bien aspire à la lumière et doit être à même d'y accêder, Dieu étant venu lui-même nous la proposer, afin qu'illuminés par lui nous illuminions le monde.


Ce qui paraît évident dans le domaine de la lumière concrète, ou encore quand il s'agit de cheminer vers Dieu, le semble beaucoup moins pour les hommes de notre temps quand il s'agit des actes de la vie. L'évangile selon saint Jean stigmatise le comportement des hommes :


La lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les téneèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses œuvres sont faites en Dieu. (Jn 3,19-21)


Faire ses œuvres en Dieu, c'est agir selon la vérité, véritable lumière de l'intelligence. Quand la vérité devient gênante, et que pourtant l'on répugne à faire ouvertement l'apologie du mensonge, il reste comme issue la falsification de la vérité. Relativiser la Vérité, qui a son fondement en Dieu, afin d'y mêler les ténèbres du mensonge, porte un nom : le relativisme.

 


De façon vraiment paradoxale, l'homme moderne, beaucoup plus exigeant quant à la qualité de l'éclairage des lieux où il vit que l'homme des temps antiques, ou même du Moyen-âge, se montre beaucoup moins soucieux de l'éclairage de sa propre intelligence et de l'éducation de sa conscience. Sur ce plan, ténèbres et lumière se valent, ou plutôt dépendent de chacun.

 

Imaginons un instant quelle pourrait être la vie dans un monde où les uns allument la lumière alors qu'il fait nuit, pendant que les autres l'éteignent, car pour eux les ténèbres sont leur lumière !


Face au Christ, Lumière du monde, la civilisation moderne peut se vanter d'avoir libéralisé la culture de mort et d'en poursuivre une active promotion : la vie humaine devient une valeur relative avec l'avortement et l'euthanasie ; le respect de la conscience et des croyances d'autrui est relativisée devant une liberté d'expression qui est refusée à ceux qui se présentent comme apôtres de la Vérité, ou même du simple bon sens ; les biens de la création sont gaspillés sans souci de ce qui restera pour les hommes de demain.

 


La paix n'est plus, et les peuples s'enfoncent dans les ténèbres de la mort. Aspireront-ils à un libérateur ?



Aujourd'hui, le Temple reçoit son libérateur.

 

Cet Enfant « provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction... ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d'un grand nombre. » (Lc 2, 34-35)

 


Que la lumière de ce jour libère nos cœurs et ceux des hommes de notre temps des liens de la mort. Que Marie, Mère des hommes et Reine de la paix, nous enfante à cette vraie lumière venue pour tout homme, à cette paix qui ne peut venir que de Dieu.

 


Amen.

 

en anglais

Voir les commentaires

Rédigé par dom Jean Pateau

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 2 Février 2015

 

http://diocesisdecanarias.es/images/vidaconsagrada2table100.jpg

 

http://www.donorione.org/public/content/5414_foto1.jpg

 

http://www.aleteia.org/image/es/article/como-conseguir-las-indulgencias-por-el-ano-de-la-vida-consagrada-5849902919712768/monja-clarisa-de-clausura/topic

 

http://i.f1g.fr/media/ext/805x/www.lefigaro.fr/medias/2014/02/16/PHO1eaca9ae-972e-11e3-b9f3-ca9c7420e748-805x453.jpg

 

 

http://img.over-blog.com/591x885/1/10/86/49/automne-2014/c19af9124a80ca8ce7a4b3e650be55d5.jpg

 

 

priez pour nous !

 

intention de prières pour une oblate de l'abbaye 86 ans: Chantal

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0