Publié le 12 Octobre 2016

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 12 Octobre 2016

photo petit Placide

 

merci d'en respecter les sources et les droits d'auteur.

 

"Aujourd'hui les guerres, les souffrances, baignent la terre. L'église est par excellence le lieu de la consolation. C'est là que l'enfant qui vient de naître fils de colère, est accueilli dans la communion de paix des enfants de Dieu. Dans ses murs, le pécheur reçoit l'absolution. Sur ses autels, les prêtres rendent présent et offrent l'unique Sacrifice de la Croix.

À la table sainte, le chrétien communie à ce Sacrifice en recevant le Corps et le Sang du Christ, nourriture de son âme. Dans son silence, les fidèles s'agenouillent et prient, devant le tabernacle, le Maître de la demeure.

Enfin au terme de la vie terrestre, une dernière prière réunit les chrétiens auprès de la dépouille de celui qui poursuit désormais son chemin vers la Jérusalem céleste.

La fête de la Dédicace est l'occasion de se demander comment nous utilisons notre église. Est-elle un chemin vers le Ciel ? Est-elle ce lieu si redoutable où Dieu habite ? "

homélie dom Jean Pateau, Père Abbé de Fontgombault.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #homélies

Repost0

Publié le 12 Octobre 2016

photo petit Placide

 

"les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc."

 

Je pensais à tout ça cet après-midi devant le st Sacrement exposé. Je me disais c'est drôle d'être l'une de ces pierres de l'édifice. Les mépris, les calomnies, les médisances des tradis, des pas tradis,

nos péchés, nos révoltes, nos injustices, nos lâchetés, nos abandons.

rien n'y a fait.

Je m'identifiais alors à tout cet ensemble architectural de pure beauté, une toute petite pierre qui,  si elle fout le camp n'ébranlerait pas l'édifice. Il suffirait de la remplacer. le paradoxe c'est que c'est sûr qu'au moins l'édifice tiendra même sans une pierre. je pensais alors au petit crayon du père Daleau à propos de mère Térésa.." je ne suis qu'un petit crayon qui sert à écrire l'oeuvre de Dieu." Et je me disais je ne suis qu'une petite pierre bien friable, (la partie est loin d'être gagnée) et  qui sert à cet édifice oh combien grandiose.

Rien n'y a fait, même le mépris de gens d'ici de ceux dont on s'attendait à recevoir quelque chose (à part Xavier et Guilhem) . parfois on aimerait tant le pax avec tout le monde mais on sait que ce n'est pas possible. Il suffirait pourtant de si peu de choses. un pardon inattendu. 

de ceux dont on s'attendait à avoir des voeux, ses 'soi-disant amis"

dont on attendait autre chose que l'indifférence. Tout ce qu'on n'y a subi de coups de fouets, de méchancetés, de mépris, de tradis, de pas tradis, z'ont bien su me laisser dans ma m....tous ces braves gens.

Je me disais tant pis c'est comme ça.

Mais il y a l'âge aussi, une autre génération. conflits de génération..  normal qu'on ne puisse pas se comprendre souvent. Ceux d'aujourd'hui tout leur est dû, tout leur est servi sur un plateau et n'ont pas eu à se battre comme nous on s'est battu pour la bonne cause.

il a fallu les surprises du jour de tous mes petits musiciens, pour que le ciel y soit vraiment bleu, alors quand l'autre plouc d' abruti (faut l'excuser, il aime pas le piano (sic) "un instrument de riches" ! ) me disait d'arrêter avec mon piano, et mes petits, non on ne s'arrêtera pas, parce qu'aujourd'hui preuve est faite que tout cela a valu le coup, ça a eu payé,  et la soirée n'est pas finie, même si certains sont aussi en vacances ou très loin de l'internet de par leur travail. merci Daniel (Bogdanov) , je l'attendais beaucoup lui aussi .. trop gentil; comme mon dernier petit américain Talon, la perle, " God bless you! "  très touché pour  tant de marques de gentillesse, С днем рождения!!! ,  ou encore Silviu "Happy birthday! May your new year be filled with joy, faith, good health and achievements! " alors on a comme fondé sa petite communauté, et on sait qu'on peut porter tout ce monde dans sa prière. 

c'est ça l'Eglise. je n'ai jamais eu ça des tradis.  

Oui on a remercié le Bon Dieu. Qu'importe ce qu'il adviendra maintenant. Tout ce qui concerne le pape François ne me regarde pas, je laisse ça aux hommes intelligents, aux théologiens, aux érudits de la science ecclésiastique, aux passionnés pour tout ce qui peut être cause de division.

En cas de séisme religieux on sait où aller s'abriter, depuis les années 70 où je connais l'abbaye je crois ne m'être jamais trompé, même si parfois on n'en comprenait pas l'orientation, pas toujours compris la politique de la maison, ça c'est la solitude avec ses réactions pas toujours justes sans recul et emportées. 

Mais le temps a montré que c'était toujours la bonne. la boussole nous montrant toujours la même direction, l'Eglise et le Vicaire du Christ.  En cela on comprend qu'on ne puisse pas faire de la forme extraordinaire, une nécessité absolue, une obligation morale et qu'on est obligé , sinon mort oblige, - expérience perso - de vivre  avec et dans  l'Eglise. En faire abstraction c'est tomber encore dans une idéologie suicidaire.

Il en faut du temps et des souffrances pour le comprendre. c'est bon pour ceux qui l'ont sur place, évidement que live mass n'est qu'un accessoire mais ne donne pas Jésus. le Bon Dieu n'a jamais demandé de faire des centaines de kilomètres chaque dimanche pour Le trouver . Encore faut-il en avoir les moyens, la possibilité, la santé.

 Dieu se place au-dessus de tout ça et se donne quelque soit la forme. quand on a compris tout ça ! alors les gros nuages épais qui encombraient toute une existence s'évaporent et laissent place à toute la clarté, la luminosité  du Christ et de son Eglise. les hésitations tumultueuses  bien souvent alimentées par le démon qui en profite se dissipent.

Alors on peut user de ses sacrements et de la grâce qui y passe.

 Urbs Jerusalem beata
Dicta pacis visio.
vision de paix.

et puis miracle, on est encore là. Oui on aurait tant pu perdre la foi, des tradis, des pas tradis. 

magnificat anima mea Dominum, je pense que tout oblat de l'abbaye peut ressentir ces mêmes sentiments de gratitude, en cette grande fête de la Dédicace. la petite Zabou qui s'écrie, (diocèse de Nanterre), 'mais comment t''en es arrivée là?" .. beh voilà. je fais mien son cri d'étonnement. Avec ses saints moines défunts, c'est un miracle à lui seul Fontgombault . " Mais comment t'en es arrivé là ? " c'est ce que je me demande chaque jour ... "  nulle part ailleurs n'existe cette Tradition, cette transmission de la foi . Seule l'abbaye, de toutes les communautés dites tradis,   a cette garantie de l'héritage de toute cette sainteté transmise au fil des siècles.

Vive St Benoît . Vivent les moines. Vive Solesmes .

le petit Placide reconnaissant  à ses pères Abbés.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 12 Octobre 2016

"

Merci Yegor, je t'embrasse bien fort. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

 

 

 

priez là pour moi.

nd  du Bien Mourir

Fontgombault. 

 

bouquet de Saint Pétersbourg... de Petrov . merci !

 

Vladimir : Happy birthday 🎂! Greetings from Novosibirsk!

c'est rare de trouver un ami du même jour et de la même année, félicitations . 

 

 merci pour les voeux de mr le webmestre du forum catholique , super sympa, de Tbilissi, de mes petits russes et Ukrainiens. Zabou the terrible ,  Argentine, usa,  Espagne évidement .

  etc. ça fait plaisir ça y va cette année ! de surprise en surprise. très gâté. 

on ira à la messe tout à l'heure pour eux. qui dit que tout ça c'est virtuel ! alalala.  les  périphéries existentielles du Corps du Christ .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

 

saint anniversaire de Jubilé au Très  Révérendissime Père Abbé

 

 

Le 12 octobre, nous célébrons l’anniversaire de la dédicace de notre église abbatiale.

 

De même que chaque chrétien est consacré par les sacrements de l’initiation (le baptême, la confirmation et l’euchariste), de même chaque église est consacrée par un rite unique, la dédicace, qui en fait un lieu consacré à la rencontre entre Dieu et les hommes.

La dédicace d’une église comprend plusieurs rites. L'évêque asperge d’abord les murs et l'autel. Puis les reliques de saints sont scellées dans l'autel, signifiant par là l'union du Corps mystique du Christ. L’évêque prononce ensuite la grande prière de consécration. Celle-ci est suivie de l'onction avec le saint chrême des cinq croix de l'autel et de l'autel lui-même, ainsi que des douze croix sur les murs de l’église. On brûle alors de l’encens sur l’autel, en signe de la prière qui montera désormais depuis ce lieu. Enfin, on célèbre l'eucharistie. C’est elle qui fait véritablement de l’église un lieu sacré et voué au culte divin.

La dédicace de notre église abbatiale a eu lieu un 12 octobre, probablement en 1010, il y a désormais plus de 1000 ans. Chaque année, nous en célébrons solennellement l’anniversaire à cette date. Nous décorons avec soin notre église dont c’est la fête : un cierge allumé est placé devant chacune des douze croix de consécration, ainsi qu’une couronne de feuilles de vigne vierge, aux couleurs de l’automne.

La liturgie de l’anniversaire de la dédicace d'une église célèbre la présence de Dieu parmi les hommes, à travers les thèmes bibliques du Temple de Jérusalem, mais aussi du songe de Jacob (Gn 28, 18-19). À travers l’église de pierre, elle porte nos regards vers l’Église dont nous sommes les pierres vivantes, signe de la Jérusalem céleste, vers laquelle nous marchons. C’est le thème de l'hymne grégorienne Urbs Ierusalem que nous vous proposons d’écouter.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

 

photo petit Placide

 

L'Évangéliste saint Luc réserve une attention particulière au thème de la miséricorde de Jésus. Nous trouvons en effet dans son récit certains épisodes qui mettent en relief l'amour miséricordieux de Dieu et du Christ, qui affirme être venu appeler non les justes mais les pécheurs (cf. Lc 5, 32).

Parmi les récits typiques de Luc se trouve celui de la conversion de Zachée, qu'on lit lors de la liturgie de ce dimanche. Zachée est un « publicain », ou plutôt le chef des publicains de Jéricho, une ville importante près du Jourdain.

Les publicains étaient les percepteurs des impôts que les juifs devaient payer à l'empereur romain, et pour cette raison déjà ils étaient considérés comme des pécheurs publics. En outre, ils profitaient souvent de leur position pour extorquer de l'argent aux personnes.

C'est pourquoi Zachée était très riche, mais méprisé de ses concitoyens.

( on comprend quand les impôts fonciers tombent c'est jamais la joie ! pas des gens fréquentables, nos publicains, y a des publicaines aussi maintenant   )

 

Par conséquent, lorsque en traversant Jéricho, Jésus s'arrête justement chez Zachée, il suscite un scandale général.

Mais le Seigneur savait très bien ce qu'il faisait. Il a en quelque sorte voulu prendre le risque et il a gagné son pari : profondément touché par la visite de Jésus, Zachée décide de changer de vie et promet de rendre le quadruple de ce qu'il a volé. Jésus dit : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison », et il conclut : « Le Fils de l'homme est venu pour chercher et sauver ce qui était perdu ».

 

Dieu n'exclut personne, ni les pauvres ni les riches.

Dieu ne se laisse pas conditionner par nos préjugés humains, mais il voit en chacun une âme à sauver et il est spécialement attiré par celles qui sont considérées comme perdues et qui se considèrent comme telles.

Jésus Christ, incarnation de Dieu, a manifesté cette immense miséricorde, qui n'enlève rien à la gravité du péché, mais vise toujours à sauver le pécheur, et à lui offrir la possibilité de se racheter, de recommencer à zéro, de se convertir. Dans un autre passage de l'Évangile, Jésus affirme qu'il est très difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux (cf. Mt 19, 23).

Dans le cas de Zachée, nous voyons justement que ce qui semble impossible se réalise : « Il a donné sa richesse, commente saint Jérôme, et il l'a immédiatement remplacée par la richesse du Royaume des cieux » (Homélie sur le Psaume 83, 3).

Et saint Maxime de Turin ajoute : « Pour les sots, les richesses alimentent la malhonnêteté, pour les sages au contraire, elles aident à la vertu : à ceux-ci, elles offrent une occasion de salut, aux autres un obstacle qui les perd » (Sermons, 95).

 

Chers amis, Zachée a accueilli Jésus et s'est converti, parce que Jésus l'avait, le premier, accueilli chez lui ! Il ne l'avait pas condamné, mais il était allé au-devant de son désir de salut.

Prions la Vierge Marie, modèle parfait de communion avec Jésus, afin que nous aussi nous puissions faire l'expérience de la joie d'être visités par le Fils de Dieu, d'être renouvelés par son amour, et de transmettre aux autres sa miséricorde.

 

Benoit XVI

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

 

 

19 heures, la lumière caresse les pierres de l'abbaye avec tant de douceur et sans violence. Seigneur, il fait bon dans ta  maison. quand il n'y fait pas froid et humide..

parfois on y est sans y être. à moins que mon double moi s'y promène en cachette; chuuut, faut pas dire aux moines que je franchis la clôture!  la foi qui franchit le cosmos. la foi c'est le satellite de l'âme, un drône invisible ; ça nous conduit à des endroits, bigre !

 

 

photoS petit Placide

 

1ères Vèpres solennelles

11 Octobre 2016

 

  pour mon anniversaire les moines ils mettent des bougies partout à chaque pilier de l'abbaye ! non mais ; d'ailleurs frère cuisinier doit m'envoyer en colissimo un gâteau fait maison, une charlotte Placide . ! j'ai des petits russes, ils aiment bien aussi l'abbaye. on va y programmer une R.I.L. ! ils savaient pas que c'était aussi beau que chez eux té .. maintenant au moins ils connaissent aussi les moines en dehors de Chopin ! un jour les moines vont entendre russe, un  grand pianiste demander à se faire moine . les hivers à Moscou ou à l'abbaye, c'est pareil de toute façon. ils ne seraient pas trop dépaysés.

.. qui sait avec le Seigneur tout est possible. On jette la semence, et le Bon Dieu en dispose de la mettre là où bon lui semble. pit être à Moscou ! 

 En général, parlent tous anglais.

j'ai pensé à tout ça à la messe ce matin. mon sensus monastica qui revient, qu'est-ce qu'il m'arrive ! non,  tout ça c'est de l'ordre sensible, ça vaut rien. on a bien appris ses leçons quand même. rechercher Dieu uniquement. ça peut marquer toute une existence quand même. une seule date d'anniversaire 

' Philippe,  "Dépéchons-nous de faire du bien" ..voilà on aura essayé . ! Vladislas,  il était content pour mes voeux d'anniversaire sur le petit Placide, trop sympa comme garçon  ..! la seule chose qui compte. je commence à comprendre tout ça, enfin non, ça fait longtemps que je l'ai compris. C'est dans la nature de ceux du mois d'Octobre d'être affectifs. pas vrai Louis?  y en a ça c'est sûr c'est pas du même cru. rien qu'à leur caractère.

c'est un truc ça marche pas à tous les coups quand même ; quand on sait que Dieu est seul maître à bord, oui tout est grâces, on n'a jamais été capable d'une aventure monastique . tant d'autres ont essayé ! mon seul regret, je crois.  heureux ceux qui en font l'expérience,  

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

 

photo petit placide

 

nous demandons au bonhomme qui s'occupe d'une page  des moines de Fontgombault de ne pas voler nos fichiers et d'en respecter le travail,  les sources et les droits d'auteur.

quand on s'occupe de moines on a au moins la notion de justice et de charité. on ne demande pas grand chose pourtant, le respect de l'autre.  font pas ça à Solesmes, ah oui mais ils sont pas tradis. faut être tradi pour ça pour avoir cette mentalité d'usurpateur des droits des autres, même les modernos ne l'ont pas. Il aura fallu que je tombe sur des tradis pour qu'ici on vienne m'insulter ou m'usurper mes droits.

faut le faire quand même. même les païens vous respectent. jamais aucun message d'insulte contre la religion ou autres à supprimer.  cela aurait pu. non spécialité tradi.  

toute la différence.  et puis doit pas parler français qui plus est.

il n'est pas obligé d'aimer ce blogue, alors qu'il passe son chemin. ceci dit.

. m' enfin bref 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

 

Frères et sœurs, je ne veux rien savoir parmi vous sinon Jésus Christ et Jésus Christ crucifié, voilà mon Évangile !

Comme ces dix lépreux, moi aussi, je peux m’écrier : « Jésus, maître, prends pitié de moi. » Oui, malheureux homme que je suis, je ne fais pas le bien que je voudrais et je fais le mal que je ne voudrais pas. Cette expérience est la nôtre à tous ; le mal et le péché nous rongent comme une lèpre. Mais heureusement, avec Paul, je peux l’affirmer : « Grâce soit rendue à Dieu par Jésus Christ. » Il a pris sur lui notre lèpre et, en lui, il nous rend la vie, voilà mon Évangile.

La vie chrétienne ne repose pas sur une morale ou sur des commandements, elle est une vie nouvelle : le pauvre pécheur que je demeure apprend à grandir dans l’intimité de Jésus au souffle de l’Esprit Saint.

Et la messe est justement la table des pécheurs à laquelle Jésus nous invite pour nous transfigurer en lui.

À chaque eucharistie, nous écoutons la Parole de Dieu et Paul vient de nous le rappeler : « On n’enchaîne pas la Parole de Dieu. » Si nous l’accueillons, si nous laissons la Parole prendre vie en nous, alors notre vie deviendra une vie en Christ.

J’oserais vous demander : combien de temps prenez-vous, chaque jour, pour vous asseoir aux pieds de Jésus et écouter sa parole ? Prenez une balance, une de ces vieilles balances Roberval avec ses deux plateaux ; sur l’un, vous mettez tout le temps que vous perdez chaque jour en choses inutiles et sur l’autre, vous mettez le temps que vous passez à vous nourrir de la Parole de l’Évangile. Enfin, regardez de quel côté penche la balance !

Tout chrétien devrait pouvoir passer au moins dix minutes ou un quart d’heure, chaque jour, à laisser la Parole prendre vie en lui. Faites-en l’expérience et vous verrez comment votre vie sera progressivement habitée par Jésus, vous allez apprendre à vivre en lui au souffle de l’Esprit.

 

À chaque eucharistie, il nous est donné de participer à l’unique sacrifice de la Croix.

Nous sommes invités à mettre nos pas dans ceux du disciple bien- aimé ; avec lui au soir de la Cène, nous pouvons nous pencher vers la poitrine de Jésus et entendre battre le cœur de Dieu. Avec lui, sur le chemin du calvaire, nous pouvons contempler Jésus qui porte le péché des multitudes, qui porte mon péché : il n’a plus visage humain, il est une loque humaine, rejeté de tous, défiguré par le péché du monde. Il va jusqu’au bout, il donne sa vie pour la multitude, il meurt à ma place et par sa mort, il me libère de toutes les conséquences du péché. Au pied de la Croix, nous sommes le disciple bien-aimé et nous pouvons assister au jaillissement des sources de la Miséricorde, ces torrents d’amour qui ne cessent de jaillir du cœur transpercé de Jésus pour nous rendre la vie, aujourd’hui encore.


À chaque eucharistie, non seulement nous participons pleinement au sacrifice du Christ, mais le Christ se donne à nous en nourriture pour nous unir à lui et à la fin de chaque messe, nous pouvons dire avec Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » De plus, non seulement je communie au corps du Christ, mais je m’engage à communier avec tous les membres du Corps du Christ.

Dans chaque eucharistie, je peux puiser aux sources de l’Amour pour vivre concrètement cette communion en Christ avec tous mes frères et je peux alors aller à la rencontre de tous, jusqu’aux périphéries existentielles du Corps du Christ - pour reprendre l’expression si chère au pape François - et vivre au quotidien en frère universel et en authentique témoin de la Miséricorde.

Amen

 

homélie de mgr Jean-Pierre Cattennoz dimanche 9 Octobre. Archevêque d'Avignon

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0