Publié le 13 Juin 2017

 

Je vais rester ici toute seule  ? demandai-je avec peine.

Non, ma fille. Tu souffres beaucoup  ? Ne te décourage pas, je ne t’abandonnerai jamais  ! Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

Les cinquante premiers pèlerins du 13 juin, rentrés chez eux pleins de joie et de ferveur, publièrent partout la bonne nouvelle  : Oui, c’était vrai, Notre-Dame était apparue une deuxième fois à la Cova da Iria  ! et ce n’était pas fini, elle reviendrait tous les treize du mois, jusqu’en octobre  ! Ils surent si bien communiquer leur confiance enthousiaste que, le 13 juillet, en pleine période de moisson, ils seront des milliers à vouloir assister au céleste rendez-vous…

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 13 Juin 2017

L’image contient peut-être : nuit et ciel

si c'est pas triste quand même !

 

 Vrai Soleil, entrez en nous,

Brillant d'un nouvel éclat,

et des rayons de l'Esprit-Saint

Pénétrez notre entendement .

ad laudes .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 12 Juin 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 12 Juin 2017

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes et gros plan

 

Le 1er juin, notre frère Pierre Buisson nous a quittés pour remonter vers le Père. Il avait 98 ans et était le doyen d'âge de notre communauté. Responsable de la taillerie, c'était lui qui fabriquait nos habits monastiques. Que Notre Dame l'accueille au Paradis avec tous les saints!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Juin 2017

Clear Creek, Antoine Forgeot, Fontgombault, prière, liturgie

 

retour aux jours ordinaires... ça fait drôle.

 

  Supplions aussi notre Père,

Père de l'éternelle gloire,

Père de la grâce puissante

Qu'il nous garde du péché glissant

Qu'il nous rende forts et sans peur

Qu'il brise les dents du jaloux

Nous aide en passes difficiles

Donne sa grâce pour agir.

 

ad laudes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Juin 2017

http://www.caritasregiondemurcia.org/wp-content/uploads/2014/07/IMG_7698.jpg

 

Salve, Regína, mater misericórdiae
vita, dulcédo et spes nostra, salve
Ad te clamámus, éxules fílii Evae.
Ad te suspirámus, geméntes et flentes
in hac lacrimárum valle.
Eia ergo, advocáta nostra,
illos tuos misericórdes óculos
ad nos convérte.
Et Jesum, benedíctum frucum ventris tui,
nobis post hoc exsílium osténde
O clemens, o pia, o dulcis Virgo María

 

pour un jeune couple dont la maman est hospitalisée.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Juin 2017

aux futurs mariés, beaucoup de bonheur !

 

   Ironie des symboles. Dans la théologie spirituelle, le mariage, les noces mystiques marquent l'extase, l'étape suprême des vies saintes.

L'épithalame de Yahweh et la synagogue est célébré en strophes ferventes par les prophètes. Les vierges sages rejoignent l'Epoux en la vigile des noces éternelles. Le Christ passe au doigt de sa fiancée, Catherine de Sienne, l'anneau de leurs épousailles. Or, l'on voit tout le peuple des époux et des épouses de chair qui déclinent l'invitation au festin nuptial du Roi :" J'ai pris femme, et donc je ne puis venir" .

   Le mariage est l'apologue de la sainteté dans les deux Alliances: sous la Loi de crainte et sous la loi d'Amour.  Or des consciences chrétiennes ont créé cette parabole amère que leur mariage soit pour les époux une renonciation fatale à la sainteté. 

   Le P. Doncoeur remarquait naguère avec une mélancolie troublante que dans le cortège liturgique du sanctoral bien peu d'époux défilent la main dans la main. Dans les fêtes de l'Eglise, jour après jour, les martyres au nimbe rouge et les pècheresses aux tresses dénouées se pressent avec les moniales au voile consacré et les veuves au béguin blanc.

   Hormis quelques couples royaux, la légion des époux et des épouses renonçant aux gloires de la canonisation , accèdent à la dernière demeure du Royaume par une voie médiocre et plane, sans le tourment des héroïsmes et des miracles.

   On pourrait sans doute expliquer ce fait dans l'histoire de l'Eglise qu'il y ait si peu de saints couronnés ensemble chez les chrétiens mariés. Expliquable, ce reste un fait douloureux qui semblerait, ou confirmer les vieilles théologies pessimistes du mariage, ou solliciter peut-être ces mystiques  séduisantes d'un amour de l'Eden ou du cinéma.  Avec toute ma conscience de prêtre et avec tout l'optimisme chrétien; en pensant à ces saints ignorés: celle qui est ma mère et ce travailleur obscur qui est mon père, et qui un jour furent de jeunes épousés tressaillant dans un rêve de bonheur et de foi qui ne les a point trompés , je me refuse de toutes mes forces à croire que ce sacrement qui est grand soit une embûche et une dérision pour la sainteté.

   Chez saint Thomas d'Aquin, l'organisme sacramentaire chrétien est illustré de l'intérieur par un recours à l'analogie de la vie organique et sociale, c'est-à-dire à l'aide d'une nature qui existe et dont on connait en partie les fonctions.

  Une vie qui naît, c'est le Baptême. Une vie qui grandit, et c'est la Confirmation. Une vie qui se nourrit et c'est l'Eucharistie. Une vie qui atteint la perfection de la fécondité au  service de la société et du Royaume et c'est le Mariage.

   Non, les époux ne sont pas des étrangers ni des hôtes de passage, mais vraiment les concitoyens des saints: ils sont - et je consens que je sollicite l'exégèse en parlant de la sorte - ils sont les domestici Dei, ceux qui font la domus, la maisonnée de Dieu.

   Le mariage est une vocation, une destinée, ainsi que disent naïvement nos gens: non pas ce fatum de la mythologie et du romantisme, mais un lieu spirituel et terrestre où se noue et s'exprime, dans les aptitudes secrètes et les circonstances et les choix inspirés, la prédestination éternelle des âmes à leur béatitude.

   Vocation personnelle et totale qui saisit l'être dans les sources profondes de l'amour et qui instaure l'amour dans une vie, comme une espèce visible de la grâce et de la fidélité. Hélas! c'est là la plus grande profanation qu'à cause de tant de péchés, de révoltes commis en son nom et sous son masque, on ne puisse penser à l'amour sans scandale.

   Mais l'amour n'est pas ce vertige de fauve qui cerne la proie facile d'un pauvre corps: et la véhémence même de ses débordements dénoncerait encore sa grandeur inassouvie, s'il restait une âme pour la mesurer.

   L'amour, déjà si pur à ses origines dans l'argile de la création et dans le souffle de Dieu , a connu sa Rédemption dans le Coeur de chair du Christ qui a pu dire avec l'élan terrible et la générosité de l'homme qui aime :" Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime."

   Le jeune homme et son élue, un jour, dans la conscience d'un rêve très pur, ou malgré peut-être des émois inconnus ou des remords troubles, ont découvert que leur mariage serait une vocation à l'amour. Ils ont consenti que ce ne fût pas la virginité, que ce ne fût pas le sacerdoce qui devienne l'image de l'amour le plus saint qui se puisse penser; mais que ce fût leur mariage qui symbolise l'amour du Christ et de l'Eglise :" Vous les hommes, aimez vos femmes de même que le Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré pour elle... Il la voulait faire paraître devant lui, cette Eglise, glorieuse et donc nette de toute souillure, de rides et autres choses semblables.  Voilà pourquoi l'homme laisse père et mère pour s'attacher à sa femme et ne faire plus, à eux deux qu'une seule chair. Ce mystère est grand, mais moi je dis par rapport au Christ et à l'Eglise.

   Le prêtre et les époux se partagent les dimensions du Corps mystique.  ... Le prêtre exerce un pouvoir sur un sacrement de Chair et de Sang, sur un sacrement d'amour qui est gage d'immortalité. Les époux sont liés dans un sacrement de chair et d'amour pour peupler le Ciel d'élus.

   Après la parole sur le pain , il n'a pas d'action de l'homme qui appelle plus impérieusement et plus intimement l'action de Dieu, que cette attente d'une âme dans les corps que les époux pétrissent de leur chair même. Dieu a partagé avec l'homme sa création et sa rédemption, et la chair et le sang " pourront hériter le Royaume des Cieux " parce qu'il y a l'Eucharistie et le Mariage.

   Par leur mariage, les époux entrent dans cet état de leur vie qui fera oeuvre de vie, et ils instaurent le lieu de leur service et de leur vocation à l'amour: leur maison. Ils ratifient que le Christ ait puisé ses plus belles paraboles du Ciel dans leur maison et dans leurs humbles besognes domestiques :" Le Royaume des Cieux est semblable à une femme qui a perdu une pièce de monnaie et qui allume la lampe et qui balaie la maison jusqu'à ce qu'elle l'ait trouvée... Le ciel est comme cette mère de famille qui met du levain pour que le pain fermente et lève; il est comme cet homme qui fait ses semailles au printemps, qui invite des amis à la fête de sa maison, qui engage des ouvriers.... "

   L'homme et la femme qui se donnent la main dans un serment à la face de l'Eglise ont joint leur prédestination dans une grâce désormais commune et mutuelle.

   Quand l'homme dit à la femme et quand la femme dit à l'homme :" Je t'accepte" , ils sont devenus les artisans de leur grâce et de leur sainteté.  Je t'accepte pour te sanctifier dans ton amour par le mien, dans la fécondité de notre chair unie, dans le lieu de notre maison. Ce n'est pas seulement la foi, c'est une foi qui sera fidélité mutuelle et confiance unie au Dieu qui les joint: ce n'est plus seulement l'espérance, c'est une providence conjointe de la paternité et de la maternité; ce n'est plus seulement la charité, c'est l'amour de l'autre devenu plus prochain à soi que soi-même dans une destruction surnaturelle de l'égoïsme.

   Au jour de leurs noces, les époux ont reçu tout l'équipement de leur sainteté, mais d'une sainteté de l'amour et de la fécondité dans leur maison.

Le père, la mère, l'enfant : ce sont les trois espèces visibles, efficaces et durables de la grâce du mariage chrétien. Les époux furent ministres et continuent d'être les artisans de leur sacrement. Leurs fidélités muettes et les dévouements prodigieux de leur amour devenu charité; leur amour qui s'est fait chair et âme d'enfant, les unissant en exigences nouvelles et dans leurs suprêmes énergies ; les tâches très humbles de la maison où une reine loyale et sublime peut se montrer maternelle même avec son époux, tout peut et doit devenir sacramentel: tout peut prolonger l'Incarnation dans l'humain le plus ineffable.

   Vous, mon frère et ma soeur, croyez à votre sacrement qui est grand. Vous ne serez ni thaumaturges, ni pénitents, ni contemplatifs, ni réformateurs, ni fondateurs d'Ordre.. Vous ne serez ni persécutés, ni bafoués, ni exilés, ni exaltés dans des tâches ardentes et victorieuses. Mais vous serez des saints. D'une sainteté ignorée et qui s'ignore, sans auréole et sans hommages, sans oeuvre que votre oeuvre de chair et de grâce.

    Consentez seulement que vos noces terrestres soient votre premier pas dans un cheminement ensemble vers la Maison des noces éternelles. Domestici Dei.

 

+ rp Audet . op

 

  

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 11 Juin 2017

 

je n'ai trouvé que ça pour caractériser un plouc ! mais bon. pourtant quand j'en vois je me sauve .  sauve qui peut !  ça se prend pas pour rien tous ces gens..

y en a même dans les ploucs leurs gosses ils vouvoient leurs parents dis-donc!  dans les milieux trads surtout...

" mère est-ce que vous autorisiassesse  que je nettoyasse  votre maison !  que je crêpassasse  votre chignon ! burk ! ... eh oui hélas ça existe encore . !  souvent des petites gens qui se croient issus de la haute bourgeoisie .. il faut bien se donner un genre, même si madame fait des ménages aux fins de mois difficiles,  avoir une certaine notoriété dans ce monde. faire croire qu'on est quelqu'un .. famille plouc arrivera toujours en retard à la messe, même habitant tout à coté pour se faire remarquer , le sens de l'autre très limite enfermé dans son univers étriqué  etc.. 

bon ce serait de la haute parfois, .. je comprendrai ..  moi, on m'aurait imposé  ça je me serais sauvé de la baraque. Tout à base de formalisme de conformisme surtout, pour éviter d'avoir des sentiments d'affection .  mettre une barrière par une espèce de dictature imposée. Ich bin der Pacha .

j'aurais fugué, devenu réac par réaction. ! vouvoyer mon père il aurait pu manquer que ça tiens..!   et pourtant notre lignée est d'une très  grande noblesse. Dans les très grandes familles, le vouvoiement parents enfants  est un rituel transmis de générations en générations, mais dans les très grandes familles seulement. Une certaine élégance, comme une monarchie instaurée et héritée . mais

N'est pas très grande famille qui veut.  On peut-être très grande famille aussi sans avoir un de devant. Financièrement il faut en avoir les moyens. Quand on a les moyens oui des choses qui passent facilement et qui ne heurtent pas.  Quand on n'a pas les moyens ça n'a franchement aucun sens.  ça fait vraiment plouc.  On peut avoir aussi un "de" et être plouc! ça arrive.  c'est aussi puant. faut le faire pour vivre avec, à moins d'avoir une carapace solide et imperméable.

J'ai connu comme ça une très grande famille du bordelais. Les enfants faisaient même le baise-main à leur mère,  mais c'étaient des châtelains. Fallait voir le château dans le Gers, des moments inoubliables.  ! la première et seule fois où j'ai fait le baise-main à une dame .  Ca devait s'imposer sans doute.

là oui.

les ploucs c'est quelque chose que les russes ne connaissent pas.  Une espèce pas en voie de disparition. ça ne doit pas se traduire en russe.

..Simon, oui de la très grande noblesse parce que de la très grande éducation.  Des choses qui se voient et qui se sentent. Enfin de compte la généralité du plouc, c'est qu'il n'a pas d'éducation quand tout ne lui est pas dû et qu'il ne doit rien à personne.

les goûts et les couleurs.... !  à chacun son univers à chacun son plouc !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 11 Juin 2017

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 10 Juin 2017

L’image contient peut-être : 4 personnes, intérieur

"Incroyable, 1 ère place !!! Je n'arrive pas à croire que ces 7 jours passés si vite, n'arrive pas à croire qu'aujourd'hui était le dernier jour de la " marche vers la maîtrise de la concurrence à St. Petersbourg ! Je suis heureux, que je pouvais faire partie de cette incroyable compétition,"  traduction du russe, pas toujours extra.

Image associée

  

je savais bien que t'étais un grand pianiste. Garde cette simplicité, cette humilité  et cette gentillesse. C'est ce qui fait ton charme. bravo Simon. quelles belles photos. Merci mes petits soleils, toujours prêts à vous dire merci, à être étonnés de l'attention qu'on leur porte, à répondre à vos souhaits, à vos petits mots, ça change. et pourtant on est pas tout seul . avec plus de 600 amis;  étonné même qu'il me réponde.. alors que certains ici on peut leur envoyer des messages, c'est le mépris, - le mépris du bas ce qu'il y a de pire - ce ne sont pas des ploucs ,   quelle belle éducation tiens . sont pas tous comme ça faut pas croire. parfois le succès leur monte à la tête, imbus de leur personnage quand ils ne sont pas achetés par des sociétés de disques.. . Mais lui c'est un cas. En général dans tous  les petits ça va ... rien que le fait d'être étonné de son succès, ça prouve beaucoup de chose. au moins on ne regrette pas de donner de son temps pour eux.

. good luck  Simon ! et encore toutes mes  félicitations. trop gentils tout ça   dixit que l'enregistrement n'était pas le meilleur.. mais bon , bon pour la Salle Pleyel à Paris non mais.  merci pour ces échanges si chaleureux. ça remonte le moral tu sais...

super beau tous ces petits !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0