Publié le 26 Avril 2018

le même ciel qu'ici !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Avril 2018

site internet .

je me suis fait des amis au moins ! danke schön.

 

willkommen zurück und genießen Sie Ihren Urlaub! Glückwünsche

Né le 13.11.2003 à Laufen BL, Suisse, Anatol commence à jouer du violon avec sa mère à l'âge de trois ans. Son papa est philosophe.  des gens équilibrés quoi. une famille comme on aurait aimé avoir eu.

2008-13 il vit en Espagne (La Palma/Canaries et le Pays Basque), où il donne aussi ses premières représentations publiques et concerts, - quelqu'un de bien quoi ! - Ongi etorri à Anatol! je me disais aussi qu'on  avait quelque chose en commun..

Depuis octobre 2013, il vit avec sa famille près de Berne et reçoit des cours du Prof. Barbara Doll (Académie de musique de Bâle).

Depuis 2017, il a également reçu des leçons supplémentaires de György Pauk à Londres (Royal Academy).

 

 

 

 

une vie d'artiste !

 

   On imagine différemment une usine de talents - mais dans la maison cosy de la famille Toth à Milken près de Schwarzenburg, un vent particulièrement créatif souffle. Dans le salon à panneaux de bois se trouve un piano, bien en évidence au milieu de la pièce un pupitre de musique et - à ne pas négliger - un étui à violon.

Le violon est prêté à Anatol Toth et l'accompagnera au Concours Menuhin à Genève du 12 au 22 avril. Anatol, 14 ans, l'un des deux Suisses, s'est qualifié pour participer à la compétition internationale. Plus de 300 jeunes violonistes du monde entier se sont inscrits au concours. Combien d'heures par jour pratique-t-il pour se préparer ? "Pas tant pour l'instant, mais en général trois heures par jour", dit le musicien calmement.

Dans la langue de la musique à la maison

Le don musical d'Anatole a déterminé son parcours depuis sa plus tendre enfance. Il a commencé à jouer du violon à l'âge de trois ans et, dès le début, il s'est senti chez lui dans la langue de la musique. Ses parents Pedro et Judith Toth nous racontent comment il a écouté, imité et critiqué divers enregistrements de pièces quand il était jeune garçon : "Anatol a immédiatement saisi le spécifique dans diverses interprétations. "Sa propre opinion sur l'expression musicale est venue naturellement."

Lorsqu'il pratique, sa musicalité se met parfois presque sur son chemin, dit Anatol et sourit malicieusement. Parce que : "Tout d'abord, je dois déchiffrer les notes et reconnaître ce que le compositeur voulait vraiment". Le travail sur l'intonation et les bases techniques est ce qui est au début. Plus tard, le travail de détail et le raffinement de l'expression viendraient : "Pratiquer à la perfection exige beaucoup de discipline. "Laisser mûrir une pièce, par contre, prend beaucoup de temps."

Les explications factuelles d'Anatol sur ses techniques de pratique et son dévouement musical font presque oublier qu'il est un jeune dont les contemporains ont des choses complètement différentes en tête. Il semble étonnamment mature quand il parle. Il y a une énergie de jeunesse à ressentir, mais en même temps un calme extraordinaire. Pendant la conversation, il semble très concentré, il répond aux questions avec soin et avec des mots soigneusement choisis.

Anatol Toth et ses deux sœurs ne vont pas à l'école. Ils sont enseignés à la maison. Cela leur permet d'avoir beaucoup de temps pour d'autres intérêts que la musique. "J'aime particulièrement travailler dans le grand jardin ", dit le jeune homme.  (on va y aller se reposer, dans la campagne suisse verdoyante avec des memeus qui  font du chocolat  ! )

Mais son agenda lui fixe aussi un certain nombre de dates : Plusieurs fois par semaine, il fait le voyage de plusieurs heures jusqu'à Bâle. Depuis trois ans et demi, il est protégé de Barbara Doll à la Hochschule für Musik de Bâle. En outre, il participe régulièrement à des master classes et à des concours qui se déroulent souvent à Hambourg, Londres ou Nuremberg.

Menuhin Compétition comme tremplin de tremplin

"Le long chemin est le prix à payer pour le fait qu'il est difficile dans le système des écoles de musique et des universités suisses de trouver le bon navire pour la promotion de talents comme Anatol", dit son père Pedro Toth. Anatol est à l'âge où les gens vont normalement à l'école de musique, mais musicalement, il a depuis longtemps atteint le niveau universitaire. "J'aime être à l'université, où je peux être inspiré par des musiciens du même niveau ", dit le garçon.

Dans les structures données, il est difficile d'émerger de la chambre tranquille en tant que jeune talent aux yeux du public. Anatol considère le Menuhin Competition comme un tremplin prometteur. Bien sûr, son but est de pouvoir jouer avec de très grands orchestres. Mais être admis au concours signifie encore plus : " L'approche du Concours est unique. De nombreuses activités - physio, classes de maître ou événements sociaux - ne sont proposées qu'à ceux qui n'atteignent pas la finale. Et tout le monde dîne toujours ensemble à midi." Une approche qui favorise le sens de la communauté comme contrepoids à la concurrence.

Les morceaux répétés pour le concours Menuhin sont assis. Néanmoins, Anatol travaille chaque jour sur les moindres détails, ce qui exige beaucoup de discipline et de persévérance de sa part. "Je peux puiser ma patience dans mon enthousiasme pour la musique, dit-il. Mais avant le concours, il réduit consciemment le temps de pratique "pour que je puisse ensuite jouer les pièces sur les préliminaires concertante avec une émotion nouvelle". Les préparatifs de la compétition ne sont pas la seule chose qui l'occupe actuellement.

 

champion d'échecs !

Quels sont ses autres projets ? D'ailleurs, il dit qu'il participera aussi à la finale du championnat suisse d'échecs en mai. Beaucoup d'habileté pour un garçon qui dit de lui-même qu'il travaille autant sur lui-même qu'il aime ça. Je suppose que c'est ce qu'on appelle le talent.

source

le petit Placide aussi joue aux échecs , mais c'est pas les mêmes.. sont cruels les miens.

autre point commun, papa Peter  grand photographe... !

et voilà ! à 990 kilomètres d'ici on se croirait au pays Basque d'ailleurs, à part les maisons. 

.. Vous savez je crois n'avoir jamais reçu autant ! on reste en contact de toute façon , ça change des ploucs d'ici ! ça faisait depuis longtemps que ça ne m'était pas arrivé, se sentir heureux, en famille  ! sans compter votre  histoire qui m'a profondément bouleversé. comme me disait le père Abbé  ;" ceux qui sèment dans les larmes, moissonnent dans la joie  !"à ce qu'il parait !

autre point commun.

 

"avec les remerciements Anatol's family au petit Placide pour la traduction !"

l'hiver, chez Anatol ! autre point commun il aime les petits chats.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Avril 2018

Ce livre est destiné aux adultes et adolescents. Les chapitres se succèdent par ordre alphabétique et offrent au lecteur des centaines de pensées profondes, facétieuses parfois, sur les thèmes suivants : l’amour, la vie, la maladie, la mort, le mariage, la peur, le diable, l’écologie, la solitude, la paix,…

 

Ces bons mots s’enchainent les uns les autres et s’enracinent dans le trésor de la foi catholique, à l’ombre de la spiritualité monastique. Ceux qui ont soif d’absolu trouveront là des portes d’entrée accessibles et sûres.

 

Extrait de la préface :

“Il est des livres qu’il faut lire de A à Z. Il en est d’autres où l’on picore ici ou là selon la couleur du temps. « DIEU SEUL, Alphabet incomplet » est de ceux-ci. A travers les lignes, Guillaume d’Alançon partage avec nous des réflexions écrites au jour le jour au gré des circonstances et sur des sujets aussi divers que Dieu, l’Eglise, la vie spirituelle et la vie morale, la famille, le mariage, la maladie, l’histoire… Joies, peines, moments de paix ou de combat vécus à la lumière de Dieu suscitent une pensée jetée sur le papier.L’alphabet que nous offre Guillaume d’Alançon est tel qu’il ne sert qu’à prononcer un seul mot en tout temps, en tout lieu : « AMOUR ».”

+ fr Jean Pateau abbé de Notre-Dame de Fontgombault

source

ça a plu à la pravda beige  ! ..

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 26 Avril 2018

A Lourdes, les cierges que vendent les commerçants ne sont plus adaptés aux nouveaux brûloirs inaugurés le 4 avril dernier.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Avril 2018

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 25 Avril 2018

 

 

 

beauty will save the world !

 

il doit pleurer aussi quand c'est trop beau ! rarement vu si beau ..

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Avril 2018

 

Les séminaristes de la communauté Saint-Martin, de vrais supporters de foot !

Des séminaristes en tribune pour soutenir le Stade Lavallois

Parmi eux, certains se sont fait remarquer en encourageant sans vergogne les Tangos : des séminaristes de la communauté Saint-Martin d’Evron (Mayenne).

Pour l’occasion, ils avaient même déployé banderoles et drapeaux avec l’emblème de leur communauté et les couleurs du Stade Lavallois ! Sympa… mais il n’y a pas eu de miracle puisque les deux équipes se sont quittées sur un match nul (1-1).

source

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 24 Avril 2018

 

Saint Expedito est connu comme le saint qui n'échoue jamais quand le désespoir, l'urgence et l'impossible surgissent.

L'expression "Merci, Saint Expedite, pour les faveurs reçues !" est assez commun pour les habitants du pays. Il est courant de voir des défilés et des affiches dédiées à cet intercesseur.

St. Expedite n'apparaît pas dans le Martyrologe romain, qui est le livre ou le catalogue où tous les saints et martyrs reconnus par l'Église catholique sont enregistrés, avec les dates de leur célébration festive. Mais cela ne l'empêche pas d'avoir des milliers de fidèles dans le monde entier.

Bien que ce martyr ne figure pas sur la liste des saints, il est accepté comme un saint traditionnel. L'Église l'a reposé parce qu'il savait très peu de choses sur lui, c'est-à-dire qu'il est inscrit comme une légende, mais l'Église ne dit pas qu'il n'existe pas. Sainte Bridget et Sainte Nicée de Jésus sont deux cas similaires.

Avant le neuvième siècle, il n'y avait pas de processus de canonisation comme c'est le cas maintenant, de sorte que chaque diocèse planifiait ses festivités selon sa convenance. Pendant plusieurs siècles, les fêtes locales ou particulières sont devenues une tradition et ont été célébrées par l'Église.

Une dévotion sans frontières

Comme l'explique le Père Ángel Arévalos, curé de la paroisse de La Encarnación, la principale dévotion à Saint Expédit  se trouve à Buenos Aires, en Argentine. Son sanctuaire est situé dans la ville de Bermejo, dans la province de San Juan, où l'actuel pape François était évêque.

"Dans les années 1930, il est dit qu'Expedito était un militaire très puissant et prospère qui a tout quitté pour continuer la mission d'évangéliser. On lui accorde le patronage des cas difficiles, judiciaires, malades et mariés ", explique-t-il.

Dans d'autres cas, le passage des années et l'absence de dévots ont fait effacer certains saints du livre des saints, explique le Père Ángel Arévalos, qui a fait des recherches approfondies sur Expedito.

Cependant, le fait qu'il ne figure pas sur la liste des saints ne signifie pas que l'Église nie son existence ou le pouvoir de son intercession.

source

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 24 Avril 2018

 

Se prepara en Valladolid, España, simposio que reactiva proceso de canonización de Isabel la Católica


 

La cause de béatification de la reine Elizabeth I de Castille, connue sous le nom d'Isabelle la Catholique, a commencé en 1958 dans l'archidiocèse de Valladolid, en Espagne, en raison du décès de la Reine. La cause a terminé sa phase diocésaine en 1972 et est depuis lors à Rome pour examen par la Congrégation pour les causes des saints. Jusqu'à présent, il n'y a pas d'avis définitif de la Commission Théologique et si cette étape devait être surmontée, elle resterait à l'examen de la Commission des Cardinaux et Prélats, qui recommanderait au Pape une éventuelle reconnaissance de l'héroïcité des vertus et leur déclaration comme Vénérable.

source.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 24 Avril 2018

Jacques Forestier  (Canada ) et le grand chef d'orchestre de Londres.

 

merci pour ton amitié ! thank you for your friendship. bonne continuation. good continuation. autre révélation 2018 . Seule la musique réussit à faire ça. Amusant, il n'y a pas eu de piano spécial pendant tout ce temps; Au mois de mai ! Quel mois d'Avril. ! On a oublié les misères.. j'aime beaucoup cette photo, plein de simplicité et de gentillesse.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0