Publié le 13 Octobre 2018

 

Thank you for your kindness,such kindness for me !

 

it feels good for morale!  Hello to Prince Philip ! I kiss both of you. y a des gens bien, faut pas croire,  you have to show the world that there are other things than horrors! Thank you for your birthday wishes! I give you a big hug!

 
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 13 Octobre 2018

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 12 Octobre 2018

 

 

 

merci ! protégez tous mes petits , mon plus beau cadeau.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Octobre 2018

 

 

 

 

 

au moins mes petits ramènent  à d'autres réalités vraies, sensibles, et intelligentes! non mais sans blagues ! en dehors c'est devenu un monde inhumain de doctrine,  tellement insipide et sans âme à vous dégoûter de la religion. de la messe, de tout;  mais aussi, le virtuel peut devenir plus vrai que le réel, j'en ai eu la preuve hier...

La télévision, l’internet, sont nos sycomores. Ils nous permettent de rencontrer des réalités rendues étrangères par la distance du temps, du lieu, par les obstacles matériels. Telles des vaches regardant passer un train, l’homme peut se contenter de la vision superficielle offerte par les médias et renoncer à exercer ses capacités de connaître en profondeur la réalité, de la juger en rapport avec le sens de la vie.
Les médias ne seraient- ils pas le moyen facile utilisé par la société pour détourner l’homme de trop penser à sa destinée, afin de mieux profiter de lui ?
Par quelques mots, Jésus bouleverse la vie du grimpeur :
« Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »

dom Jean Pateau

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 12 Octobre 2018

bravo Maxime ! Portugal, normal !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

 

pour Vladimir, Jacques et Philippe

 

 

 

 

les meilleurs ! je me disais aussi ..pas étonnant qu'il soit aussi  sympa . heureusement pas de cartes bleues sur leurs sites ! on ne ferait que ça.. pour une fois que ça servirait à quelque chose de bien ...

may the Blessed Virgin protect you and yours ! au moins tous les 3 on a un idéal commun .. my prayers for you !

Violinist Extraordinaire! 13 ans.

site internet .

Né ce 11 Octobre,  dans une famille de musiciens, Jacques Forestier, treize ans, a commencé à jouer du violon à l'âge de deux ans sous la direction de sa mère Marie Forestier et a depuis enchanté les auditoires à travers le Canada avec sa passion pour la musique et son amour du spectacle.

Jacques a remporté de nombreux prix et bourses d'études, dont la plus récente première place aux finales provinciales de l'Alberta et aux finales nationales des Concours de musique du Canada à Gatineau, au Québec.   Jacques a été récipiendaire de la bourse du Fonds Winspear en 2016 et 2017.

En mars 2015, Jacques se produit au célèbre Carnegie Hall de New York dans le récital du lauréat du Concours international American Protégé.  Dans le cadre de la saison 2016 de la série de récitals d'Edmonton, Jacques a partagé la scène avec deux des meilleurs violonistes du Canada, Jonathon Crow et Andrew Wan, violon solo des orchestres symphoniques de Toronto et de Montréal.

En juin 2016, Jacques a fait ses débuts avec l'Orchestre symphonique d'Edmonton sous la direction du maestro Bill Eddins. Jacques a également été soliste avec l'Alberta Baroque Ensemble, l'Edmonton Philharmonic Orchestra et l'Edmonton Youth Orchestra.

Jacques a été invité par Pinchas Zukerman à participer au Programme des jeunes artistes du Centre national des Arts à Ottawa. Il a également été accepté avec une bourse d'études complète pour étudier au programme Morningside Musicbridge qui a eu lieu au New England Conservatory à Boston Mass.

Jacques a eu la chance d'étudier avec des instructeurs de classe mondiale tels que Ian Swensen, Andres Cardenes, Midoro Goto, Ida Kavafian, Thaduesz Gadzina et Pinchas Zukerman.

L'an dernier, il a été demi-finaliste à l'émission de télévision "Virtuose" de CBC Radio Canada.

Étudiant actuellement avec William Vander Sloot, professeur réputé de l'Université Mount Royal à Calgary, Jacques fait également partie de leur programme Honours Academy pour les jeunes surdoués.

Au début de l'année, Jacques a remporté la deuxième place au C.D.A. Young Artists Competition à Spokane, Washington.

en avril 2018, Jacques était à Genève, en Suisse, pour participer au concours international Yehudi Menuhin.

 

 

the best !

the same year, the same time!

 

 

 

 

 

thank you all for all your warm wishes! Truly spoiled today. I kiss you all. you're the best! I really had a lot of kindness !!! if it hadn't been for all my little ones, I would have dropped everything!

Philippe .

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

" Et Dieu essuiera toutes larmes de leurs yeux."

 

    Et ce sont là les images définitives qui doivent rester dans l'esprit du lecteur . En envoyant aux églises sa terrible prophétie, Jean ne leur a souhaité que " la grâce et la paix "; car les épreuves qu'il leur annonce, et qui ne seront pour eux un danger réel que s'ils sont timides et lâches, le voyant veut  qu'il les considèrent toutes dans la tendre et radieuse lumière, qui s'épand du trône de miséricorde où siègent Dieu leur Créateur et l'Agneau leur Rédempteur.

   L'infaillible victoire de Dieu, ce sera la victoire de ses saints. Leurs prières continuelles pour que son Règne arrive amènent, comme cause seconde, l'avènement du Verbe triomphateur qui aura raison des Bêtes et du Dragon. Pourtant elles n'empêchent pas le déchainement de maux effroyables. Mais ce sont les soubresauts d'agonie du Dragon vaincu dès le premier avènement du Christ.  Bien plus, Jean a osé communiquer (ch. VIII,3-5) une vision étrangement dramatique, dont le sens est que les fléaux destructeurs sont le premier résultat des prières réclamant le règne de la paix divine.  Ce sont les charbons de l'encensoir céleste, oui, du même encensoir qui a dégagé le parfum irrésistible des prières terrestres,  ce sont ces charbons qui, jetés sur la terre, la marquent pour les ravages que vont évoquer les sonneries de trompettes angéliques, - trompette du jugement continu au long de l'histoire; Singulière contradiction à première vue. Mais on peut comprendre. Que demandent-ils les "saints", sinon que le Règne du Christ arrive? " Viens, Seigneur Jésus!" et vienne avec Toi le bonheur, pour le temps et l'éternité! D'avance, ils acceptent toutes les conditions que la Sagesse infaillible de Dieu sait les mieux appropriées à l'arrivée prompte et intégrale de ce Règne, fussent-elles incompréhensibles à leur humaine raison.

   Or, il y a des obstacles, l'opposition irréductible des Bêtes et de leurs adorateurs obstinés, qui doivent d'abord être abattus; il y a même dans les meilleurs âmes, des barricades secrètes dressées contre le progrès de la grâce , que seule fera tomber la lumière qui jaillit des épreuves . Dieu va au plus court pour combler les désirs des siens. C'est pour cela qu'il laisse Satan exciter ces bouleversements où les agents du mal se heurtent et sont détruits les uns par les autres; Babylone, c'est-à-dire la domination de la Rome païenne, le grand ennemi au Ier siècle, sera mise à mal par d'autres suppôts de la Bête qui grandiront à ses dépens, et c'est un présage de ce qui arriva toujours au cours des âges.  Jusqu'au jour où le glaive du Verbe (ch. XIX) qui est surtout la prédication évangélique, détruira les Bêtes elles-mêmes, qui symbolisent tout le dynamisme infernal . Cette victoire sera complète au temps de la Parousie, ou Second Avènement. D' ici là, les horreurs et les calamités peuvent sembler ne faire autre chose qu'exaspérer les péchés et les blasphèmes des hommes, et préparer malheur après malheur. L'Eglise en souffre dans sa chair, dans ses enfants, pourtant elle passe toujours vivante au milieu des désastres, et le spectacle de cette durée indestructible Ch.XI: l'activité et la résurrection des deux Témoins), plus efficace que n'ont été en eux-mêmes les châtiments, agrandit toujours son empire en extension ou en profondeur. Viendra le temps où la moisson du genre humain sera mûre à point (ch. XIV , 15-16) pour que se produise la résurrection bienheureuse de tous les élus.

   Quand viendra-t-il ce jour ? Dieu le sait. Les fidèles acceptent ce plan de Dieu, avec toutes ses conditions, et prient sans cesse pour qu'il se réalise exactement comme Dieu l'a établi.

   Heureux celui qui sait et accepte cela! Déjà il possède "l'étoile du matin" (ch. II, 28; XVII, 16) , il voit poindre et grandir l'aurore; il entend Jésus frapper à sa porte et demander accueil à sa table (ch. III,20), il prend conscience du "nom nouveau" que connaît seul son heureux porteur (ch. II, 17), et goûte secrètement, adoucissant toute amertume personnelle ou publique, les fruits de l'arbre de vie (ch.  XXII, 17) Aussi , quoi qu'il arrive sur le plan terrestre, il attend dans la confiance. 

   Telle est la leçon de l'Apocalypse. Il n'y en a point d'autre, parce qu'elle suffit à ceux qui ont une foi vive. Jean a écrit sa rude et tendre prophétie pour soutenir leur courage :

" Heureux celui qui lit et qui entend" (ch.1,3) .

 

R.P. Bernard Allo O.P

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

     Comme en toutes les grandes crises de l'histoire européenne, bien des regards fébriles se remettent certainement à parcourir les pages de l'Apocalypse, en s'efforçant de lire entre les lignes inspirées. Ces croyants inquiets s'adressent mieux, il va sans dire que les incroyants crédules qui courent aux astrologues, médiums ou cartomanciennes. Mais s'ils veulent que la prophétie leur révèle quelque chose des desseins de Dieu sur notre monde ébranlé, il ne faut pas qu'ils la consultent dans le même esprit que ceux qui vont aux charlatans.  Et tel serait leur cas s'ils prétendaient arracher à saint Jean des informations détaillées sur les secrets de l'avenir immédiat.

   L'Ecriture nous a été donnée pour nourrir la foi, et le courage qui en découle, non pour satisfaire des curiosités , si tragiquement pressantes qu'elles puissent être, touchant des évènements temporels.

 

 

... La foi, ce don de Dieu qui nous fait connaître avec certitude l'invisible et l'indémontrable, est une connaissance assurée, mais obscure, qui accepte le mystère en le laissant à l'état de mystère, qu'il s'agisse du gouvernement divin aussi bien que de la Trinité ou de l'Incarnation .

Vivre de la foi, c'est , sous un aspect, marcher avec confiance au milieu des nuages les plus menaçants et les plus opaques qui entourent l'existence terrestre, soutenu par la conviction que toutes choses tournent nécessairement au bien de ceux qui aiment Dieu, et que tout aboutira au profit le plus réel du monde,  de ce monde régi par la providence d'un Père tout-puissant, qui ne peut vouloir que le plus grand bonheur final de ses créatures.

   Plus qu'à d'autres époques, nous en convenons, on pourrait être tenté de chercher dans les évènements une réalisation très littérale des formidables allégories de Patmos. Elles portent beaucoup sur la guerre, qu'elles représentent comme le pire fléau, plus encore que la peste et la famine, fléau capable à lui seul d'exterminer un tiers des hommes, un passage d'une écrasante ironie nous montre leurs causes, les malfaisantes grenouilles (ch. XVI, 14) qui sautent de la bouche du dragon et de ses suppôts pour exaspérer leurs stupides coassements de propagande, l'orgueil , l' ambition, l'envie et la haine qui lancent rois et nations dans l'extermination réciproque.

   Et n'est-ce pas une forme saisissante du réveil de l'Antéchrist perpétuel, que l'alliance actuelle des contempteurs de la croix avec les ennemis de toute vérité religieuse?

   Oui, mais comme Notre-Seigneur l'a dit dans l'Evangile pour les calamités alors prochaines, " nondum est finis", ce n'est jamais la décisive épreuve (Mat., XXIV, 6) . L'humanité est encore trop jeune pour toucher à la crise dernière.

   De fait, au cours de l'histoire chrétienne, les prédictions les plus sinistres de saint Jean ont pu s'appliquer déjà, avec autant de raisons que de nos jours, à bien des époques malheureuses : persécutions des Césars - dont le voyant a prédit avec une étrange netteté le caractère et l'issue, cet effondrement de l'empire païen de Rome, type de toutes les puissances  tyranniques de l'avenir...etc...

    Toutes ces catastrophes ont fourni d'amples occasions aux esprits imaginatifs de prophétiser la fin du monde, ou de notre monde. Mais la révélation de Patmos n'a pas été donnée pour que ses lecteurs s'érigent d'eux-mêmes en prophètes non inspirés, lorsque "notre force" , dit le vrai prophète israélite, " est dans le silence et l'espérance."

   Cette réserve chrétienne et raisonnable ne peut empêcher toutefois notre angoisse présente de crier au ciel :" Mais enfin, le sens, le sens de toutes ces menaces, ces malheurs, ces écroulements d'espoirs ?  Il y en a un , puisque Dieu les permet... Qu'est-ce donc que Dieu nous veut? "

   L'Apocalypse donne la réponse. Seulement il s'agit de l'entendre bien . Voici ce qu'elle nous dit.

   Jean pleurait, il pleurait aussi, il pleurait en plein ciel où il avait été transporté, après qu'une vision du Fils de l'Homme lui eut fait connaître les louanges et les réprimandes méritées par ses sept églises d'Asie. Il pleurait parce que , prévoyant l'imminence d'une bourrasque de persécutions dont lui-même, l'exilé, était la victime anticipée, il lui était impossible de lever le voile de l'avenir.

   Tout autour de lui, ce n'était pourtant que sécurité dans la gloire . Sur un trône soutenu et entouré par des êtres formidables et vénérables qui sont les agents de la Providence dans la création et l'histoire, Dieu lui-même siégeait,forme baignée d'une suave lumière d'aurore sous un arc-en-ciel d'émeraude; car ainsi que le dit un vieux commentateur grec , " la nature divine est toujours verdoyante et en fleurs " .

   Mais, d'autre part, il sortait du trône " des éclairs et des voix et des tonnerres " , en contraste avec ces symboles de miséricorde. Et la main de Dieu tenait un livre, celui où sont consignés tous ses décrets sur l'avenir des hommes. Or ce livre est scellé de sept sceaux. Personne , même parmi les créatures célestes , ne peut l'ouvrir ni même y fixer les yeux. Jean se lamente de ne pouvoir en deviner le contenu. Quels jugements de salut u de colère tient-il cachés?

   Personne? Mais si; quelqu'un a surgi au milieu du cercle inabordable, il a pris le livre, il va l'ouvrir, c'est lui qui va diriger l'exécution de tous les décrets. Cet être est Jésus, l'Agneau immolé.  Alors une jubilation immense embrase le ciel et l'univers, et tout ce qui est capable de chanter chante la gloire et le triomphe du Rédempteur. Lui qui a donné sa vie pour mener les hommes au bonheur, c'est lui-même et nul autre qui a pris entre ses mains toute leur histoire future. Et il révèlera à ses fidèles ce qu'il leur est bon d'en connaître.

   Alors le coeur de l'exilé Jean est raffermi; il sait - telle est la vue fondamentale, virilement optimiste de son Apocalypse - que rien n'arrivera dans le monde sinon pour assurer le bien de l'humanité rachetée, à la gloire de Dieu et de l'Agneau.

   Dès lors , sur le double plan, céleste et terrestre, se déroulent deux séries de scènes qui sont en violent contraste . Au ciel, tout est immuable et radieux; les prières des saints y montent continuellement, elles s'élèvent comme une fumée d'encens au trône divin, et donnent l'essor à des vols d'anges radieux qui ont charge d'en réaliser l'exaucement; des choeurs intermittents célèbrent le salut qui progresse toujours . Mais sur terre, il n'apparaît cependant d'abord qu'un déchirement d'affreux malheurs, guerre, peste et famine, tremblements de terre, révolutions.  Le Dragon, le vieux serpent, ennemi du genre humain, y est tombé précipité par Michel, après la glorification du Christ; et là, invisible, il tord dans les convulsions sa queue qui a balayé du firmament le tiers des étoiles, tandis que, sinistrement visibles, ses deux suppôts, la double Bête-Antéchrist, sous la forme temporelle et la forme spirituelle y tyrannisent et séduisent l'humanité, qui adore le représentant du Dragon et blasphème Dieu sous les fléaux qui le châtient.

   L'intervention de l'Agneau immolé n'a-t-elle donc fait que précipiter la colère ? Non, ce n'est là qu'une apparence. Avant chaque série de fléaux, une vision de bon augure (le premier cavalier du chap. VI, le premier Ange du chap. XIV, ) montre que le but que Dieu poursuit à travers cs rigueurs: c'est l'établissement de son Règne, le progrès de l'Evangile, le salut des hommes. Sans doute les fidèles, au milieu des cataclysmes, souffrent comme les autres dans leur existence temporelle, ils sont même durement tentés; mais Satan ne les vaincra pas, parce qu'ils l'ont eux-mêmes vaincu (ch. XII,11) Un signe divin imprimé sur leur front les réserve pour le bonheur définitif (ch. VII)La Femme allégorique qui est l'Eglise leur mère (ch. XII), poursuivie en vain par le Dragon, demeure en sécurité dans la solitude de la vie intérieure; et ses fils, du milieu de la "grande tribulation ", se pressent déjà autour du trône céleste. (Ch. VII) mêlés aux morts déjà béatifiés, en procession ininterrompue (saint Paul avait dit déjà :" Votre vie de citoyens est au ciel " )  ils sont rangés autour de l'Agneau, face à l'armée de Bêtes, à Gog et Magog, sur la montagne symbolique de Sion (ch. XIV, XX)  ou réfugiés dans le sanctuaire du temple (ch. XI)

   Le jour viendra, il approche où " Dieu essuiera toutes les larmes de leurs yeux " dans la célébration éternelles des noces de l'Agneau avec Jérusalem (ch. VII, XX)  Et en attendant , par la vie de la grâce " résurrection première " ils règnent déjà spirituellement.

   L'infaillible victoire de Dieu, ce sera la victoire de ses saints. Leurs prières continuelles pour que son Règne arrive amènent, comme cause seconde, l'avènement du Verbe triomphateur qui aura cause de Bêtes et du Dragon.

rp Allo op +

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

 

 

Ian Maloney (violoncelle), 12 ans, est originaire de Hackensack, New Jersey et est en 7ème année à l'école Elisabeth Morrow. Il joue du violoncelle depuis l'âge de trois ans et étudie avec Madeleine Golz à la Manhattan School of Music. Il est lauréat de concours nationaux et internationaux et a été soliste invité avec de nombreux orchestres. Au cours de l'été, Ian a participé à Music@Menlo et au camp musical de Greenwood. Il aime la musique de chambre et joue du piano et de la trompette. En dehors de la musique, Ian aime les statistiques sur le baseball, la lecture et le tennis.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 8 Octobre 2018

 

Ce n’est pas vraiment le genre de job que l’on trouve en traversant la rue. Est-ce d’ailleurs un job comme un autre, voire un job tout court ? Non. Mais on recrute. Les moines bénédictins de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes (Sarthe) organisaient, ce samedi 6 octobre, une « journée découverte » à destination des jeunes de 16 à 30 ans. L’objectif : partager la vie des occupants du lieu, l’instant de quelques heures. Faut-il y voir une opération « portes ouvertes », dans un endroit aussi notoirement fermé qu’un prieuré monastique ? Un job dating au milieu d’une communauté contemplative ? Ce serait grossir le trait. Pas tant que cela néanmoins.

L’initiative s’inscrit dans une démarche nationale entreprise par la Conférence monastique de France et le Service des moniales, à l’occasion d’un synode sur « les jeunes, la foi et le discernement des vocations » qui vient de s’ouvrir à Rome, dans un contexte tendu du fait des révélations concernant les abus sexuels.

Les moines de Solesmes ont adopté les moyens de communication d’aujourd’hui pour attirer les candidats

Une centaine d’abbayes et de monastères ont prévu ainsi de lever leur clôture ce week-end. « Si vous êtes curieux, si vous voulez en savoir plus sur la vie monastique, venez ! clame le père Emmanuel Vaillant, le maître d’œuvre de la journée à Solesmes. Ce n’est pas engagez-vous et signez à la fin, car ce n’est pas ainsi que l’on devient moine. Mais si quelque chose se passe pendant la visite, si les cœurs s’ouvrent… », sait-on jamais.

le monde

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0