Publié le 11 Juin 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 11 Juin 2019

 

La mairie s’est félicitée d’avoir pu «résoudre une anomalie historique de la ville».

 
 
La basilique de la Sagrada Familia (la Sainte Famille), édifice emblématique de Barcelone imaginé par l’architecte Antoni Gaudi, a obtenu vendredi son permis de construire....
C'est l'un des monuments les plus visités d'Espagne et l'église la plus visitée d'Europe, après la basilique Saint-Pierre au Vatican.
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 10 Juin 2019

connaissais pas ! oups ... ils s'appellent tous Alexandre, quelle misère, même notre futur curé ! alalala

 

Aleksander Aniol 15 ans Asturias albeniz . splendide ! Pologne.

 

Aleksander Anioł est né à Bielsko-Biała en Pologne le 18 mars 2005. A l'âge de six ans, il a suivi ses premiers cours de guitare au Music Center associé à l'école de musique publique de Witold Rowicki à Żywiec.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 10 Juin 2019

   " Vous avez entendu, entre les doigts d'un artiste habile, chanter les cordes harmonieuses d'une harpe; vives, joyeuses, brillantes, sourdes, mélancoliques, languissantes, pleines de gémissements et de pleurs; ainsi chantent, entre les doigts de l'amour passionné, les cordes, plus riches, plus dociles, plus harmonieuses, du coeur humain.

   Sous les arceaux mystérieux qui contiennent ses battements, il s'émeut, il s'agite, il se tend, il tressaille, il bondit, il s'enflamme, il se consume, il se contracte, il languit, il se ferme, il étouffe.

   De là ces expressions des Saintes Lettres que nous retrouvons dans toutes les langues :"

Mon coeur a tressailli, mon coeur s'est dilaté, mon coeur est en joie, mon coeur s'échauffe, mon coeur s'enflamme,  mon coeur brûle, mon coeur est devenu comme une cire qui se fond, mon coeur se trouble, mon coeur a peur, mon coeur est triste, mon coeur est bouleversé, mon coeur m'échappe, mon coeur est brisé, mon coeur s'est flétri et desséché, mon coeur est mort au-dedans de moi-même  ." Vous connaissez ces cris... et au moins, vous avez su par expérience que le coeur de chair qui bat dans votre poitrine n'est pas étranger à l'amour .

   " C'est le Coeur aimant que nous honorons. Ce n'est ni l'amour en lui-même, c'est l'amour de Jésus, sous la  figure de son Coeur de chair", comme parle sainte Marguerite-Marie; c'est le Coeur de chair comme emblème.

rp Monsabré.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Juin 2019

Ils auraient pu se rencontrer il y a 75 ans, en plein débarquement, en Normandie. A cette époque, Harry Read a 20 ans, il est parachutiste. Avec ses compagnons de la 3ème Brigade des paras britanniques, il est largué, la nuit du 5 au 6 juin 1944, au-dessus de la ville de Bavent-Robehomme, à quelques kilomètres de Cabourg. Ce n'est aujourd'hui plus un inconnu: c'est lui qui, hier, est revenu en Normandie par les airs. A 95 ans, il a sauté en parachute dans la même région, comme il y a 75 ans.

Paul Golz a, lui, 18 ans. Il est Allemand. Le 6 juin 1944, il doit se rendre aux Américains. Pour lui, la guerre est finie et il l'a perdue, comme il a perdu de nombreux camarades. Chez lui, en Allemagne, la guerre n'est pas encore terminée. Il l'ignore encore mais son père a été tué par l'armée russe; une de ses sœurs, violée. Prisonnier de guerre, il est emmené en Ecosse, où il apprendra l'anglais.

Hier, 75 ans après cette journée inoubliable, Harry et Paul se sont rencontrés, pour la première fois.

"Nous sommes frères"

Cela s'est passé dans un petit café de Cabourg, à l'initiative de la chaîne de télévision britannique Channel 4.

Je suis très heureux de vous voir et de toucher votre main ", déclare rapidement Harry, devant l’air amusé de Paul. "Autrefois, nous n’étions pas du même côté mais nous sommes des partenaires de la reconstruction du monde." "Vous et moi, nous sommes pareils", lui répond alors Paul.

Harry s'était-il imaginé rencontrer un soldat de l’autre camp ? "Pas à cette époque", concède Harry. "Même si mon bon sens me disait qu’il y avait des gens très pacifiques en face, qui étaient souvent réduits au silence."

Que conseille Paul aux jeunes générations ? "Regardez les cimetières, avec tous ces gens qui sont morts pour nous. Cela fait 75 ans que nous vivons en paix, gardez cette paix intacte."

En se quittant, Paul a alors déclaré: "Maintenant, nous sommes amis". Une phrase à laquelle Harry a répondu: "Nous sommes plus que ça. Nous sommes frères." 

source

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 9 Juin 2019

 

"Mais est-il bien nécessaire de réclamer la venue de l’Esprit ?

La connaissance nous arrive par des médias tels que la télévision, l’internet... Concurrents de l’Esprit-Saint, ils peuvent établir leur demeure en nous au point de susciter un besoin irrépressible. Le clinquant des connaissances variées et superficielles éblouit l’intelligence. À côté, la connaissance profonde de Dieu, de quelques personnes proches, fait pâle figure.

Reste-t-il donc une place dans les cœurs ainsi ballottés au gré de la sensibilité, des nouvelles, des sondages, pour une vraie demeure : un lieu stable, un lieu fondateur, un lieu dont la vie tire son arôme ? Et si place il y a, de quelle place s’agit-il ? Un taudis quasi inaccessible, enfoui sous les ronces de nos lâchetés, ou un palais immense aux lumineuses et larges pièces ?

Ni la télévision, ni l’internet n’édifient notre être selon l’Esprit-Saint, ni ne font fructifier en nous ses dons. Telles des herbes envahissantes, ils colonisent plutôt la place qui lui revient.

Pour attirer le Saint-Esprit, commençons humblement à pratiquer les fruits qu’il veut magnifiquement accomplir en nous. "

Alors que nous nous lamentons de la situation des chrétiens dans nos pays, souvenons-nous de cela. Pouvons-nous discerner en nos familles les signes de l’Esprit ? Travaillons-nous vraiment à y instaurer le règne de l’Esprit, afin que soient rénovée la face de nos familles, de nos communautés, de la terre ? "

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Juin 2019

 

 

in memoriam

dom François Henry

5 juin 2012

+

La Pentecôte est la fête de l'été de la nature. Le ciel a vraiment versé sur la terre l'esprit de vie. La vie s'épanche en torrents de lumière et de chaleur, elle ondule avec les épis dorés des moissons, elle se balance avec les branches chargées de leurs fruits; elle verse dans le vert feuillage des "roses de la Pentecôte" la pourpre de leurs fleurs, semblables à des langues de feu tombées du ciel. La terre mûrit ses trésors, elle prépare un riche festin , partout la vie déborde. Le peuple des chantres ailés et les rossignols gazouillent; les arbres de la forêt, s'inclinant au souffle de la brise, bruissent et semblent se parler comme dans un rêve. - C'est la nature qui célèbre la Pentecôte.

   La Pentecôte est aussi la fête de l'année ecclésiastique.

    A travers l'horreur et les tempêtes de l'hiver, le Soleil de justice nous est apparu; à Pâques, il s'est levé dans sa gloire, à l'Ascension, il a atteint le zénith, et maintenant nous recevons le fruit de son avènement et de son activité: il nous envoie l'Esprit-Saint, pour qu'il demeure avec nous et y achève son oeuvre. Oui, l'Esprit-Saint est le fruit merveilleux de la vie et des souffrances de Jésus; il est la réalisation et la consommation de toutes les promesses; son oeuvre est de recueillir la moisson des champs de la vie nouvelle,  que le Sauveur a ensemencés et cultivés.  Le dernier âge du monde appartient Saint-Esprit.

 

   Les solennités de la fête de l'Ascension sont terminées: les cloches du soir ont cessé leurs joyeux accords. Nous sommes en esprit avec les disciples sur le mont des Oliviers, épiant encore, mais en vain, un reflet de la gloire du Sauveur. Jésus est entré dans le ciel; il a disparu à nos regards. Il ne nous reste qu'à descendre de la montagne pour attendre, suivant sa dernière recommandation, dans le silence et la paix du Cénacle, la promesse du Père, le Saint-Esprit.

   Ce sont les jours de la préparation dans la retraite; c'est la grande vigile de la Pentecôte, la neuvaine à l'Esprit-Saint.

   Ils s'en retournèrent  à Jérusalem et étant entrés dans la maison, Pierre, Jean et les autres apôtres montèrent dans le Cénacle, et tous persévérèrent en un même esprit, en prières avec les saintes femmes, et Marie, Mère de Jésus, et ses frères.

   Visitons souvent en esprit la paisible demeure du Mont de Sion. Là, le silence et la paix règnent partout; comme dans un cloître, tout y respire le recueillement et la solitude. On y parle très peu, on y prie beaucoup. Combien de fois les habitants de cette sainte demeure ne sont-ils pas réunis dans le Cénacle doucement éclairé, pour prier en commun et chanter les psaumes. Leur méditation se prolonge des heures entières; comme un encens d'agréable odeur, leur oraison et leur ferventes aspirations montent au ciel. De tous les coeurs, de toutes les bouches s'élèvent continuellement des prières dont les sentiments sont ceux sans doute analogues à ceux qu'expriment si bien le Veni sancte Spiritus et le Veni Creator Spiritus.

   Entrons donc en esprit dans cette sainte assemblée; unissons-nous à eux; à leur prière joignons nos pauvres prières, afin qu'elles soient plus puissantes et que Dieu les écoute plus favorablement.

   Offrons à l'Esprit-Saint, pour l'Eglise d'aujourd'hui, la prière et les supplications de cette première église chrétienne. L'Eglise, d'ailleurs, nous la retrouvons là.  Depuis les jours des apôtres , le Cénacle n'est jamais demeuré vide. Dans tous les siècles, les générations chrétiennes ont aimé à se réunir en esprit dans le Cénacle pour s'y préparer à recevoir l'Esprit-Saint.

   Cette neuvaine , c'est l'Eglise redoublant sa prière pour appeler l'Esprit-Saint et le donner au monde.

   Associons-nous donc à cette oeuvre!

   Rangeons nous au nombre de ces belles âmes ! Quel honneur pour nous de prier en union avec ces dignes représentants de l'Eglise! Quel puissant motif d'espérer que nous serons exaucés , puisque, par cette union nous suppléons si bien à notre indignité et à notre insuffisance! Du moins, prenons notre part à cette oeuvre!

   Les besoins sont si grands, et les circonstances si difficiles et si graves! Mais une seule Pentecôte suffit à tout.

En employant avec  piété et avec ferveur ces jours de préparation, contribuons à assurer les heureux résultats que le Sauveur se propose précisément dans cette fête de la Pentecôte.

rp Meschler sj

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 9 Juin 2019

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 9 Juin 2019

 

Les premiers portraits officiels des enfants de chœur

source

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 8 Juin 2019

Rédigé par Philippe

Repost0