Publié le 7 Juin 2019

 

 

 

requiescant in pace.

+

Monseigneur Jacolin,  évêque de Luçon avait fait sa première bénédiction à la fête de la mer,

sincères condoléances.

 

La SNSM est en deuil à la suite du décès de trois de ses sauveteurs bénévoles, lors d'une intervention, en pleine tempête, aux Sables d'Olonne.

"Cette disparition tragique provoque une immense émotion dans la famille des Sauveteurs en Mer et nous rappelle les risques que prennent chaque jour nos bénévoles, pour secourir les personnes en difficulté en mer. Je pars retrouver les membres de la station Snsm les Sables d'Olonne pour les entourer dans cette terrible épreuve"

- Xavier de la Gorce, président de la SNSM.

Après la disparition de trois sauveteurs bénévoles de la station des Sables d’Olonne, qui ont péri ce matin lors d’une opération de sauvetage à un chalutier en détresse, le président de la SNSM fait part de sa très vice émotion : « Je suis très triste et mes pensées vont d’abord aux familles, qui sont les premières touchées. La famille des bénévoles est également touchée de plein fouet par cet évènement dramatique, ainsi que l’ensemble du monde maritime, où la SNSM représente un trait d’union entre tous », explique Xavier de la Gorce à la rédaction de Mer et Marine.

Le canot tout temps Patron Jack Morisseau s’est retourné après avoir appareillé pour tenter de porter secours à un bateau en détresse, sorti en mer malgré l’avis de tempête et les recommandations nombreuses à rester au port. Pas un touriste ou un vacancier inconscient, comme les sauveteurs en voient régulièrement, mais un professionnel de la mer. « Il ne s’agit en plus pas d’un plaisancier mais d’un pêcheur. Pourquoi les gens sortent-ils avec de telles conditions ? J’ai du mal à comprendre comment on peut prendre la mer quand les prévisions météo sont aussi défavorables. On le dit tous les jours aux usagers de la mer : soyez prudents, regardez la météo avant de partir, prenez un gilet de sauvetage, vérifiez qu’il y a assez d’essence, prévenez-vous proches que vous sortez… Nous martelons sans cesse ces conseils pour leur sécurité mais aussi parce que faire prendre des risques que l’on pourrait éviter à des sauveteurs bénévoles, c’est infiniment regrettable. C’est notre langage quotidien et ce message trouve aujourd’hui, et bien malheureusement, toute sa pertinence ».

Le président de la SNSM explique qu’il faudra tirer « toutes les leçons » de ce tragique évènement. Mais, dit-il, « l’heure n’est pas à la polémique. Elle est au recueillement car toute la communauté des sauveteurs est en deuil ».

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 7 Juin 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Juin 2019

 

priez pour nous.

 

Le diocèse de Toulon a ouvert la cause de canonisation d'Anne-Gabrielle Caron. Cette petite fille a été emportée par un cancer foudroyant à l’âge de 8 ans, après une longue maladie vécue comme une véritable ascension spirituelle.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 6 Juin 2019

   D'abord, nous appelons l'Esprit Saint " Paraclet, Consolateur, Avocat".

   C'est le Sauveur qui l'a nommé ainsi. Dans la dernière Cène, il parlait de sa Passion, de son départ; les apôtres étaient tristes et abattus; le Sauveur les console, et , entre autre consolations, il leur promet de leur envoyer un autre Paraclet, un autre protecteur, c'est-à-dire l'Esprit Saint. Ce paraclet n'est pas seulement égal en nature, parce qu'il est son Esprit; sous plus d'un rapport, les apôtres trouveront en lui de grands avantages, parce que l'Esprit Saint , loin de les quitter, sera toujours en eux pour les instruire et les éclairer intérieurement.

   Tout ce que le Sauveur était pour les apôtres, le Saint-Esprit le sera également. Il leur rappellera les enseignements reçus, il leur en donnera l'intelligence, et leur en révélera les conclusions. Il les assistera dans les difficultés de leur mission, qui est la conversion du monde; il les consolera dans les  afflictions et les persécutions par une paix inaltérable, par la joie, par la prière qu'il exaucera, par l'assurance de posséder un jour le ciel. Toutes ces promesses se sont réalisées.

Quel merveilleux Paraclet!

   L'Esprit Saint remplit auprès de nous le même rôle: il est notre avocat, notre maître, notre conseiller, notre éducateur. Ce n'est pas seulement aux apôtres que le Sauveur a donné l'Esprit Saint, mais à l'Eglise tout entière.

   Donc , puisons en lui notre courage, mettons en lui toute notre confiance, consultons-le en toutes choses, suivons toujours ses exhortations et ses conseils.

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Juin 2019

 

 

 

photo sdis 17

"Au nom du ministre de l’Intérieur, je te décerne cette médaille d’honneur pour un acte de courage et de dévouement"

 

[A 11 ANS, IL REÇOIT UNE MÉDAILLE POUR ACTE DE COURAGE ET DÉVOUEMENT]


En octobre dernier, les sapeurs-pompiers étaient appelés suite à un coup de vent ayant menacé un groupe de dériveurs à La Rochelle. A leur arrivée sur la plage, ils ont rencontré Arthur, un jeune héros qui venait de sauver 3 de ses camarades :
- Le premier, en difficulté dans la houle, en dégréant son bateau afin de le ramener sur la plage
-Le second, en allant le chercher à la nage alors qu'il était entrain de dériver sur les rochers
-Et le dernier, en hypothermie dans l'eau, en nageant pour le rejoindre, puis en le hissant à bord de son bateau qui avait dessalé.
Après avoir mis en sécurité ses amis, Arthur est allé demander de l'aide au restaurant voisin, et appeler les secours.
Impressionnés par le sang-froid du jeune garçon qui n'a pas hésité à affronter la houle et le vent pour secourir ses camarades, les sapeurs-pompiers ont proposé au préfet de lui remettre une médaille pour acte de courage et de dévouement.

C'est ainsi qu'Arthur a été distingué la semaine dernière, dans la cour de son collège à La Rochelle.

hospitalité des armées.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Juin 2019

   D'abord, le souvenir de notre pauvreté. Notre pauvreté est extrême. Nous sommes pauvres, très pauvres relativement aux dons surnaturels, à Dieu, au souverain bien; nous sommes pauvres en vertus, en bonnes oeuvres, en mérites; nous sommes malades et nous souffrons d'un grand nombre de maux dans l'ordre naturel et dans l'ordre surnaturel, dans notre corps et dans notre âme; nous sommes pauvres et délaissés comme des étrangers et des orphelins au milieu d'innombrables ennemis.

   Dans cette misère, dans cette détresse, nous sommes incapables de prier comme nous le devons. Bien plus , nous ne savons point quelle est notre pauvreté: nous nous croyons riches, nous jugeons n'avoir pas besoin de secours. Est-il pauvreté plus extrême, nécessité plus pressante? Telle est la condition de l'humanité tout entière: nous sommes une grande famille de pauvres, de nécessiteux.

   Dans notre détresse, voici l'Esprit Saint, le "Père des pauvres ". Notre misère le touche; mais il nous aime à cause de notre pauvreté; il veut notre bien; il veut être notre père et en avoir pour nous les tendres sollicitudes.

   En tant que Dieu il est réellement notre Père; en tant qu'il est la troisième Personne de  la Trinité, la Personne de l'amour, il a pour attributs la bonté et la miséricorde, ou plutôt il est la bonté même, la miséricorde même; en tant que ," Seigneur " , il possède la richesse et il nous offre tous les trésors de la Divinité; le Sauveur nous a promis en lui un avocat, le père des orphelins, qui vient à notre indigence, pour veiller sur nous, pourvoir à nos besoins et nous conduire enfin dans la demeure de notre Père céleste.

   A la pensée de cette bonté paternelle de l'Esprit Saint, nous ne devons ni craindre, ni nous décourager, ni avoir de honte de recourir souvent à lui, de le supplier, de lui exposer nos besoins.

   Il connaît mieux que nous notre misère. Cette misère est l'occasion de sa gloire. Les trésors de sa richesse et de sa miséricorde suffisent aux nécessités d'un million de mondes.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Juin 2019

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 3 Juin 2019

mon site internet.

 

de papa Téo , the best.

"Thank you so much. Just now arrived home. To rest a bit. Thank you for sharing on your page. Sending you blessings."

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 3 Juin 2019

 

Pour le service de l’Église,
par le don de l’Esprit-Saint et l’imposition des mains,
Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris
ordonnera prêtres

Benoit d’ARRAS Diocèse de Paris - Communauté de l’Emmanuel
Edouard BARBEY Diocèse de Paris
Pierre Vinh CAO BA Frère assomptionniste
Bruno DELORME Mission Étrangères de Paris – Birmanie
Joseph Dominique Barly KIWEME EKWA Missionnaire scalabrinien
Martin DAREAU DE LAUBADERE Diocèse de Paris
Benoit LECLERC Diocèse de Paris - Communauté de l’Emmanuel
Emmanuel WIRTH Diocèse de Paris

Le 29 juin 2019 en l'église Saint-Sulpice

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 3 Juin 2019

 

 

Edgard Dival va rendre son uniforme pour le tablier et les pâtes de fruits. Ses collègues ne seront plus militaires mais frères à l'Abbaye de la Trappe.

 

Edgard Dival est un homme de passions. Il y a le foot, le VTT et la cuisine Pas étonnant alors qu’il ait vécu sa carrière militaire passionnément.

« Dans la gendarmerie, j’ai vécu trente années de bonheur. J’ai toujours eu la chance de travailler avec de supers équipes, j’ai fait de belles missions… »

Au début du mois, celui qui travaille au sein de lescadron départemental de sécurité routière à la gendarmerie dAlençon, a d’ailleurs reçu la médaille militaire des mains du général Frédéric Aubanel, adjoint au commandant de la région Normandie, venant récompenser ses trois décennies passées sous luniforme.

Mais voilà, le Percheron d’origine s’est « toujours dit » qu’il prendrait un nouveau virage professionnel à l’âge de 50 ans. Une reconversion qui serait liée à l’une de ses passions. Forcément.

La cuisine omniprésente

Il a choisi la cuisine qui a « toujours occupé une place importante » dans sa vie. On pourrait presque dire qu’Edgard est tombé dans la marmite quand il était petit, lorsque son père se mettait aux fourneaux.

« La cuisine, j’ai toujours baigné dedans. Et mes parents m’ont transmis quelques valeurs, comme l’importance du repas en famille. »

Avant de s’engager dans l’armée, il avait d’ailleurs obtenu son CAP Cuisine (certificat daptitude professionnelle). Et même après avoir fait le choix de la gendarmerie, Edgard n’a jamais remisé ses ustensiles.

Comme son père, c’est lui qui confectionne les repas à la maison pour sa femme Béatrice – « qui en a parfois marre de me voir tout le temps à la cuisine » – et ses enfants, Audrey et Yohann, aujourd’hui tous les deux partis du foyer familial pour leur travail respectif.

l se porte également volontaire en tant que renfort cuisine lors des camps de la gendarmerie, notamment à Fontainebleau, Beynes ou Argentan.

Invité chez un chef étoilé

« J’ai aussi donné des cours dans des écoles percheronnes et avec l’association Perche Gastronomie pendant sept ans. » Il participait enfin aux animations de la célèbre Foire au Boudin de Mortagne-au-Perche. Le tout bénévolement.

C’est d’ailleurs à cette occasion qu’il rencontre Pierre Gagnaire, élu meilleur chef étoilé du monde en 2015. Les deux hommes sympathisent et le chef invite l’Ornais dans son restaurant parisien. « J’y vais tous les ans depuis 5 ans », s’enthousiasme le Percheron.

Non pas à sa table, mais en stage dans sa cuisine. « Je ne m’occupais pas de plats difficiles, on parle quand même d’un restaurant trois étoiles ! », sourit le gendarme.

« Rencontrer Pierre Gagnaire a été une grande chance. C’est une personne très humble, qui prône la simplicité. »

 

L’Abbaye, lieu d’évasion

Et une belle ligne sur le CV dans loptique de sa reconversion. Mais Edgard nen a même pas eu besoin. Car larrivée du Percheron dans les ateliers pâtes de fruits de lAbbaye de la Trappe, nest pas liée à une classique candidature.

« Depuis tout petit, ce monastère m’a toujours intrigué. »

« Je collectionne depuis longtemps des objets de l’Abbaye, que je trouve dans des brocantes », admet-il.

« Il a d’ailleurs dans sa collection des objets que nous n’avons même plus ici », sourit le Frère Paul, son « patron » au sein du monastère.

Les frères, ils les côtoient aussi depuis longtemps. « Il y a 20 ans, lorsque nous faisions nos patrouilles dans la forêt de la Trappe avec mon collègue Jean-Paul Perreaux (Edgard travaille pour la brigade motorisée), nous ramenions les vagabonds à l’Abbaye, qui accueillait les SDF à l’époque. Et les frères nous invitaient parfois à boire un café. »

Besoin de main-d’œuvre

Voilà son ticket d’entrée pour un espace confiné, presque secret, ou en tout cas réservé en grande partie aux seuls frères qui l’habitent. Il rencontre notamment le père Abbé Dom Guerric. Et voilà que les frères proposent à l’amateur de VTT qui « connaît tous les sentiers autour de l’abbaye » d’organiser pour eux des sorties (pédestres) dans les bois. Ce qu’il accepte immédiatement.

« On échangeait beaucoup et c’est comme ça que je leur ai parlé de ma future reconversion, sans forcément penser à venir travailler ici. »

Un beau jour, ça fait tilt. « Nos effectifs sont en baisse et certains frères sont désormais trop âgés (le doyen a 99 ans) pour confectionner les pâtes de fruits ou pour entretenir les 130 ha dont nous disposons pour nous nourrir », explique le père abbé. « Nous avons besoin de main-d’œuvre. »

« J’ai donc proposé mes services et l’idée a été soumise à tous les frères », explique Edgard. Car ici, « toutes les décisions se prennent de façon collégiale, lors de nos conseils », précise le religieux.

Artisan gastronome

Les frères acceptent le gendarme pour sa reconversion. « Lorsque j’ai appris la nouvelle, je n’ai pas réfléchi, j’ai dit oui tout de suite, malgré des propositions dans des restaurants et des cantines. C’était inespéré. »

Depuis le début de lannée, il ne porte plus luniforme, même sil est officiellement toujours gendarme. « Je suis en congés de reconversion, un dispositif qui me permet de me former et je commencerai officiellement mon contrat le 1er juillet. »

En attendant, sous la houlette du frère Jean-Baptiste, Edgard a déjà les mains dans le sucre et les fruits mixés. « Ici, les pâtes de fruits sont sans arôme et sans colorant. Les fruits sont tous issus du verger entretenu par les frères. »

« Ce sont des produits de grande gastronomie artisanale et c’est ce qui me plaît. »

Le monde du silence

Au-delà de sa mission, Edgard sait aussi apprécier son cadre de travail. L’atelier pâtes de fruits offre une vue magnifique sur la forêt de la Trappe et sur l’étang de Rancé, où barbotent les oies Bernache. « Le matin, l’étang est couvert d’une fine brume. C’est magnifique », s’extasie-t-il, les yeux rivés sur son nouveau décor, loin des bords de route.

« Je suis passé d’un monde qui bouge sans cesse au monde du silence. »

Sa reconversion sapparente presque à une retraite… spirituelle.

actu.fr

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0